Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Evolution spirituelle.
  • Evolution spirituelle.
  • : Un blog pour noter toutes les expériences spirituelles que nous avons fait ou faisons avec pascal. Un moyen de s'y retrouver et de progresser.
  • Contact

Thérapies

1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 19:15
Donc hier, une journée où j'ai hésité entre l'énergie et le sans forme, à l'état de veille. En résumé, je me perçois comme une sphère d'énergie sans limite réelle émanée à partir de mon centre en temps normal.

Là, je suis passé à un niveau différent : j'ai réussi à lâcher prise une bonne part de la journée (même si ça a reconnecté à intervalles réguliers), ce qui fait que j'ai été pleinement dans mon centre mais également dans la perception de la vacuité au lieu de l'énergie.

C'est comme la perception de l'énergie (qui fait que je me perçois comme au delà du corps) mais ce que je sentais était le vide du monde. Ca se traduit par une jouissance paisible, et un sentiment de plénitude constant et sans objet. L'énergie, quand je la perçois émaner de mon centre, est divine et le christ intérieur fait le boulot de nettoyage de l'émotionnel et du mental quand je suis dans cet état de lâcher prise.

Si j'y porte attention, je sais ce qu'il répare, mais ça a tendance à reconnecter le karma et la souffrance (donc me faire retomber dans le mental et l'émotionnel), et c'est inutile parce que je retombe. Donc je laisse faire et pas besoin de m'en soucier. Il suffit de rester dans le rien et la jouissance du sans forme. C'est étendu même si je ne suis pas toute la scène que je vois en conscience, je me perçois comme une part de la scène elle même, plutôt que comme un corps en train de regarder une scène.

Cet état peut être retrouvé régulièrement et est extrêmement guérisseur au niveau de l'âme. Mais pour l'instant ce sont des expériences ponctuelles, et ça a tendance à sauter entre le rien (la vacuité, le vide?), l'énergie, et le mental et l'émotionnel* suivant ce qui est en traitement.

Le monde n'est qu'une œuvre d'art (une construction de lumière) sur laquelle le mental et l'émotionnel collectif et individuels plaquent des histoires sans queue ni tête. Dépasser le mental et l'émotionnel, c'est entrer dans la contemplation réelle de l'œuvre et de sa perfection divine.

A mon sens, c'est quand cet état est stabilisé qu'il est possible d'envisager de commencer l'amour inconditionnel et la compassion véritable. (et je n'en suis pas là!)

*
Il semble que le fait que je perçoive le sans forme, l'énergie et la matière de manière distincte sur trois niveaux, soit une étape transitoire et qu'à terme, tout doive fusionner dans la clarté d'esprit. C'est le brouillard mental qui provoque ça chez moi, mais c'est nécessaire pour l'instant (certains karmas doivent être réparés avant que je puisse fusionner les trois a priori mais je n'en sais pas plus).
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 19:10
Vendredi soir, une expérience plutôt brutale de déstructuration du mental et de l'émotionnel. Ca s'est traduit par des hauts et des bas et un peu de panique. Je me suis donc réfugié dans un pub avec une bière. Le seul endroit où je me sente en sécurité totalement. (ben oui, si j'étais chrétien je serais allé dans une église je crois). Avec une bière à la main dans un pub, moi je suis en communion avec ma part divine et en sécurité : c'est comme ça*.

Le samedi, je suis allé voir « inglorious bastards ». J'ai vu tout le film sur un point de vue au delà du mental et de l'émotionnel. C'est étrange parce que d'habitude je déteste le sang, (disons que je ne peux pas regarder une piqûre et encore moins quelqu'un se faire charcuter) et là, ça allait sans problème. Tous les personnages du film, de A à Z sont dingos : ils ne font que répéter en boucle leurs blessures émotionnelles et appliquer des schémas erronés. Tous sont des assassins en puissance, aucun n'est capable de la moindre miséricorde ou de reconnaitre que l'autre est identique à lui même : un humain qui tourne sur de l'émotionnel blessé et du mental incohérent. Pourtant l'expérience de chacun a un sens. (j'essaie de décrire mais il faut l'avoir vu ainsi pour comprendre.)

Ce qui m'est venu c'est que ça résumait notre expérience complète dans la dualité, et que c'est comme ça que les êtres plus évolués nous voyaient.  Mais qu'à part avoir de la compassion, on ne peut rien faire d'autre que d'attendre que l'humain évolue par lui même au cours de multiples vies et en adoptant de multiples points de vues.

C'est un peu le premier message que m'avait donné un archange. Il m'avait envoyé une image montrant des fous dans un asile psychiatrique avec une camisole de force. Chacun passait son temps à se taper la tête contre les murs ou à se mettre des baffes tout seul. Ce qui m'était venu à ce moment, c'est qu'on était tous sous ecstasy**, et qu'à part écouter notre part divine pour sortir du délire, on ne pouvait rien faire.


*
J'ai toujours dit qu'en choix de carrière, j'hésitais entre informaticien et moine trappiste.
Mais finalement j'ai choisi informaticien parce que je n'avais pas le foie (la foi!) assez solide à l'époque pour supporter des litres de bière. Aujourd'hui je n'ai plus aucun problème avec mon foie. Etrange, je suis plus vieux et j'engouffre pourtant... peut être que, finalement, le problème n'est pas l'aliment (j'ai résolu mon karma de manque de foi depuis) !

