Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Evolution spirituelle.
  • Evolution spirituelle.
  • : Un blog pour noter toutes les expériences spirituelles que nous avons fait ou faisons avec pascal. Un moyen de s'y retrouver et de progresser.
  • Contact

Thérapies

14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 05:53
Au final, la classification de Deepack Chopra me semble assez juste, même si on ne peut pas la prendre de manière aussi littérale. Parce que les choses dépendent énormément du karma de la personne et on évolue de manière pas forcément aussi tranchée. Mais ça a le mérite de faire un référentiel.

Globalement, il distingue 7 niveaux.

1=> Innocence (bébé dans les premiers instants, avant la séparation)
2=> Naissance de l'Ego (séparation du monde et création de son identité illusoire)
3=> L'homme d'action (celui qui vit à fond son Ego)
4=> Le donateur  ( celui qui découvre que donner librement le satisfait également et commence à s'intéresser aux autres)
5=> Le chercheur (de Dieu) (celui qui part en quête de divin, toujours suite à une expérience spirituelle ou un choc profond dans sa vie : qui, bien sur, n'a pas eu lieu au hasard...)
6=> Le voyant (de Dieu)  (celui qui s'abandonne à l'esprit divin et le laisse prendre sa vie en main)
7=> Le magicien (ou le Bouddha)  (celui qui ne fait plus qu'un avec le divin)

Il faut comprendre que chacune de ces phases doit être vécue pleinement par la personne à un moment ou un autre. Leur durée dépend directement du karma plus ou moins chargé.

Chacune de ces phases apparait dans un grand bouleversement et une grande crise, parce qu'elles imposent un changement de comportement radical et une transformation importante de la personne.

Le chercheur nait d'un grand mal être ou d'un choc. On ne part pas en quête spirituelle (à l'autre bout du monde ou en restant dans son fauteuil) simplement comme ça. Et souvent, il s'agit d'une fuite de sa vie, à l'origine. Le chercheur ne se satisfait plus de la vie matérielle simple et veut se transcender en quelque chose d'autre. Il va donc être prêt à tout expérimenter pour ça.  Ca peut être plus ou moins long (dans mon cas, ça a commencé à l'époque de la méditation et a fini avec la fin des buts, il y a quelques semaines, donc en résumé, ça a duré 14 ans). Cette phase rencontre pleins d'écueils que j'ai essayé de détailler au mieux dans mon journal de 'chercheur'. Il faut accepter le cheminement par cette étape, simplement.
 
Le voyant nait quand l'Ego est complètement dépassé et que la personne, enfin, s'en remet à sa part divine. A ce moment, les buts disparaissent et le fonctionnement ordinaire ne va plus marcher. On entre dans une phase où c'est la part divine (l'esprit divin) qui décide de tout. Simplement parce qu'on n’est plus capable de prendre la moindre décision avec son Ego. Il ne fonctionne plus comme avant et son inexistence (tout comme celle d'une identité propre et d'un fonctionnement indépendant de celui de l'univers) est devenu une évidence. Il n'est plus nécessaire de chercher quoi que ce soit, simplement s'abandonner.

Il faut bien comprendre que tout le monde n'en est pas à la même phase, donc quand je lis une phrase du genre 'il n'y a rien à faire' je dis, attention, tout dépend de là où vous en êtes. Vous noterez que la plupart des gens qui disent ça ont tout vécu avant : simplement parce qu’avant de devenir des 'voyants' ils étaient des 'chercheurs' ! Gardez le à l'esprit en lisant les témoignages des autres, et n'oubliez pas que chaque expérience est unique dans son cheminement, même s’il existe des phases reconnaissables au final.

Prenez le temps de vivre votre vérité, quelle qu'elle soit.


PS:
1) L'expérience de l'homme se déroule dans un premier temps par une phase de singe pensant et ensuite par une phase d'humain véritable. La phase du singe (de l'Ego) permet de dépasser le niveau animal et de créer une identité propre. Toutes les vies passées à ce niveau tournent sur la notion de victime, bourreau ou sauveur. Mais au final c'est un processus nécessaire. Quand on est prêt à le dépasser, l'Ego va pouvoir se transcender et on peut enfin retrouver sa part divine et la laisser prendre les choses en main.

2) Un ado (entre 12 et 25 ans dans notre société) devrait chercher à vivre l'homme d'action à fond, pour pouvoir le dépasser plus tard. Bien sur, rien d'aussi tranché, on peut faire de la spiritualité, mais il ne faut pas négliger cette étape.

Comme d'hab c'est juste mon avis sur la question.

Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 19:30
Le but de l'exercice 2 est de soulever différents points:
- Faire prendre conscience que nous ne sommes jamais présents là où nous sommes, mais toujours en 'fuite mentale' vers un ailleurs ou dans l'extrapolation de ce que nous voyons. Ca en est au point de l'hypnose constante. C'est ça que veut dire le terme 'dormir'. Les gens moyens dorment et rêvent constamment sous hypnose de leur mental.
- Réaliser à quel point il est difficile, voire impossible au départ, d'apaiser le mental et de l'empêcher de s'emballer même quand on a conscience de ce fait.
- Entrapercevoir à quel point nos réactions et ce que nous voyons sont rendus stéréotypés et sans intérêt par lui et à quel point il fonctionne sur un mode de peur personnel et pas de perception objective.
- Comprendre ce que veut dire la 'saisie' du mental. Quand on regarde quelque chose ou qu'on fait quoi que ce soit, il s'en 'saisit' immédiatement en émettant un flot incessant d'avis, en bloquant nos actions et en stéréotypant nos réactions.

