Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Evolution spirituelle.
  • Evolution spirituelle.
  • : Un blog pour noter toutes les expériences spirituelles que nous avons fait ou faisons avec pascal. Un moyen de s'y retrouver et de progresser.
  • Contact

Thérapies

2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 21:46

- Des enfants jouent dans la cour de récréation.
Sans aucune règle tout le monde joue à son jeu.

Puis une personne arrive et propose qu’ils jouent tous au même jeu : le ballon prisonnier par exemple. Puis d’autres règles arrivent et d’autres encore etc..
Au bout d’un moment le jeu devient trop étriqué, un autre arrive et rappelle que c’est qu’un jeu et que tout le monde peut choisir ou non de participer et d’appliquer les règles (voire d’inventer ses propres règles).

Le premier fait monter la matière dans le spirituel et l’autre spiritualise la matière.
Le monde n’est guère plus compliqué que ça.

- Spiritualiser la matière : rendre de la souplesse aux règles pour permettre de changer de jeu.
Diviniser la matière : rappeler qu’on perçoit toujours la lumière divine (puisque tout n’est qu’une construction de lumière déformée issue de notre étincelle divine) et que telle ou telle part de matière est divine.
Sacraliser la matière : permettre de trouver la foi à partir de tel ou tel bout de matière.

Suivant les énergies de chacun, certains spiritualisent, d’autres divinisent (des illuminés) la matière, d’autres sacralisent (des saints).

Des fois un simple artisan peut ‘diviniser’ , spiritualiser ou ‘sacraliser’ ses constructions (un tableau, de la bouffe, du vin etc..) simplement parce qu’il est accompagné ou constitué de la bonne énergie.

Parfois un simple mendiant crasseux alcoolique hargneux et méchant, assis au coin de la rue suffit à sacraliser, diviniser ou spiritualiser un coin, juste parce qu’il est constitué de cette énergie ou accompagnée par elle…

Une bouteille de vin (un exemple au hasard, mais j’aurais pu prendre une bagnole par exemple ou une merde de chien):
Divinisé : permet d’aider les autres et soi même à percevoir qu’il s’agit d’une construction de lumière divine.
Sacralisé : permet aux autres et à soi même de trouver leur foi à travers elle. (lié au sacré)
Spiritualisé : permet de se rappeler que sa forme et ses effets ne sont que notre création.. et qu’il est possible d’en changer à chaque instant.

Une crotte peut être à la fois divinisée, sacralisée et spiritualisée.

- Le choix est à l’humain, les moyens au divin.
Notre part relative fait des choix, notre part absolue les réalise et les manifeste.
En temps normal les gens essayent de faire le boulot du divin (donc de créer des choses) et ne font pas le boulot de l’humain (les choix). C’est normal que ça marche de travers.
Bien évidemment, cela crée l’avoir et le paraître (la lutte pour un but) et l’autre manière de voir les choses conduit à l’être (sans but et sans lutte).

- Plein de gens parlent de spiritualité mais sont encore à vouloir ‘évoluer’ et surtout faire évoluer les autres (parce que c’est plus simple de voir les défauts des autres), "forger le corps de lumière", ascensionner dans la lumière, être des saints plein de pouvoir etc…
Ce faisant ils ne réalisent même pas qu’ils sont dans l’avoir et le paraître et surtout qu’ils vivent en attente du futur. C’est un piège normal mais qui se dissout petit à petit.
A un moment on se contente d’être ici et maintenant dans ce monde, ce corps et cet état, quel qu’il soit, et curieusement, plus rien ne pose problème.

- Un jour les gens comprendront qu’il n’existe qu’une part relative, et une part absolue et que le ressenti n’est que la traduction plus ou moins claire des informations issue de cette part absolue, que saint machin n’est qu’une part plus élevée de nous même comme les autres ne sont qu’une autre version de nous même. Suivant notre avancement cette perception prend telle ou telle forme..

 

-On fait des choix, et on attire à nous ceux qui font les mêmes choix ou qui nous font évoluer dans ces choix pour construire avec eux. C'est ça la solidarité.
Nul besoin d'influencer, de convertir ou de faire la charité, ce ne sont que des manières de "dominer" l'autre pour éviter de se responsabiliser sur ses propres choix..