**
Le problème des thérapies et de l'aide des autres, c'est que ça ne peut être qu'une étape temporaire.
Tout simplement parce que les effet de la pilule d'ecstasy sont différents suivant les gens: certains se prennent pour des homards et d'autres pour des schtroumphs. La voie de remontée n'est pas le même, et communiquer c'est un peu périlleux. (mais je suppose que tout le monde s'est aperçu qu'au niveau grossier la communication était systématiquement un dialogue de sourds : c'est à cause de ces disparités. Seul le niveau subtil est utile dans la communication parce qu'il reconnecte des choses des deux côtés.)
La meilleure aide est celle des maitres, qui par leur seule présence permettent à l'autre de reconnecter un peu leur part divine. Donc, si on veut réellement aider les autres, la seule chose à faire c'est devenir un maitre le plus vite possible.

PS:

a)
Cette étape de l'Ego (singe pensant) est une nécessité pour passer de l'âme groupe (animal) à la relation au divin (humain véritable). Elle n'est pas inutile et certainement pas une souffrance gratuite. On peut voir l'humain un peu comme le chaos primordial de la construction du divin.

b)
Le problème n'est pas lié au mental et à l'émotionnel, mais plutôt au fait qu'ils ne sont pas utilisés convenablement au départ. Voyons un chat : sur le plan physique il est capable de passer de la passivité totale à une action extrême en un instant. Puis de repasser à la passivité totale. Il est dans l'utilisation correcte du corps physique.

Un humain, sur le plan mental et émotionnel, devrait fonctionner pareil : toute son énergie devrait être dans le spirituel, puis exploser pour exprimer une action, une émotion ou une pensée créatrice, et remonter instantanément dans le spirituel.

L'humain se comporte sur le plan mental et émotionnel comme un chat qui aurait Parkinson et Alzheimer, se comporterait au niveau physique. Le problème est que le mental et l'émotionnel dirigent à partir de leurs blessures karmiques. Il faut laisser le divin réparer, entrer dans le spirituel (ou l'esprit ou le rien ou la vacuité), et ensuite la part humaine peut être utilisée de manière correcte par la part divine. Au fur et à mesure du processus notre conscience s'éveille et passe dans le spirituel au lieu du mental et de l'émotionnel.

Ce qui fait qu'on peut vivre pleinement les pensées et les émotions au lieu d'être dirigé par elles. Et on laisse la part divine exprimer l'action, l'émotion et la pensée justes !
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 19:22
Il est très clair que nous avons changé de sphère énergétique depuis quelques jours, tellement que c'est à se demander si on est sur la même planète.

Je le perçois comme une déstructuration extrêmement rapide de nos anciennes vies (je peux le voir facilement sur ma femme et sur Pascal, et également sur moi). Comme si on se débarrassait à vitesse grand V de tout ce qui a fait nos préoccupations dans la vie depuis la naissance.

C'est assez pénible et fatiguant parce que ça reconnecte très vite et très fortement de vieilles blessures émotionnelles et de vieilles manières de s'en protéger avant de les lâcher. Mais c'est carrément une accélération importante dûe au processus de transformation en cours.

J'ai toujours été à fond dans le mental, le troisième œil (donc l'inconscient collectif) et un pro de la fuite de la vie en tout genre (y compris aller regarder dans d'autres dimensions pour être sur de ne pas être ici).

D'un coup, les expériences que je fais me montrent la futilité et l'inutilité du mental et de l'émotionnel (ou du moins leur existence très relative), que l'inconscient collectif n'est qu'un ramassis de vieilleries qui tournent en boucle et que je n'ai rien à voir dans d'autres dimensions dans cette vie.

Je me retrouve ancré dans la matière à contempler mon monde manifesté devenir plus jouissif chaque jour, et non plus à percevoir ailleurs. Je ne vois plus rien sur les autres (ils semblent s'être transformés en œuvres d'art, reliés à un chaos mental et émotionnel qui ne m'intéresse plus du tout). Et mieux encore, je ressens à quel point ça ne sert à rien et à quel point personne n'a réellement besoin d'aide en ce moment. C'est étrange, mais on dirait que ceux qui sont prêts sont mis en phase d'évolution rapide, et les autres suivent leur chemin d'évolution normalement. Pas besoin d'en rajouter plus.

Je suis totalement occupé par ma transformation intérieure, qui consiste simplement à laisser faire ma part divine et à plus me soucier de rien. La quantité de choses qui partent est tellement importante, que je n'ai même plus l'envie de regarder. Je laisse faire en lâchant prise du mieux que je peux.

Je vais simplement continuer à utiliser mon journal, mais peut être moins détailler, vu que ça ne sert à rien dans l'absolu.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 19:07
Depuis ce matin, le christ intérieur s'est installé dans le canal central (en fait il a investi le coronal, s'est mis au centre de la tête et, par le canal central, a investi également le premier chakra).

Il a continué un boulot assez conséquent qui consiste en la dissolution de toutes mes croyances et la réparation des blessures émotionnelles. Ce matin, j'ai eu quelques images de souffrances qui sont remontées, et cet après midi, par moments, j'ai eu des infos sur la manière dont ma structure mentale a été construite, (c'est particulier à cause de ma nature autiste du départ). Et ça dé-constitue à tour de bras.