Les avantages.

L'exercice II est en fait une pratique de méditation en mouvement.

- Elle permet de pratiquer au quotidien pendant un trajet incompressible qui ne sert à rien (au niveau mental). Donc, même des gens très occupés peuvent trouver le temps de pratiquer.
- Ceux qui ont une pratique assise, vont s'apercevoir à quel point elle devient facile et s'améliore quand on a travaillé un temps la méditation en marche.

Les obstacles:


C'est très pénible à maintenir plus de quelques minutes au début. Simplement parce qu’il existe plein d'obstacles inconscients. Donc, il faut y revenir sans arrêt.

- Très dur à maintenir pour le débutant, on veut toujours revenir à une pensée au départ. (peur des autres, peur de l'extérieur, peur du vide intérieur , des peurs il y en a un paquet, et le débutant n'a pas conscience que c'est la peur qui le ramène à la pensée ...)
- On peut entrer dans un vide détaché et sans intérêt : on est mis face à son manque d'enracinement et à notre propre coupure de la vie. Celle que le mental fiévreux sert précisément à fuir. Dans ce cas remercier le divin de s'en occuper et ne plus s'en soucier (pour lâcher cette fameuse saisie mentale justement!).*

On va s'apercevoir que le mental a forcément besoin de s'accrocher a quelque chose. Nous verrons plus tard quelques points d'attache à lui fournir pour une pratique de base à plus avancée.

PS:
Il ne s'agit pas de forcer quoi que ce soit, mais faire tranquillement comme on peut, un petit peu chaque jour.
Sans avoir écarté un minimum cette saisie constante, toutes les autres pratiques restent illusoires et sans effet.
Au pire, elles conduisent à une auto illusion, puisqu'elles vont être récupérées par le mental systématiquement, et lui, va accorder les choses à sa névrose et à ses peurs.

*
C'est le travail sur l'enfant intérieur, l'enracinement et l'instinct qui débloque cet aspect. Il est lié aux chakras du bas.
C'est à ce niveau qu'on trouve toute la perversion cachée sous le tapis et les énergies de vies 'déguisées' en démons par le mental et l'éducation. Plus on libère l'enfant intérieur et guérit les peurs, plus on entre dans le divin au niveau du  monde manifesté. Cet endroit est primordial à libérer pour retrouver la vraie vie et sortir du virtuel. Toutes les thérapies possibles sont les bienvenues, et de toute façon, les énergies actuelles s'y attellent si on les laisse faire.

Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 19:36
- Un avatar dit "Il n'existe que l'amour, où que je regarde je ne vois que moi même et un amour infini. Comment pourrait on douter que tout est amour et divin?"
Il est toqué lui, moi perso je vois plein de trucs mais pas moi même, sauf devant un miroir et l'amour infini, à part dans 'les feux de l'amour' à la télé je n'en vois pas beaucoup, et encore, même là ce n'est pas terrible...

- Un type sur un rocher me dit "Ne cherche rien, entre dans la vacuité."
Mais qu'est ce qu'il dit le vieux? Moi quand je ne cherche rien il ne se passe rien, en plus c'est quoi la vacuité?
Je n'ai pas envie de devenir un abruti lobotomisé assis sur un rocher !

- Un mystique me dit "Abandonne toi à dieu et tu entreras au royaume des cieux, il n'y a rien d'autre à faire". Mais c'est qui Dieu? et on fait comment pour s'abandonner à Dieu? Dieu je ne l'ai jamais vu au boulot, et le curé a l'air de dire que c'est un type colérique pas toujours sympa.

- Un curé me dit "aime ton prochain comme toi même".
Mais moi j'ai l'impression d'être sympa. Ce sont les autres qui ont un problème : je suis obligé de fermer à clef ma maison, ma bagnole,  j'ai peur des gens costauds et louches qui me regardent de travers, et au boulot on n’arrête pas d'essayer de me piquer mon poste. Les autres sont bêtes, méchants et de mauvaise foi, alors pourquoi moi qui suis gentil je ne me méfierais pas d'eux ? Si je baisse ma garde je me fait avoir à chaque fois. De toute façon je ne m'aime pas je suis trop grand, trop gros, trop maigre, pas assez costaud, trop costaud etc...  Tiens quelqu'un a laissé tomber un portefeuille, il ne regarde pas, personne à droite ou à gauche? Et hop dans la poche. Franchement il devrait être plus prudent. Je sais que ce n'est pas bien, mais là c'est de la provocation et j'ai des factures à payer. En plus, il ne m'arrive que des tuiles, franchement je n'ai pas de bol dans la vie. Tiens on a cambriolé mon appart y'a une semaine, franchement je ne comprends pas pourquoi le sort s'acharne sur moi comme ça !

- Un type me dit "Pense positif, ce sont tes pensées qui créent le monde et les événements, si tu penses positif tout va pour le mieux"
Mais moi je n'arrête pas de penser toute la journée, sans arrêt et quand les pensées ne sont pas positives, j'ai beau essayer d'arrêter, ça continue. C'est une mauvaise journée, je suis déprimé, j'ai le cafard, c'est comme ça, comme tout le monde. Encore un escroc qui essaie de vendre du rêve!

- Un type dit "Entre dans le moment présent, tu n'as ni passé ni futur. Dans le présent tu retrouves ton pouvoir et sors du rêve."
Mais toute la journée j'écoute les nouvelles à la télé pour savoir si mon futur va bien se passer, si je vais pouvoir garder mon boulot, ma maison, ma vie quoi. J'ai un cerveau moi, on m'a appris à extrapoler à l'école, pas à être un cheval qui vit dans le moment présent. Il est con lui.