 

De mon ressenti nous entrons dans la phase du faux prophète, pleins de gens vont essayer de rendre 'absolue' leur vérité relative. Seul remède à mon sens : trouver sa part divine part soi même :
« Responsabilise toi, fais tes propres choix, démerde toi ».

 

Ce blog est désormais fermé aux commentaires, chacun doit trouver sa propre vérité par lui même.

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 19:24
Donc hier, en rentrant chez moi, l'esprit me dit que le travail va clairement porter sur les blessures de l'âme. Sujet un peu délicat pour moi. Je ne sais pas pourquoi je suis fâché avec mon âme (ou plutôt devrais-je dire, mon Ego est fâché avec). Par contre l'esprit, lui, est serein vis à vis de tout ça, alors je préfère passer par la lumière. Donc je ne veux rien savoir sur elle. D'ailleurs, les histoires de nature et d'ET me font une peur bleue. (je déteste voir des ET, et comme y'en a partout dans les dimensions un peu au dessus, je ne regarde pas la plupart du temps). Idem en ce moment pour les esprits de la nature. D'ailleurs, je ne dis même plus bonjour à la grande fée qui est à côté du boulot. (pourtant elle émet un amour important).

Je sais qu'en ce moment il faut que je normalise certaines choses pour pouvoir regarder à nouveau à ce niveau, sereinement. (si j'ai peur d'y aller, c'est qu'il ne faut pas y aller en fait). La guérison des blessures de l'âme semble donc une nécessité.

Donc, quand tu travailles l'Ego, c'est assez concret pour moi. D'un coup, une énergie reconnecte une peur, la peur raconte une histoire,  mais c'est présent et concret (une scène de vie ou un souvenir refoulé qui remonte, et l'énergie qui brûle correspond au problème dans le corps). Les souffrances de l'âme sont différentes, beaucoup plus puissantes et distantes. L'âme est quelque chose d'immense dont on ne peut pas comprendre grand chose avec le mental.

Disons qu'elle est pleine d'une expérience immense, et certaines parts d'elle sont en souffrance. Mais comment? Je ne peux pas dire, pas au sens humain en tout cas. Donc je sens la souffrance de l'âme (sensation à nulle autre pareil et pas très agréable parce que totalement décalée avec l'humain) et l'esprit s'en occupe tranquille. Je reçois une tonne de lumière et ne m'en soucie plus.

La lumière guérit l'âme en profondeur, c'est un soulagement important. Mais dur à définir, parce qu’encore une fois l'âme ne me semble pas très explicable, beaucoup moins facilement que le mental et l'Ego en tout cas. Hier soir, j'ai passé la nuit dans la lumière avec une énorme descente de lumière dans le corps dans un état de grâce important. Ca a duré plus de la moitié de la nuit. (avec deux rêves sympas au milieu). Plus je laisse le mental se réaligner, plus je deviens intime avec le divin, et plus la lumière descend en moi et investit le corps.

Ce matin, je me lève avec un peu la gueule de bois. Le contraste entre le divin et le monde manifesté est relativement important, voire déprimant. J'ai du monter un peu trop haut cette nuit. Mais l'âme semble aller mieux. Pour ce que je peux en comprendre.

Ce matin du coup, c'est boulot sur les blessures de l'Ego d'après la lumière: là, c'est plus clair pour moi et plus proche de l'humain. Et ça explique mon blues du matin.

La lumière m'a expliqué que si l'âme s'est construit un Ego en opposition avec elle même, c'était pour créer une dynamique de changement importante. On peut dire que c'est réussi. Mais du coup maintenant, l'Ego doit être modifié pour pouvoir se réaligner avec elle et ne plus être dans le rejet.

J'ai fait la marche de JP et du coup ça m'a bien recentré. Pas mal pour démarrer la journée.

PS:
a) Notre âme a autant expérimenté l'obscurité que la lumière puisqu'elle passe son temps en aller retour entre les deux pôles. Bien évidemment, pour que nos chers sauveurs du monde puissent exister, et que les victimes puissent s'expérimenter il faut bien des bourreaux. Donc, tout le monde se dévoue à tour de rôle.