En réalité, je n'ai plus de but depuis un moment (en fait mon mental ne m'envoie plus de truc pour m'occuper à part les vieux schémas qui se déclenchent pour se faire nettoyer), du coup, je rentre dans la contemplation de plus en plus souvent. Et puis ça reconnecte un truc et c'est reparti pour le bla bla. Mais c'est un peu comme quand tu ressors un vieux jouet du placard : tu n'y crois plus vraiment, ça manque donc de consistance. Le fait de voir que la réalité n'a rien à voir avec la sphère mentale et émotionnelle, est assez étonnant également, parce que ça déstructure tous les repères de la personnalité humaine . A un moment, je me suis senti totalement vide (j'ai compris par le silence de l'esprit qu'ils avaient coupé une couche sous-jacente de pensée inconsciente que je ne perçois pas en temps normal. ). C'était flippant, je pouvais utiliser le mental mais quand j'essayais de penser en passant par le silence de l'esprit (donc le spirituel), et ensuite en traduisant en pensées (donc en mental) ) c'est comme si y'avait de l'écho dans une pièce vide. Etrange, étrange . Et puis c'est revenu

Donc par moments, je ne comprends plus rien, ou je ne reconnais pas mes doigts ou mon visage dans le miroir. Mais bon, ça passe vite. Pour l'instant, ce qui vient c'est de laisser faire sans me soucier de rien : de toute façon dès qu'on touche le mental j'ai du mal, alors toute la journée ça fait bizarre. J'ai compensé mon détachement de la matière par un fort attachement à ma structure mentale en fait, et passer sans transition à un fonctionnement purement spirituel ça va être long pour moi.

Heureusement que la lumière y va vraiment mollo, et que les désagréments ne durent pas parce que c'est vraiment étrange et flippant par instants.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 19:05
Hier soir, la soirée à très mal commencé. Un gros problème qui essaie de s'exprimer depuis le matin.
Ca me fait disjoncter tout le système énergétique (en résumé, je crame de partout). Au vu de mon manque de clarté, je finis par appeler Pascal. D'après lui, je résiste à une peur qui essaie de s'exprimer dans le ventre, et en retour, ça fait disjoncter tout le système derrière (y compris la tête!).

Donc, je vais me coucher (il est 20h00) et je pars en méditation/dodo. Je laisse la part divine reprendre les choses en main. Après un peu de galère, je finis enfin par lâcher prise. Immédiatement la lumière reprend le contrôle de l'énergie, et remet tout en ordre. Elle me vide petit à petit les karmas, peurs et problèmes cachés à ce niveau. L'énergie divine s'installe dans les chakras du bas petit à petit. Le premier chakra, ça va assez vite. Puis c'est passé au deuxième qui posait le plus de problèmes.

Il en est sorti une tonne. C'est lié à l'identité sexuelle. (quand j'étais petit, ma mère attendait deux filles jumelles, et a eu la surprise de voir débarquer un garçon dans le tas, je devais même m'appeler Sophie pour dire.) Le problème, c'est que c'est lié à l'intra utérin, donc super profond. Par dessus ça, s'est rajoutée une quantité pas possible de problèmes de société liés à l'identité sexuelle. C'est pire que la cata, pour retrouver l'homme divin et la femme divine y'a du boulot, faut lever des couches de castration mutuelles pas possible là dedans. (l'homme castre la femme et la prive de sa divinité, et la mère castre ses enfants pour faire bonne mesure, un grand moment de joie collective, décidément. Pour accepter le divin dans les deux, faut aller chercher profond).

Quand ça a été totalement fini, l'énergie divine était bien installée dans les deux premiers chakras et il devait être 23h00. Quand je dis qu'il en est sorti une tonne, je pèse mes mots. Heureusement que j'ai laissé faire le divin, ça n’aurait pas été gérable autrement de toute façon. A ce moment là, la jouissance est revenue. Passer du corps qui brûle entièrement, au plaisir de la sensation énergétique correcte et ensuite à la jouissance divine, c'est passer de l'enfer au paradis.

Ensuite, deuxième partie de la nuit où on s'attaque au troisième chakra et en partie au quatrième. Dans le troisième il faut lâcher complètement les illusions de la société. Et là, y'en a pire qu'un paquet. A un moment, alors que je profitais sereinement du boulot du christ intérieur et de la lumière sur moi (qui m'envoie des images ou des commentaires quand un truc s'en va), je commence à sentir mon esprit se dissoudre et le cœur   s'ouvrir. Ca provoque encore une réaction de panique*. Suite à l'échec du passage dans le non manifesté, la lumière commence à me faire sauter tous mes attachements (au mental entre autres)**. Y'en a un paquet là encore, dans le troisième chakra mais ailleurs également.

Ca a été le pied toute la nuit, et j'ai lâché une tonne de trucs à ce niveau. J'ai eu droit à trois ou quatre rêves sympas pour me détendre entre deux séances, et à un moment, il semble que je n'ai pas été lucide et que je sois passé dans le non manifesté. (celui que je n'arrive pas à voir encore).