- Un autre me dit "Il suffit d'être, tout simplement".
Ah bon. Alors je continue comme avant, vu qu'il n’y a rien à faire. Moi aussi je suis. comment ça je fais ou je parais? Il est con lui aussi !

En résumé, ce n'est pas gagné. Le quiproquo vient de l'écart de perception du monde entre ces personnes et les autres.
Eux ont déjà avancé sur eux même, perçu l'énergie, l'espace temps, le divin, la vacuité, ils ont acquis une connaissance d'eux mêmes, mais également de leur inconscient et de leur subconscient.
Ils ont oublié comment c'était avant, peut-être,  parce qu'il leur semble évident que tous les autres peuvent faire comme eux.  Parce qu’ils perçoivent bien plus de choses que le commun des gens. Et ils voient bien que toutes ces parts sont présentes chez les autres dès le départ, simplement les autres n'en ont pas conscience.

Alors c'est foutu ? Si ça ne te tombe pas sur la gueule un beau matin c'est sans espoir ?
Peut-être qu'il y a une porte d'entrée à tout ça, différente pour chacun mais on ne peut pas passer de tout à rien (et pas de rien à tout!) en un instant (ou alors temporairement).  Peut-être qu'avant de tenir ces propos ces gens sont passés par des recherches, des transformations et des étapes importantes qu'on occulte ou dont ils ne parlent pas.

Tout est là, et il n'y a rien à faire, oui ! Plutôt à défaire!  C'est notre vision du monde et de nous même le problème. Encore faut il commencer à regarder ce qui nous entoure ou à s'observer soi-même.

Peut-être que sans tout planter pour partir au Népal ou sans faire 15 heures de méditation par jour on peut avancer malgré tout sur soi, sans rien réellement changer à sa vie.

Commençons pas le commencement.
 

Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 18:51
Je pense que je vais arrêter là les publications sur mon blog, au moins en terme d'expérience.

Mon idée, au départ, était de permettre aux gens qui ont une perception qui se développe brusquement (ou une perception de naissance), d'avoir un retour d'expérience sur la question. Parce que c'est vrai que c'est difficile quand on est mis face à l'incompréhension de l'autre et que l'on se retrouve sans aucune référence.
(je pense qu'il y a largement matière à lire dans mon blog à ce niveau!)

L'idée était de dire également que le troisième œil peut être un outil d'évolution réel en fait, et qu'il faut bien partir de là où on est pour avancer. Aucune voie d'évolution n'est identique, et essayer de copier l'autre est le meilleur moyen pour stagner.

Cela vaut pour tous : certains perçoivent naturellement l'énergie, d'autres perçoivent la vacuité et le non duel, et d'autres ne perçoivent rien, à part la matière. Peu importe, en inversant le processus qui consiste a calquer systématiquement le mental sur les choses et en commençant à être à l'écoute du monde on peut s'éveiller au réel petit à petit. (ou du moins au plus réel). Et en découvrant petit à petit son intimité et sa relation amoureuse avec l'univers, on peut retourner à l'authentique de la spiritualité et du divin.

Le degré d'endormissement et d'inconscience de l'homme d'aujourd'hui atteint des niveaux inégalés. Il préfère tuer son ressenti de la vie, et finalement la vie elle même plutôt que faire évoluer sa manière de fonctionner, qui pourtant le mène de manière évidente à sa perte. Quand l'instinct le rend malade pour lui délivrer un message, il n'écoute pas le message et prend des médicaments pour ne plus entendre. Quand les événements de son monde lui amènent des messages évidents, il ne les écoute pas, les mettant sur le compte de la fatalité, ou au pire sur celui d'un dieu vengeur qui le punit d'un mal imaginaire.

Pourtant, qu'il le veuille ou non, il est appelé à "s'éveiller" à la réalité à terme. Ca va passer par une crise importante, puisqu'il refuse de le faire, et que forcément, les parts du dessus le pousseront à avancer. Mais, bon gré mal gré, il y viendra forcément un jour ou l'autre. Toutes les transformations passent par une crise de toute façon, et chacun doit s'éveiller par lui même et grandir.

La porte d'entrée, peut simplement être d’essayer d'améliorer sa vie quotidienne et rien de plus.

Je vais essayer de proposer des choses simples accessibles à tous pour avancer, mais ça sera à un rythme moindre, je pense.

(En développement personnel : donc vers l'éveil au monde et à sa part divine et non pas aux perceptions énergétiques ou à des pouvoirs quelconques)


Et si être a l'écoute du monde qu'on contemple tous les jours, c'était être à l'écoute de soi même?
Je vous invite à un petit cheminement pour doucement renouer le dialogue avec le réel. Pour ceux que ça amuse bien sur :)

(Cliquer sur suivant en bas du texte pour continuer)
Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 19:22
Voilà comment je fonctionne en temps normal.

Il y a tout le temps quelque chose pour me raconter une histoire, mais d'habitude je pioche volontiers dans l'inconscient collectif (même si je fais filtrer par l'esprit pour ne pas tomber dans n'importe quoi.)

Ca porte souvent sur des choses vues la journée, ça peut être les nouvelles.  J'ai toujours des informations qui arrivent sur un sujet d'actualité. Bien évidement 95% des nouvelles sont fausses ou orientées. Ca vaut autant pour les sites d'informations normaux ( En gros, on te dit de regarder à droite pendant que le truc réel se passe à gauche.), que pour les conspirationnistes, qui expriment pas mal de fantasmes collectifs. Mais ça reste de simples histoires de gros sous. Ce qui est clair est que l'humain ne vaut vraiment rien dans notre société pour les politiques. (mais ça a été ainsi de tout temps, bien qu'avant, du temps du moyen âge on était plutôt des poulets élevés en liberté, maintenant on est passé à l'ère de l'élevage industriel.)