Le truc, c'est que comme c'est contraire à la nature de l'âme de passer dans l'obscurité (qui a plutôt le sens, "inconscience de sa vraie nature", je dirais, plutôt que bien ou mal), ça provoque des blessures à guérir ensuite.
Mais apparemment l'esprit et le divin sont des experts pour la guérir et la réconforter. Et ensuite elle repart toute guillerette. Elle se remet vachement plus vite que l'Ego j'ai l'impression, ou alors les thérapies du divin sont vraiment des thérapies de choc.

b) L'âme crée un Ego pour s'expérimenter sous forme très limitée. Elle le 'moule' pour créer une expérience. Quand l'expérience est assimilée, elle va le modifier pour vivre une autre expérience. Et c'est cette modification à laquelle l'Ego résiste. Puisque par nature il est conçu pour bloquer quelque chose en 'limitant'. Donc, on peut dire que l'Ego doit gagner en malléabilité pour pouvoir avancer, mais on ne peut pas demander à un truc d'être a la fois souple et rigide, d'où le côté un peu rugueux par moments.

c)
Hier, alors que j'étais en plein dans mes blessures d'âmes qui remontent, que la lumière m'expliquait un tas de truc en silence tout en me baignant et en la guérissant, et que j'étendais mon linge en regardant le piaf éthérique battre des ailes dans un coin au milieu d'un tourbillon d'énergie, je me disais que quand même, mon monde est vraiment super bizarre comparé à avant. Mais tellement plus beau...
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 19:30
Bon, c'est le thème pour moi depuis un moment, et tout y passe (des croyances de tout ordre: ce matin c'est sur la technologie, hier c' était sur la vie de famille en général etc..). De toute façon, je ne supporte plus de me trouver relié là dedans (la sphère mentale et l'inconscient collectif, ça a toujours été ma spécialité), parce que l'inconscient collectif part complètement en couilles*. Dès que je sors de là, c'est le pied total : silence mental, paix intérieure, centrage, instant présent. Le monde réel est très serein. Vraiment le bonheur.

Je suis sur une dynamique de changement interne très important, qui inclut une séparation de l'inconscient collectif, pour entrer dans le moment présent, et je laisse les parts du dessus contrôler le mental (et non l'inverse.) C'est un peu sport par moments, mais globalement ça se passe, et à chaque fois ça s'améliore.

Ce qu'on appelle l'ascension individuelle passe par une transformation progressive de son monde manifesté*** qui devient plus lumineux et divin au fil des problèmes internes qui se règlent. La contemplation devient une réalité à un certain niveau, mais mieux encore, tout acte anodin de la vie devient un plaisir sans but autre qu'exister par lui même.
Il n'y a plus de bien ou de mal, mais un degré de divinité objective de chaque chose (c'est lumineux, coloré et divin ou non quand tu regardes ton monde manifesté**) . Et si un truc n'est pas divin ce n'est pas sa faute à lui, mais celle de celui qui contemple. (ça veut dire qu'il y a du nettoyage interne à faire dessus.)

En dehors de l'inconscient collectif en plein délire, tout est serein et aucune urgence. Chacun est libre de remonter quand il en a envie. Aucune compétition, aucune hiérarchie, aucune personne mieux qu'une autre ou plus réalisée qu'une autre. De toute façon il n'y a aucun monde réel objectif, à part celui que chacun se crée, donc chacun fait ce qu'il veut.

C'est sur que rester connecté à l'inconscient collectif ou le mental, ça ne va pas rendre les gens sereins, mais à part entrer dans le RIEN et le silence de l'esprit divin, pas d'autre choix. Mais chacun doit le faire à son rythme.

*
J'avais eu l'info qu'à la rentrée ça allait être une vague de folie générale, mais je n'imaginais pas que ça serait au point où c'est insupportable pour moi de rester connecté dans la sphère mentale. Là, ce n'est pas compliqué, le délire 'Armaggedon' est général, tout le monde est parti à fond. La seule chose à peu près objective est qu'il y a une forte énergie de changement disponible pour s'ancrer dans la vie réelle et non plus dans la vie virtuelle de la société. Mais forcément, ça provoque de tels changements que le mental et l'émotionnel dézinguent complet chez tout le monde.

**
Il ne s'agit pas de la seconde vue ou du sans forme, mais du monde réel qu'on contemple tous les matins qui se transforme continuellement quand on bosse sur soi. Je décris ce que je vois, mais bon, j'ai commencé comme tout le monde (ou peut être pire) dans un monde triste et gris et mental. Quand on n’en a vu qu'un, on ne peut pas trop savoir.
Je n'ai vu le divin qu'après l'éveil de kundalini. Au départ, seuls la nature et la lumière étaient divines. Maintenant, même les bagnoles et les gens le sont. 15 ans de boulot sur le mental et l'émotionnel. Y'a rien d'autre à faire objectivement, à part du développement personnel et du nettoyage sur tous les niveaux. Certaines personnes sont naturellement comme ça, tant mieux. D'autres ont plus de boulot comme moi. Mais en bossant sur soi, objectivement, on évolue.