Ce qui est marrant, c'est que ce matin je sens le divin présent dans les chakras du bas, et le christ intérieur est là, dans mon corps. Le thème du jour : on lâche la violence et les conflits. (déconnexion du reptilien et je ne sais pas quoi d'autre, cet aspect est, semble
t-il, connecté en permanence dans notre société, alors qu'il ne devrait l'être que dans certains cas de survie). Ce matin sur la route, j'ai eu droit à quelques explications supplémentaires.


*
Je ne peux pas décrire cette sensation mais elle est terrible pour moi. Comme si tout ton esprit se dissolvait dans le néant, et toi tu assistes impuissant à sa dislocation. En plus, tu ne peux plus être cohérent dans le mental (vu qu'il n’y en a plus) et dois passer obligatoirement dans le silence de l'esprit dès le départ. Ca fait assez peur quand même. Je sais qu'après, tout se dissout, même la conscience, mais je n'ai pas pu en ramener plus des deux fois où je m'y suis retrouvé par surprise. Il semble que cet endroit nécessite beaucoup de temps d'adaptation et d'évolution pour en ramener quelque chose de conscient. Mais en réalité c'est positif : je sens clairement la part divine non manifestée m'appeler à elle de l'autre côté. Mais la peur est encore trop forte, et la part non manifestée patiente. Elle m'a laissé du répit après deux essais en disant en silence qu'elle me rappellerait quand je serais prêt. Bon ben oui, je suis un cancre et après? Je débute dans le mystique, le non manifesté, ça me fait encore flipper !

**
On ne peut aimer inconditionnellement que ce à quoi on n’est plus attaché. Sinon on projette son Ego sur la chose ou l'être en question et on n’est plus capable de s'en libérer et de l'aimer réellement. (l'attachement s'exprime autant en amour duel qu'en haine. Ce qu'on déteste on s'y attache en réalité. La moindre trace d'Ego laissée à l'extérieur crée un attachement).
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 19:10
Bon, eh bien on peut dire que ça ne rigole pas. Je laisse faire le divin sur moi, et il remonte des souffrances profondes totalement improbables. (des trucs qui hésitent entre l'intra utérin et le nourrisson). Une journée où j'en prends plein la gueule. Déprime, fatigue, je ne comprends rien à ce que l'émanation de mon maitre essaie de m'expliquer. (il traine dans mon bureau).

A un moment, j'ai eu une montée d'énergie monumentale par le bas, suivie de la liste de toutes mes peurs sous formes d'infos qui remontent ou d'images. C'est mon pouvoir perso que j'ai refoulé (si vous aviez mon karma vous comprendriez: on ne file pas un flingue à un timbré). Mais je crois que s’il se débride c'est qu'il est temps de l'accepter à nouveau. Bien sur, j'ai eu droit à ma vision de l'actualité avec la vue de tous les mensonges et le n'importe quoi qui traine. Juste pour voir qu’il n’y a rien à faire. Etre clairvoyant et regarder les nouvelles, c'est vraiment déprimant*. Ca, c'est le côté père chez moi : voir l'extérieur.

Bon, une fois que j'ai eu droit à accepter ces souffrances, j'ai quand même pu, enfin, avoir droit à une petite douche d'amour inconditionnel et de compassion de la part de la lumière. C'est la première fois que je ressens cette énergie d'amour et de guérison totale qu'est la compassion (en tout cas dans cette vie). C'est très sympa.

Si mon pouvoir doit servir à quelque chose, au moins que ce soit à générer ça, le reste ne sert à rien. C'est peu- être à ça que servaient toutes ces souffrances sur toutes ces vies : comprendre que rien ne surpasse la compassion et l'amour inconditionnel.

Tyranniser quelqu'un (même si on croit que c'est pour son bien), ça sert juste à faire un psychopathe. Seul l'amour guérit, pas la tyrannie. Donc, si les gens ont envie de se mettre sur la gueule, ça ne sert à rien de leur taper dessus en leur disant de s'aimer les uns les autres, la seule chose qu'on peut faire c'est évoluer soit même, filer sa compassion, et les laisser faire leurs erreurs pour évoluer. Je crois que c'est la leçon du jour.

Bon ben, on continue sur tous les blocages qui bloquent le cœur, c'est pas top, mais nécessaire, alors autant lâcher prise et me laisser enseigner. On peut dire qu'aujourd'hui c'est un gros bas.


*
Quand j'essaie d'expliquer à mon patron que l'erreur c'est que les gens croient que nos dirigeants sont intelligents et ont un quelconque pouvoir (c'est pour ça qu'il y en a qui croient qu'il y a des plans machiavéliques), alors que la réalité c'est qu'ils ont le QI de monsieur tout le monde, et que le reste, eh bien leur sert à grappiller tout ce qu'ils peuvent d'argent et de pouvoir personnel, il ne me croit pas. Si le monde c'est le bordel, ce n'est pas tant qu'il y a un plan machiavélique pour le rendre pourri : c'est juste que nos dirigeants sont à notre image, complètement égocentriques et relativement cons.
Quand on vote pour un acteur/menteur professionnel ivre de pouvoir, faut pas s'attendre à ce qu'il sache faire autre choses que jouer la comédie et faire plaisir à son Ego. Et par définition, un homme politique est un acteur/menteur professionnel. Notre société hésite entre le comique et le tragique. Mais bon, c'est son affaire, puisqu'elle n'a que l'existence que toutes les consciences veulent bien lui donner. D'un autre côté, en ce moment elle vide son karma. Ca a donc des chances d'évoluer à long terme.