Ce n'est pas quelque chose de recherché, quand quelqu'un parle de quelque chose ou que j'ai lu un truc, il me vient plein d'histoires dessus (ce ne sont pas des mots, ce sont des histoires, ça vient globalement, mais ce n'est pas aussi complet que le silence de l'esprit et ce n'est pas sans forme). Un lieu peut reconnecter des choses aussi, et au fil de la journée au boulot, les événements ont une raison d'être sous jacente que je perçois souvent. J'ai compris depuis longtemps que ça emmerde les gens quand je dis ce qui vient, ça fait un peu 'monsieur je sais tout' ou bien 'j'ai un avis sur tout' quand ça ne heurte pas le schéma mental de la personne. Donc, je ferme ma gueule sur ce que je vois vraiment, et j'essaie d'écouter les autres ou de parler de trucs anodins la plupart du temps (comprendre, dire des trucs qui ne heurtent pas mon interlocuteur). Sauf en stage ou quand je suis face à des gens qui sont sur le spirituel. C'est tellement rare que là, je suis plutôt intarissable. Mais même là, j'y vais mollo. Je ne parle presque jamais de ce que je vois réellement, tout simplement parce que tout a une explication et qu'il n'y a aucun mal réel dans le monde. Et si je dois le dire, ça fait péter un câble (les gens, ils aiment bien les malheurs au fond).

De toute façon, toutes les conversations ont un sens. (rien n'est au hasard dans une journée, tout est l'occasion de guérir un karma). Maintenant c'est plus calme , je ne vois les problèmes chez les autres que quand ils font écho à un problème chez moi. Donc c'est plus serein.

Si je ne suis pas dans les histoires du troisième œil, j'ai tendance à être très conscient de mon biochamp, et ce n'est pas toujours le pied. Je sens les courants qui vont et viennent dans l'océan d'énergie. Mais à cause des brulures des énergies contaminées, je n'aime pas trop y trainer. Je laisse la lumière bosser dessus à son rythme. Elle me raconte les choses qui ont été reconnectées la journée, et ce qui est en train d'être transformé. Que non, le truc qui me crame à tel endroit, on ne peut rien faire pour l'instant, mais que d'ici ce soir ça sera réglé, qu'elle nettoie un autre truc subtil entretemps etc... De toute façon, elle bosse jour et nuit et la transformation est constante depuis quelques années.

Je vois l'énergie qui virevolte partout. Même si je ne m'en sers pas (de toute façon consciemment je ne peux pas faire la mise au point réellement avec la vision).  Je ne me sers pas du toucher, je ne veux pas savoir ce qui traine dans le coin, je laisse faire le divin. C'est trop compliqué et y'a trop de choses et de dimensions possibles. En plus, si j'appelle un truc, il se manifeste. Donc, je préfère me mêler de rien et ne rien appeler. Y'a toujours une espèce d'oiseau ethérique (tout petit) qui bat des ailes dans mon champ de vision au milieu du tas d'énergies. Apparemment, c'est pour me rappeler que j'ai un boulot à faire avec l'élément air un de ces jours. Mais je n'en sais pas plus et ne veut rien savoir de plus.

La nuit venue, la détente provoque l'arrivée de la lumière dans la tête de manière assez poussée. Je la laisse emplir le corps et les brûlures disparaissent assez vite. Ensuite, je continue un temps indéfini jusqu'à passer dans un rêve, puis j'en sors et la lumière continue son boulot, ou bien c'est terminé, et soit je repasse dans un autre rêve, soit je me réveille. Des fois je passe aussi dans l'inconscience bien sur, comme tout le monde, et il peut m'arriver d'avoir des nuits très conscientes ou pas trop. Mais j'ai toujours un débriefing au matin sur le boulot de la nuit. Et un briefing pour le travail du jour (ou au moins une idée générale).

Voilà une idée de mes journées types. Donc, bien sur, je pourrais écrire des histoires sur tout et n'importe quoi indéfiniment. Mais le but de ce blog est de décrire concrètement les choses, alors j'en reste là et pas de commentaire sur le reste.

Maintenant que j'ai donné une idée de ma journée, je pense que c'est plus clair quand je dis que je me déconnecte du plan mental : donc des histoires de l'inconscient collectif. Simplement parce que toutes racontent des histoires de pouvoir sur les autres, et d'Armaggedon, simplement parce que les peurs collectives sont à la puissance max.

Donc, quand je déconnecte les histoires et que je rentre dans le rien, je passe au niveau du silence de l'esprit. C'est mieux. Dans ce cas, je rentre en contemplation du monde manifesté, je ne vois presque plus l'énergie (la seconde vue passe au second plan très discrètement), et là, je contemple les couleurs du monde qui deviennent très fortes et puissantes (il faut voir à partir du cœur pour que les couleurs gagnent en puissance). Le silence et le rien font que l'énergie reprend ses mouvements normaux sans aucune saisie du mental et que je suis à nouveau aligné. Je ne m'intéresse plus au chaos mental des gens et je retrouve mon centre. Eux mêmes redeviennent ce qu'ils sont, sans aucun jugement. C'est là qu'il devient évident que le mental crée des histoires sur une construction qui n'a rien à voir. Et que le monde par lui même, est totalement différent du jugement que nous projetons dessus constamment.