PS:

a)
Il s'agit vraiment de guérir sa relation à la mère humaine et au père humain pour entrer dans le divin. On peut le tourner dans tous les sens, y'a rien d'autre à faire. Le souci, c'est que ça fait remonter un passif long comme le bras. En plus, tu te dis que forcément toi aussi tu vas rendre tes enfants tarés, enfin bon, c'est pas le pied. D'un autre côté la lumière dit que c'est nous qui les avons choisis pour évoluer, donc autant lâcher et pardonner en se disant qu'un enfant qui vient chez nous, eh bien c'est qu'il le veut bien. Ce qui, semble t-il, est totalement vrai. Donc, plus de culpabilité.

b)
Accepter son pouvoir et en faire de l'amour inconditionnel et de la compassion ce n'est pas simple pour moi. Mais laisser son pouvoir en retrait, ou s'en servir pour essayer de rendre l'extérieur comme on le souhaite ne sert à rien. J'ai assez de karma sur la question pour l'avoir assimilé, maintenant.

c)
Les nœuds du quatrième chakra, c'est carrément du costaud.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 19:15
Journée d'hier bizarre, pleine de contrecoups physiques, donc assez pénible et déprimante, et aucune info d'en haut. C'est étrange pour moi parce que c'est rare, mais ça arrive quand je suis en mode émetteur (donc je n'écoute plus ce qui vient du haut).

Le soir, ça s'améliore enfin et je comprends qu'il va être question de bosser sur les chakras du bas et d'intégrer le divin à ces niveaux. Donc, le soir j'ai commencé à dormir, et aussitôt la lumière a commencé à agir au niveau des énergies des jambes et du premier chakra. Je suis en méditation, paralysé, à laisser la lumière modifier mes énergies. C'est sympa, ça provoque une espèce de jouissance dans tout le corps de connecter correctement les énergies du bas. A un moment, mon corps disparait et je suis juste dans le divin et la jouissance. (je ne suis que de l'énergie).

Ca a été entrecoupé de divers rêves (pour moi y'a pas trop de séparation), je suis dans la lumière depuis un temps indéfini, et je rentre dans un rêve. Là c'était vraiment émotionnel, ça défoulait un truc quelconque, une histoire de jedi ou je ne sais pas quoi. C'était marrant en tout cas. Mais pas moyen de savoir ce que la guerre des étoiles faisait là.

Puis, le rêve fini, je me retrouve à nouveau dans la lumière. Apparemment le boulot a pas mal avancé pendant le rêve, parce que là, l'énergie divine est présente dans tout le corps, avec une lumière rouge. En réalité, dans cet état je ne suis plus dans mon corps physique réellement, je baigne dans la lumière, mais j'entends les sons venant de l'extérieur et de la chambre.

Donc, deuxième rêve émotionnel (ma femme est entrée se coucher, je l'entende). Un rêve  où on fait des travaux dans la chambre. (ça doit être le bruit que font des jeunes dehors). Et je réintègre encore la lumière après le rêve. C'est fun, c'est un peu comme si tu allais au ciné entre deux séances de transformation par la lumière. Surement quand elle ne veut pas m'avoir dans les pattes pour toucher un truc délicat, elle m'envoie dans un rêve (c'est vrai en plus semble t-il !).

Entre deux rêves, je discute un peu avec mon nouveau maitre (je le perçois présent, mais j'ignore comment). Il bosse à ouvrir le cœur (ça par contre, je le sens bien au centre de l'énergie sans forme que je suis)  et qui m'explique différentes choses sur le rapport aux autres.

La jouissance provoquée par la présence de la lumière et du divin a encore monté d'un cran, et s'est transformée en espèce de plénitude au niveau du cœur (comme quand tu es pleinement comblé dans la vie, je ne peux pas décrire mieux). C'est le stade au dessus. Mon maitre* m'a expliqué qu'en intégrant le divin de plus en plus, je devrais entrer dans des étapes d'extases mystiques de plus en plus grandes jusqu'à atteindre la vacuité qui est le stade ultime de l'union divine et qui dépasse l'extase. Bon là, j'avoue que ce n'est pas pour moi la vacuité pour l'instant, mais bon, autant prendre son temps.

Voilà, j'avoue que c'était le pied de baigner dans le divin, et pourtant j'entendais toujours le bruit des jeunes à moto dehors. Vers un heure du mat’, je sors de ma méditation/sommeil, mais je n'ai eu aucun moment sans lucidité, donc j'ai plus l'impression d'une méditation de plusieurs heures. Par contre je suis totalement reposé comme si j'avais dormi une journée.

Je laisse courir et repars en méditation (c'est trop le pied en fait de baigner dans le divin) et je laisse le divin continuer à virer les karmas et de l'Ego. A un moment, je me suis vraiment endormi (sans lucidité) quand même, pour finir ma nuit.

*
De ce que j'ai compris, c'est mon 'christ intérieur' mais je n'en sais pas plus.
En tout cas, il a une émanation costaud le bougre. La lumière est plutôt 'le père/mère' et lui 'le fils'.

PS:
C'est rare que je sois lucide aussi longtemps en dormant, d'habitude y'a des zones d'ombres entre les rêves. Mais le week-end a amené tellement d'évolution, qu'il a fallu intégrer énergétiquement les modifications et le contrecoup.


Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 19:10
Ce week end, on a fait l'enterrement de vie de garçon de Pascal. En résumé, on s'est tous éclatés, et on n’a fait que des conneries dignes de gamins de 10 ans. On s'est tous défoulés comme des malades, mais mieux encore, j'ai du faire sauter trois tonnes de limitations que je n'avais pas fait sauter pendant mon adolescence, et Pascal a bel et bien enterré son adolescence (enfin!). (l'adolescence* est une étape nécessaire, et si on ne l'a pas vécue correctement, faut rattraper plus tard.)

On a fait tout et n'importe quoi. On a commencé au whisky vers 8h du mat, et on a fini à 2h du mat avec le clou de la soirée : le futur marié qui se fait embarquer par les flics et finit la nuit au poste. Il était ravi de sa soirée le lendemain en sortant, et on peut dire qu'on a fait sauter de fausses croyances sur la société. (entre autre dixit Pascal, les flics sont super sympas et font leur boulot comme tout le monde, bon faut dire qu'il n’a pas braqué une banque non plus).

Ca a tellement fait sauter de choses, que j'ai eu le dos bloqué et mal partout pendant deux jours. Gros contrecoup donc. (une douleur pas possible entre les deux omoplates, l'impression de vibrer intérieurement (ça me fait ça quand trop d'énergie passe par le plexus) et ça tournait : un coup la cheville gauche, puis la droite , les poignets etc..)

*
C'est une étape initiatique où on conquiert sa liberté en découvrant ses limites, et qui on est vraiment. Ca devrait culminer avec une épreuve qui permet de passer à l'âge adulte. (le bac, qui devait faire office d'épreuve initiatique, ne représente plus rien depuis longtemps). Résultat, personne ne peut vivre sa vie correctement et plus personne ou presque n'obtient la liberté d'exercer son pouvoir sur le monde.

PS:
enfance (0-10) : apprentissage du monde.
adolescence (10-25) : transition et découverte de son pouvoir sur le monde.
adulte (25-70) : on exerce son pouvoir sur le monde.
vieillard (70+) : renoncement au monde.
(cette étape doit permettre de se détacher pour retourner à la source et ne pas se perdre dans l'état intermédiaire. Mais dans notre société, les gens attendent la retraite pour commencer à vivre puisqu'ils ne le font pas à l'âge adulte (métro boulot dodo ce n'est pas une vie), alors qu'ils auraient du le faire entre 25 et 70 ans. Résultat, plein de gens n'arrivent pas à s'en aller et finissent dans l'état intermédiaire**).

Bien sur, les âges de ces étapes sont très variables suivant les gens et la société. Dans notre société tout est complètement pervers (à cause du système lui même), donc l'adolescence n'en finit plus. Beaucoup de gens n'en sortent pas, beaucoup d'enfants ne vivent pas leur enfance etc.. Tout ça doit être réparé à un moment si on veut évoluer.

**
La mort, pour moi, se passe en deux étapes majeures:
1) Renoncement à son corps et à sa vie matérielle. (quand on a passé cette étape on peut prendre le tunnel de lumière. En attendant, on peut hanter la matière et se faire un film dans une dimension du dessus en regardant les vivants.)
2) Renoncement à son esprit. (quand on a passé cette étape on peut fusionner avec la source. En attendant, on reste dans des paradis spirituels de notre création).

Ce sont les étapes de fusion avec la lumière en méditation. Si on n’a pas travaillé sur soi à dégager les karmas, on peut trouver n'importe quoi sur la route et se paumer dans ses fantasmes ou ses karmas (comme en méditant). Mais à mon sens, rien de grave, comme d'hab, et encore une fois, à un certain niveau ça peut être des expériences d'évolution également. A tout moment il suffit d'appeler sa part divine (de la manière qu'on veut, suivant ses croyances) et elle règle tous les problèmes dans cet état intermédiaire et nous fait monter si on est prêt. Bien sur, le principal obstacle encore et toujours est du au degré de conscience et de clarté d'esprit.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 19:08

Donc hier, gros boulot sur l'enfance. Le midi, je me laisse guider et je vais à nouveau au restau (décidément, quand je laisse faire je trouve que j'y vais bien souvent en ce moment). Un restau que je ne connais pas trop et où je ne vais jamais en semaine normalement. Ca doit bien faire 6 mois que je n'y ai pas mis les pieds.

C'est bondé (faut dire que c'est climatisé et bonjour la chaleur dehors). Je m'installe, et là, je me retrouve à coté d'une femme relativement jeune qui mange en tête à tête avec sa mère. Sur une table plus loin, deux hommes mangent, avec un petit garçon (de 6 ans environ), tout mignon avec ses bouclettes, bien habillé et poli. Comme il s'ennuie à table il se lève et va discuter avec la dame de la table juste à côté de la mienne tout le repas. Apparemment il l'a choisie au pif dans le restau.  Inutile de dire que c'est la première fois de ma vie qu'un truc pareil arrive, mais encore une fois quand on bosse un truc, une petite expérience extérieure s'impose.