Mais des fois cet état n'est pas simple à trouver dans des phases de changement important comme en ce moment, où les blessures ressortent en masse pour être réglées. (et des fois si).

Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 19:25
Globalement ce que j'en ai compris :

Toute l'énergie que nous rencontrons et notre monde manifesté ne sont que nous mêmes. Les autres sont une autre version du monde mais vivent chacun dans leur manifestation. C'est un peu comme des ordinateurs en réseau. Chaque ordinateur à son propre écran, son propre processeur pour gérer sa réalité, pourtant ils échangent des infos avec les autres, et partagent une réalité en commun de manière virtuelle si celle ci est compatible entre eux.

Le christ intérieur est la part la plus haute de ces énergies dans notre monde manifesté, il semble qu'il est au sommet de tout ce qu'on peut voir dans notre monde manifesté, et en a le plein contrôle. Il est le lien avec le père/mère, et la part non manifestée.

Au delà de la dualité, son rôle est de nous réunifier en redonnant leur aspect positif aux énergies que nous avons diabolisées.

Deux énergies très diabolisées.
- Le changement. Cette énergie est souvent perçue comme la mort ou des visions de mort : on l'a souvent rendue négative dans sa réalité. Peu de gens sont sereins face à la mort.
C'est une énergie positive : elle permet de changer!
- Le choix et la liberté. Cette énergie est perçue comme le diable (c'est le libre arbitre! un comble). Elle nous donne le choix simplement de ne pas aller dans le sens de l'univers. Pour évoluer, il faut commencer par l'accepter, l'aimer et l'utiliser pour faire le choix du divin en conscience ! Si on joue un rôle de 'saint' parce qu'on est névrosé en ce sens, on n'évolue pas. Ca reste un rôle, on n’a pas le choix.

Si on est clairvoyant, on a tendance à voir ces énergies sous forme de démons. Il faut alors laisser le christ intérieur intervenir, et rendre à cette énergie sa vraie forme, en nous guérissant de nos karmas et de nos fausses croyances. (je rappelle que c'est nous qui donnons une forme aux choses suivant nos croyances! Et en réalité tout est positif et a sa raison d'être !)

Quand on ne fait plus qu'un avec le christ intérieur, on accède à la maitrise en conscience de son monde manifesté, mais pas avant. Autant dire qu'il y a du boulot. Tout le travail consiste pour moi à lâcher prise au divin à longueur de journée et de le laisser dissoudre l'Ego sans arrêt.  Même si y'a encore des hauts et des bas pour l'instant.


PS:
Par exemple ; Lilith est la femme libre qui a le choix. On la perçoit comme un démon à causes des croyances collectives machistes, parce que l'homme a voulu castrer la femme et l'enfermer à la maison.  Mais en réalité, c'est une énergie de liberté. etc...

PPS:
La société est une croyance collective qui vit dans l'émotionnel et la sphère mentale. Si on la laisse intervenir dans notre vie, elle peut modifier notre monde (ce qu'on fait constamment en fait). La lâcher c'est accepter de se désolidariser de cet inconscient collectif pour rentrer dans un autre inconscient collectif en création (l'ascension par exemple qui est réelle et en création aujourd'hui) ou bien sa propre réalité à soi ! Il existe toutes les versions puisque c'est chaque conscience individuelle reliée aux autres qui crée le collectif.
Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 19:08
Je vais faire un retour sur tous les types de contrecoups que j'expérimente. (puisque c'est vrai que je ne développe pas souvent dans mes textes, donc autant faire le point un bon coup).

Donc, l'énorme contrepartie du fait de sentir constamment les énergies, c'est que chaque blocage est une douleur physique en moi. Donc, au départ, c'était l'enfer. Quand je dis que je n'avais pas le choix, il fallait dénouer les problèmes, je pèse mes mots.

Aujourd'hui, généralement quand y'a un truc qui doit sauter, je me mets à brûler à cet endroit, et ma respiration crânienne se bloque (ça provoque des douleurs de tête assez fortes). Et j'ai un blocage énergétique : c'est une douleur pas de ce monde à l'intérieur. (comme si on avait entré une pastèque de force à l'intérieur de toi, c'est comprimé, ça fait un poids et comme un nœud.). Un tantinet dérangeant.

Je suis habitué, mais ce sont des douleurs à la fois plus fortes que dans la matière, et avec lesquelles il y a une distance. (en plus, des fois c'est situé à l'extérieur du corps physique mais à l'intérieur des corps subtils, donc tu as mal à 20 centimètres de ta tête en résumé). Y'a un certain recul quand même, mais sans plus.

Au départ, quand on travaillait le pète névrose avec Pascal, c'était une demie journée en moyenne pour faire sauter un problème. (avec les larmes de crocodiles même pour les plus costauds) et trois jours de déprime derrière, le temps que ça bouge et se remette en place.

Ensuite, avec le neurotraining, je me suis aperçu que je me prenais une semaine de contrecoup derrière. Jusqu'au jour où j'ai réalisé qu'en fait ça venait de moi (des croyances qui font qu'on croit qu'il faut en chier pour évoluer). En lâchant du mental et ces croyances en priorité, on limite énormément les contrecoups.

Il n'empêche que la pratique se compose inexorablement de hauts et de bas.

Dès qu'on a débloqué un truc on expérimente un haut (avec de nouvelles perceptions, ou une libération etc..), et juste derrière sort un nouveau truc à nettoyer. (brûlures, angoisses sans raison, blocage crânien etc...) suivant la nature du problème.