Ce qui me vient, est que l'enfant est en vide affectif et en train d'essayer de faire un numéro de charme à la dame de la table. Elle semble prendre plaisir à écouter l'enfant. J'observe tranquillement en mangeant. Vers la fin du repas, alors que l'enfant a bien sympathisé avec la dame, il commence à lui dire d'un ton très sérieux, que sa mère et sa sœur l'ont abandonné pour aller vivre à Paris ( a priori ses parents ont divorcé) et que sa mère maintenant, il la déteste, et que si elle revient il faut la jeter par la fenêtre.  Il le dit avec une souffrance et un sérieux qui me touchent un tantinet. Faut dire que ça touche pile poil mon problème*. Ca fait sortir à peu près deux tonnes de souffrance et de haine chez moi.

L'autre en face, qui ne capte pas du tout la souffrance de l'enfant (en résumé elle projette un désir d'enfant sur lui, et moi mon schéma d'abandon, on ne voit pas du tout la même chose). Elle lui dit en rigolant "Quand on est malheureux comme ça, la seule chose à faire, c'est de se gaver de chocolat.".

A ce moment je regarde la glace au chocolat que je suis en train de bouffer qui a soudain pris un gout dégoûtant dans ma bouche. (la lumière qui en rajoute derrière genre 'on a les deux schémas là, tu peux lâcher'). J'ai pas fini ma glace, j'ai demandé l'addition et je suis parti.

J'ai du maudire la planète, les mères et tout le système mental qui nous fait créer des schémas pendant à peu près une demie heure, avec la lumière derrière qui me dit simplement que je ne suis pas objectif.  Que je regarde suivant un 'point de vue' relatif particulier, mais qui n'est pas le plus haut**.

Puis, ça a lâché.  Bien évidemment, j'ai croisé par hasard au moins trois filles avec des seins énormes et des décolletés qui allaient avec, et d'un coup j'ai connecté un intérêt tout particulier pour la question (plutôt du genre laitier). Puis c'est passé, j'ai laissé la lumière continuer de virer des choses.

Quelques minutes après, le monde a pris un air de dessin animé très coloré, un peu bisounours mais avec une jouissance sous jacente. (comme si tout ton corps énergétique était une jouissance) Super marrant de reconnecter le mode bébé. Comme si tout ce que je voyais était source de jouissance : le monde est devenu une sorte de tapis d'éveil.

Vraiment super marrant, faut avoir vu le monde comme ça en conscience, au moins une fois dans sa vie.

J'ai eu tout un tas d'infos concernant la jouissance : entre autres le fait que nous cherchons à l'extérieur quelque chose que nous bridons à l'intérieur. On se cache la jouissance naturelle de la vie, et ensuite on la projette dans des dérivés en construisant des couches par dessus. Si on laisse le système se faire reconnecter entièrement, on peut retrouver sa jouissance naturelle et ne plus la projeter sur des cibles extérieures (des objets, des gens, du sexe, une situation etc..)

Le soir, la lumière m'a prévenu qu'ils allaient me virer énormément de peurs créées à partir des deux schémas de base que j'avais faits, et également travailler mon premier chakra. Cette nuit pleins de trucs ont viré (dont la peur du vide semble t-il, mais je n'ai pas pu tester pour l'instant), mais je ne l'ai pas vécu en conscience réellement.

Aujourd'hui, la lumière bosse à dé-constituer les techniques de prise de pouvoir sur les autres***. A priori, c'est le fait qu'on se coupe de notre jouissance qui fait que notre système de société et de communication personnel bâton/carotte fonctionne.  En résumé, les gens croient que leur jouissance est à l'extérieur et toutes les techniques de manipulations/communications sont basées sur le fait de leur faire peur de perdre l'objet de cette jouissance (souvent inexistante), ou pour leur donner envie de la trouver en faisant une action.

On peut dire que notre société fonctionne complètement au niveau pipi/caca.

Donc la lumière dé-constitue, et à la place, commence à apparaitre la vraie jouissance de la vie qui est la nature de l'enfant intérieur et que rien ne peut surpasser dans notre pauvre société.

*
Quand je suis né, on était 3 dans un mouchoir de poche : mon frère un an de plus, et ma sœur jumelle. C'est une jeune fille au pair qui s'est le plus occupée de mois pendant les 6 premiers mois.  Quand elle est partie, ça a été vécu comme un abandon de mon côté (pour moi c'était ma vraie mère), et j'ai commencé à développer un amour/haine des mères, intense. Exactement la même que l'enfant qui est là, à ce moment. Elle était anglaise, et quand j'ai commencé à parler, je parlais comme elle avec les mêmes fautes de français, pour donner une idée.

**
La lumière me dit que je focalise sur l'homme qui fonctionne comme il fonctionne (même si c'est bancal) et qui n'est que ce que nous en faisons. (puisque nous sommes des esprits créateurs en réalité et pas ces corps).

***
Et inversement. Si on se donne du pouvoir sur les autres, on est obligé de leur en donner sur nous. L'univers fonctionne comme ça.

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 19:01

Aujourd'hui, je me suis fait une heure de sieste au bureau à midi, au lieu d'aller manger. Excellente idée, ça m'a fait un bien fou. La limite entre le sommeil et la méditation n’est pas très claire dans ce genre de cas, puisque j'ai été conscient tout le long.

En résumé, je commence par m'installer dans mon fauteuil en position confortable. Dans un premier temps, la lumière arrive en force et investit tout le corps et au delà. A ce moment, je ne peux plus bouger. Pendant la première phase, je sens mon corps assis sur la chaise. Tout le long, j'ai conscience d'être dans mon bureau et j'entends les bruits dehors (même si je n'y fais pas attention).

Au départ donc, la lumière focalise sur certaines énergies chaotiques (je les ressens comme des brûlures à l'intérieur de moi), je lâche prise et la laisse résoudre les choses. La lumière investit ces endroits et les transforme en lumière à leur tour. A ce moment, j'ai un petit rêve ou une info qui sort alors que le problème s'en va. Pendant la première phase c'est donc une succession de rêves ultra courts reprenant des scènes de mon enfance (le thème c’était l'adolescence, parce que j'ai eu droit à plein de trucs oubliés) plus des bonus: des trucs incompréhensibles que je laisse passer. A chaque fois la lumière agit de plus en plus et les brûlures se transforment en lumière. Le corps prend un équilibre énergétique différent, mais je n'y prends pas garde.

Dans la deuxième phase, ma forme physique a disparu, je suis sans forme et sans limite véritable, constitué de l'énergie de la lumière qui continue à traiter abondamment les choses en moi. Je ne perçois plus vraiment mon corps mais il y a toujours le bruit de fond extérieur de mon bureau même si je n'y prends pas garde. Le bien être est très important (puisque je ne suis que de la lumière) mais pas extatique non plus et je suis parfaitement conscient.

Dans la troisième phase, je suis sans forme, mais je ne suis plus de l'énergie non plus par moments. C'est passé sur une autre étape.* A ce moment j'ai eu un déblocage important, presque extatique (il était parti une demie tonne de blocages liés à l'enfant intérieur encore et à l'éducation). Juste après, je me suis retrouvé avec un esprit brouillardeux, comme si je commençais à perdre la clarté. C'est une illusion et je contourne la confusion en prenant les infos sans forme, directement dans le silence de l'esprit (au lieu de les faire transformer par le mental ). La lumière m'a expliqué silencieusement que j'arrivais à lâcher mon corps, mais pas encore mon esprit (et donc mon identité).  C'est pour ça que le mental bloque et réagit en devenant confus.

A ce moment, je me lève. Une heure s'est écoulée et je reprends le boulot, puisque j'entends les stagiaires remettre le répondeur. Parfaitement reposé, bien plein de lumière et avec la lumière en train continuer à bosser à enlever le brouillard mental. Ce n'est pas gênant que je programme ou pas, je lui laisse la totale maitrise des choses**.

Le peu que j'ai eu sur la question, c'est que je me suis illusionné pour faire comme les autres dans mon enfance, et c'est ce brouillard mental que j'ai mis en place moi même pour me sentir 'normal'. Accessoirement, il semble que la notion d'identité ne peut pas être lâchée dans l'immédiat (même si je ne panique plus depuis que cette peur a été enlevée et que j'ai trouvé l'observateur silencieux), simplement parce que la mienne a besoin d'être réparée avant.

Ca parait contradictoire mais le fait que nos identités profondes soient refoulées très tôt (dans le système occidental) expliquerait le fait que ce soit la chose que nous ne voulons pas lâcher. Car plus une chose nous manque, plus nous y sommes attachés.

*
Ce qui est étonnant, c'est que par moments je perçois les trois niveaux (sans forme, énergie et bureau puisque j'entends les sons extérieurs) mais à des niveaux différents. Puis, au fur et à mesure, ne reste que le sans forme, mais il y a encore le son du bureau et le brouillard mental. C'est donc un mélange des trois types de perception un peu bâtardes.

**
Après une méditation c'est bien plus facile. Mais ce n'est pas toujours aussi simple. Le lâcher prise est quelque chose que je réussis pas trop mal depuis récemment, et ça va de mieux en mieux.

PS:
Depuis que je perçois le mental des autres, je me suis aperçu que personne ne vit sa vie véritable : tous font plaisir aux parents humains inconsciemment à de rares exceptions près. Et il semble que c'est un problème très marqué en occident. Accepter de retrouver son identité profonde est le seul moyen de ne plus s'y attacher.
(C'est choisi par l'âme bien sur, puisque, en fin de compte, tout est toujours sous contrôle à un certain niveau. Mais les gens sont tous des constructions bancales du coup. Ca a fait parti d'une expérience d'évolution à un moment, mais ça doit être réparé collectivement maintenant, semble t-il.)

PPS:
Comme d'habitude, le sens qui a le plus de facilité est le toucher, suivi de la vision.
Le son pose problème puisqu'il reste sur la matière (à part le bruit de cascade intérieur habituel, mais qui n'évolue pas au delà d'un certain seuil), bien que le goût et l'odorat je ne sais pas où ça en est. (j'en ai très peu et ne sens rien à ce niveau en méditant). C'est peut être le fait que j'ai bloqué l'accès subtil au son dans ma jeunesse, le problème. Il me semble qu'en méditant, tous les sens devraient retourner dans la lumière et le sans forme, à terme. Pour l'instant c'est une expérience de fusion partielle, donc.

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article