On traite à nouveau et ça continue. Au départ, ça se compte en jours, puis en s'accélérant on peut le faire sur la journée. Aujourd'hui je peux me faire une quantité de haut/bas pas possibles dans la journée, puisque, au fur et à mesure, le travail accélère.

Je peux avoir des symptômes physiques (comme le nez qui se met à couler comme un malade : ça fait comme une allergie en fait) mais c'est relativement rare. Les boutons aussi c'est sympa. Ou bien la dernière fois, en rentrant j'avais une douleur forte à la main gauche. J'appelle Pascal (puisqu'il avait eu pareil) et il me confirme que c'est un problème de domination. Je lâche prise. 10 minutes après je n'ai plus mal à la main gauche mais j'ai mal à la main droite. Cette fois la lumière me dit que c'est un problème de dominé ! Bon bref, voilà ce que ça peut donner. Maintenant je la laisse se démerder et je ne fais pas attention au reste, c'est encore le mieux.

Le plus fréquent ce sont les épaules ou le cou qui se bloquent. Ca vient et ça part sans laisser de trace en quelques minutes. Ca ne fait ça aussi fortement que depuis quelques mois (le corps physique réagit très fortement et très vite maintenant, tout le squelette peut se bloquer et les muscles devenir douloureux, et ça s'en va comme c'est venu dès qu'on lâche).

Il faut apprendre à lâcher prise dans les hauts comme dans les bas (et surtout dans les bas, parce que, du coup, ils ne durent pas). Mais c'est un peu comme les courbatures pour les sportifs, on peut atténuer mais pas complètement les dégager (en tout cas à mon niveau de pratique). Parfois on n’y peut rien, ça fait un très gros contrecoup. Le mieux est encore d'aller dormir.

L'énergie actuelle de la planète y est pour beaucoup également puisqu'elle nous pousse à évoluer bon gré, mal gré.

PS:
La libération obtenue dans la vie de tous les jours vaut le sacrifice pour moi, parce que l'évolution en terme de bien être général et de liberté est immense. Comparé à il y a ne serait-ce qu’un mois, je ne me reconnais pas. Donc ça vaut vraiment le coup.
Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 19:15
En résumé, la lumière m'a expliqué ce qui est une évidence.

Le mental (de la manière dont on l'utilise aujourd'hui) fonctionne totalement à l'inverse de ce qu'on croit. En résumé, il ne résout pas les problèmes, mais les entretient et les fait empirer. Par exemple, d'un coup on a peur de manquer d'argent. Le mental est censé mettre une directive pour nous faire trouver un meilleur boulot, ou bosser plus etc..
Il nous met le stress (donc émotionnel en vrac) et en plus sur la durée. En résumé, lui il dit qu'il nous met des directives pour nous aider à résoudre le problème.


Le fonctionnement de la réalité:
L'univers nous donne ce que nous demandons (c'est à dire considérons comme évident).Si je considère comme évident que je ne manquerais jamais de rien, dans les faits je ne manquerai jamais de rien.(puisque l'univers répondra à ma demande tout le temps).

Or, il existe un dysfonctionnement général dans le premier chakra qui fait qu'on conçoit qu'on peut manquer.
Du coup, le mental part sur une logique qui émet comme une évidence qu'on peut manquer, puisqu’il dit qu'il faut faire plus ci ou ça pour combler un manque. Et on s'enfonce dans le stress et pire encore, cette logique, la plupart du temps, va faire empirer la situation puisqu'elle va dire à l'univers qu'on veut manquer.

En résumé, à poil en train de crever de faim dans le désert, si on considère comme une évidence qu'on va trouver de l'eau et de la nourriture, on va la trouver*. Si on considère qu'on va crever de faim et de soif (puisque ça parait logique au mental) avec en plus le stress au ventre, on pet être sur que même si y'a un casino derrière une colline, on passera à côté sans le voir. (le monde est subjectif et les objets y apparaissent et disparaissent à loisir suivant nos croyances, je l'ai déjà expliqué).

Donc, la lumière m'a expliqué qu'elle travaillait à résoudre les problème du premier et deuxième chakra, et qu'ensuite, même à poil dans la rue avec la faim au ventre en train de me faire taper dessus, je n'aurai plus peur de rien et serai dans la félicité**. (Les trois quarts de peurs profondes liées à la survie qui nous poussent à accepter cette vie de poulet élevé en batterie, sont liées au mauvais fonctionnement du premier chakra, rien de plus).

En résumé :
Nous sommes défaillants au départ à cause de notre attachement aux parents humains au lieu du père/mère divin.
Par dessus ce système défaillant, nous créons un mental qui, par des règles automatisées, va entretenir les problèmes et les faire empirer au lieu de les résoudre. Comme nous cachons tout ça sous une couche d'inconscient et de subconscient pour ne pas le voir, nous n'avons jamais conscience de ce fait, et nous appliquons nos directives mentales automatiquement, sans même les voir en croyant faire des choix, et elles font empirer la situation.

Les égrégores fonctionnent de la même manière, donc notre société aussi. Plus la situation va mal, plus les décisions prises (généralement des règles supplémentaires) font empirer les choses au lieu de les résoudre. (normalement c'est assez limpide aujourd'hui en regardant l'actualité.)

Seule solution : résoudre le problème à la base en laissant faire le divin.

Donc, le mieux c'est de laisser le divin gérer le mental et l'émotionnel, et si on est un samouraï, le corps aussi (y compris la santé physique. On est à un niveau vibratoire où c'est possible facilement maintenant!). Pour l'instant les mouvements je n'y arrive pas vraiment, mais ça devrait se faire en continuant à lâcher prise.

*
Je recommande de lire 'message des hommes vrais au monde mutant'. de Marlo Morgan.
(c'est l'expérience d'une femme chez les aborigènes.) Je l'ai lu il y a un moment, mais c'est clairement ça.

**
Juste pour comprendre que les notions de peur qui attirent à nous des situations pourries n'ont rien à voir avec la réalité vécue. Et que si nous sommes constamment sous stress et peur (sans s'en rendre compte pour la plupart des gens) en situation normale, nous pouvons être totalement dans la félicité en situation problématique réelle. Tout dépend de notre bon fonctionnement au départ, et un humain normal est toujours dans la félicité puisque toujours en relation avec le divin.

PS:
Pour ceux qui n’ont pas compris, en faisant ça vous laissez votre part divine prendre toutes les décisions et gérer les actions au lieu d'appliquer les règles automatisées du mental. Et en plus dans la félicité, c'est pas beau ça?

PPS:
Ceux qui disent qu'il suffit d'avoir des pensées positives n'ont pas tort, mais c'est un peu simpliste parce que ça ne tient pas compte de l'inconscient et du karma qui sont des obstacles presque impossibles à dépasser à notre niveau.
Quelqu'un qui a une volonté de dingue et peu de karma, peut éventuellement y arriver, on ne sait jamais. Mais bon, dans les faits, quand on laisse le divin faire c'est beaucoup plus simple. C'est sur que penser positif j'y arrive bien, : j'ai presque tout le temps que de la lumière dans la tête. Mais au départ, quand tu te ramasses 100 pensées de stress ou de culpabilité à la seconde c'est beaucoup moins facile. Bon c'est comme tout, j'imagine que c'est un cheminement.
Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 19:14
L'énergie se caractérise par deux aspects divins : l'aspect père et l'aspect mère.
Père : lumière par le haut,  Moi supérieur, vérité
Mère : feu par le bas, enfant intérieur, jouissance.
La combinaison des deux dans le canal central dénoue le cœur et fait évoluer notre monde manifesté.

Le rapport à la mère humaine doit être transcendé pour exprimer la mère divine et faire monter le feu de la terre.
Le rapport au père humain doit être transcendé pour exprimer le père divin et faire descendre la lumière.
(les clairvoyants qui ne voient pas la lumière ont un rapport avec leur père humain problématique, et ceux qui ne perçoivent pas le feu de la terre ont un rapport à la mère humaine problématique.
Pour les autres, ça affecte leur intuition (père) ou leur vitalité directement (mère).

L'énergie qui monte par le bas va être l'expression de la vie dans la matière. Suivant notre karma, elle va pouvoir monter librement ou non. Et suivant les situations, elle va aller au bon niveau ou rester bloquée ailleurs.

Elle passe son temps à s'arrêter à un des chakras (souvent le bas). Tant que nous sommes des êtres incomplets et dans cette perception animale du monde, il faut apprendre à faire avec.

Chakra 1 : à ce niveau nous allons exprimer la survie. (dévorer l'autre pour assurer sa subsistance.)
En cas de karma : Quelqu'un qui est ramené à ce niveau peut tomber dans des instincts de violence très puissants.
Utilisation : Parfois, la survie est cependant la réponse 'juste' sur le moment.

Chakra 2 : à ce niveau nous allons exprimer la domination ou la sexualité basique.
En cas de karma : On peut avoir des besoins de domination/soumission et des perversions violentes en cas de blocage à ce niveau.
Utilisation : Parfois pour une bonne partie de 'jambes en l'air' être à ce niveau est la réponse 'juste'. (si on ne cherche pas plus dans le sexe sur le moment)

Chakra 3 : à ce niveau nous allons exprimer l'animalité et la domination par les groupes d'influence.
En cas de karma : rapport aux groupes conflictuels / guerre, racisme etc...
Utilisation : si on doit diriger un groupe ou s'intégrer dans un groupe quelconque, c'est utile (surtout au niveau humain actuel).


C'est le niveau humain standard et notre société est enlisée toute la journée là dedans.
Les Américains sont ci ou ça, les Iraniens vont faire ci ou ça, les blanc ou les noirs sont ci ou ça etc...
Les religions sont également engluées à ce niveau basique. Pour évoluer, chacun doit trouver sa propre connexion au divin au lieu de faire le concours de la meilleure religion.

Chaque groupe est, tour à tour, victime, bourreau et sauveur : c'est un cercle vicieux à dépasser absolument.
Le dépasser, c'est accepter comme seul maitre l'univers (donc trouver sa propre connexion en haut et la laisser nous diriger) et s'unifier pour reconnaitre chaque autre partie comme un membre du tout, au lieu de projeter son karma dessus et de le rendre 'négatif'.

Chakra 4  : niveau de l'humain à mi-chemin entre le ciel et la terre et au milieu du cycle.
Utilisation : chaque humain a en lui le potentiel du tout, mais exprime dans sa vie un talent individuel précis unique en rapport avec tous les autres*.  Le lien avec la source et le divin permet d'entamer l'évolution à ce niveau là au lieu de rester prisonnier du mental et de se soumettre à tel ou tel égrégore (ou courant de pensée si on préfère).
Karmas : Impossibilité d'aimer inconditionnellement. (c'est noué chez presque tout le monde au départ, puisque c'est globalement notre niveau d'évolution à atteindre)

Le but du jeu est d'arriver au chakra 4 pour commencer à le dénouer. Logiquement, la plupart du temps, l'énergie monte et redescend, plus il monte d'énergie, plus un blocage va s'exprimer avec puissance. En gros, une pulsion meurtrière du premier chakra avec beaucoup d'énergie ça peut faire du dégât. Si ça reste avec peu d'énergie ça peut ne pas faire trop mal : d'où le réflexe de couper la connexion du bas, qui malheureusement a des effets pervers pire encore. (en faisant basculer l'humain dans la non vie et l'évitement de la matière, lui enlevant la possibilité d'évoluer).

Il est donc important d'affronter ses karmas en ce moment, et on nous les fait ressortir pour nous aider à les résoudre. (Un truc qui s'exprime n'est plus inconscient et s'en va quand on l'a accepté, sous forme de maladie ou d'expérience, peu importe).


*
La notion d'une cellule développée harmonieusement dans un corps, la cellule peut être potentiellement tout au départ, mais elle choisit d'exprimer une spécialisation unique dans la matière, Chaque autre cellule étant vue comme une spécialisation précise nécessaire pour le corps, même si elle est totalement différente et n'est pas souhaitable à côtoyer directement parfois. Par exemple, une cellule de l'estomac n'a pas de raison de côtoyer une cellule du cerveau, le fait qu'elle se côtoient pourrait être problématique; mais chacune est unique et sert le tout.
Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 06:34
Je travaille sur cette notion, donc voilà les infos que j'ai pour l'instant:
Rappelons nous qu'à l'origine, nous partons de l'unité (nous sommes tous UN). Nous somme 'déchus' du paradis pour pouvoir commencer à nous créer en conscience par nous même. Pour cela, nous suivons différentes étapes:

1er chakra: Niveau de la survie et du rejet de l'autre. (niveau minéral).
En résumé, ça serait l'unité la plus fondamentale. Tout doit être UN et toute tentative de ne plus l'être doit être éradiquée d'une certaine manière. D'où le conflit pour réintégrer les parts séparées.
L'autre est concurrent direct de la nourriture, du terrain et des ressources, il ne peut y avoir confrontation sans essayer de "l'absorber" d'une manière ou d'une autre. C'est l'étape basique de la vie qui veut s'exprimer et veut tout s'accaparer.

2ème chakra : Niveau de l'individu et du rapport dominant/dominé. (niveau végétal).
A ce niveau, l'autre est reconnu (l'individu apparait pour la première fois) comme pouvant coexister sur le territoire, mais avec une notion de partage basé sur la domination. L'autre nous domine, et nous obéissons à ses propres règles, ou bien nous le dominons, et lui imposons nos règles. C'est le niveau de la sexualité dans son expression la plus simple. (un baiseur et un baisé au sens large).

3ème chakra: Niveau du clan ou des tribus (niveau animal).
A ce niveau, on coexiste sous forme de clan, en coopération avec d'autres clans. Les animaux sont dirigés par des 'âmes groupes' qui les font évoluer plus ou moins harmonieusement. On trouve globalement un rapport prédateur / proie et les règles d'un groupe s'appliquent à tout le groupe (à cause du principe de l'âme groupe donc).

Niveau de l'humain dans son animalité.
Pourquoi l'humain est là? Aucune idée. Certains disent qu'on l'a forcé à régresser ou que c'est son libre arbitre qui l'a amené ici. Peu importe.

Globalement, l'humain fonctionne encore en groupe, mais de manière plus subtile. Ne possédant plus "d'âme groupe" il a été amené à créer son propre système en les remplaçant par  des égrégores (formes pensées). En résumé, les égrégores lui servent d'âme groupe, et il entre dans une quantité monumentale de clubs qui se font plus ou moins la guerre entre eux.
Le fonctionnement est pervers parce que l'humain ne peut pas obéir aveuglément à son égrégore vu qu'il a le libre arbitre, et il est conscient profondément qu'un truc ne va pas. Alors, il collectionne les clubs et obéit à pleins d'égrégores en espérant que l'un d'eux le remettra sur la voie. Bien sur c'est une illusion, puisque son niveau véritable transcende la notion de groupe, et il doit se débrouiller pour réparer son histoire et trouver la sortie de ce niveau.
Concrètement il y a 3 grandes tendances dans les groupes : victime, bourreau et sauveur.
Chacun va tourner sur ces trois aspects jusqu'à pouvoir les dépasser.

Un homme est dans plein de groupes à la fois : je suis catholique, ingénieur, homme /femme, français / autre etc...
En résumé, il collectionne les clubs.

4ème chakra:  Niveau de l'individu solidaire de l'univers. Le niveau humain.
A ce niveau l'individu est pleinement réalisé par lui même mais en parfaite synchronisation avec l'univers qui l'entoure.

C'est le niveau que le nettoyage actuel va nous amener à atteindre en nous forçant à réparer notre histoire et à quitter nos 'clubs' d'égrégores respectifs.

Chez tout le monde il faut nettoyer les niveaux du bas et c'est seulement une fois que le feu de la terre peu dénouer le cœur qu'on a une chance de ne plus basculer sur les travers anciens.

La solution n'est pas de refouler cette énergie (car cette énergie est celle de la vie elle même!), mais de dégager le passage jusqu'en haut en réparant toutes les perversités que notre mode de vie non adapté à créées.

Nous allons affronter ces peurs refoulées en masse sur les années qui viennent. Si elles sortent, c'est qu'elles sont en train d'être guéries et elles le seront assez vit, à cause de la conjonction. Mais nous devrons les accepter et les regarder.

Ca n'est que mon point de vue, une fois encore.

Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article