***
En réalité on ne monte pas au paradis ou autre, c'est notre monde qui se transforme pour monter vers la lumière.
Le paradis ou l'enfer sont notre création au quotidien.

Bien sur cela n'engage que moi : c'est ma vérité et chacun est libre de vivre la sienne. (inconsciemment, certes).

PS:
Je mets un lien vers un exercice très simple qui permet de se recentrer sur soi même, à faire 5 minutes le matin. Pour ceux qui sont intéressés, c'est très simple et n'engage à rien :

http://www.esprit-de-la-nature.fr/geobiologie/geobiologie-elevation-niveau-energetique-course-t494.html

C'est juste de la marche en avant et en arrière. Contrairement à ce qu'on croit, le plus simple est souvent le plus efficace et aucune action du corps n'est anodine énergétiquement (ceux qui font du yoga, du tai chi ou du qi qong savent de quoi je parle.)

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 19:26
En ce moment, les transformations sont importantes et vraiment épuisantes. Ca saute par thème, et personnellement j'alterne des moments de déprime et de blocage (généralement quand les fausses croyances sortent), et les moments de haut dans la jouissance et le divin où je reçois une demie tonne de lumière.

En ce moment je maintiens que le plus étrange est que la lumière passe dans les muscles et le corps physique avec beaucoup de force, et non plus seulement dans le corps énergétique, mais y'a beaucoup de refoulement à dénouer dedans apparemment. Donc des transformations importantes et épuisantes.

Le thème global du week-end concernait le nettoyage de la notion de punition, de culpabilité etc..

L'idée était également de comprendre que la différence entre le singe pensant et l'humain véritable vient de la spontanéité. Le singe pensant fonctionne avec des schémas pré-formatés dont il ne peut pas vraiment sortir (d'où l'état de notre société.) L'humain véritable est dans le moment présent, et répond de manière juste à la situation, quelle qu'elle soit. Donc il répond en fonction de son lien avec le divin, constamment; et pas en fonction de son éducation ou de son vécu.

Pendant les bas, c'est stress, fatigue et surtout crispations musculaires pour moi (y'a pas mal de blocages emmagasinés dans les muscles en fait).

Pendant les hauts, je reçois une demie tonne de lumière et elle entre jusque dans le corps physique et les muscles maintenant (et dénoue les muscles, c'est le pied en fait). A ces moments, se tenir dans le Rien* a des effets de plus en plus poussés.

Dans ce cas, il y a une espèce de relation de plus en plus intime à la part divine. Difficile de décrire mieux, mais on entre dans une relation de plus en plus 'amoureuse' et 'fusionnelle' avec le divin et l'univers.

Et les autres deviennent une extension de la relation. C'est à dire qu'en tant qu'extension de l'univers chacun de nous devient une partie de cette relation au sens divin. L'autre n'est vu que comme une émanation de l'univers dans ces moments là, et donc l'amour du divin s'étend à lui.

Dommage que ça ne dure pas et que ça soit ponctué de hauts et de bas. Mais le nettoyage est très important puisque l'énergie circule de mieux en mieux et que les hauts sont de plus en plus forts.


*
Donc, devenir le vide qui remplit l'espace en soi et autour et non plus vraiment l'énergie. Dans cet état, l'énergie que je sens à l'étage du dessous devient divine et le corps physique (à l'étage encore en dessous) gagne une légèreté importante, jusqu'à disparaitre par moments. (à ce moment on devient une partie de la scène plutôt que le corps physique). Dans cet état on est très présent et conscient du monde manifesté. (et dans un état de joie et de félicité légère, voire orgasmique suivant la puissance du bas).

PS:
D'après la lumière, aujourd'hui l'axe de travail 'de fond' de la partie divine se fait sur deux axes  :
- Enlever tout ce qui limite ma perception de moi même, donc entrer dans le 'JE SUIS' et non plus je suis informaticien, ceci, cela. Ce qui veut dire au fond perdre toute notion d'identité limitée pour trouver la vacuité (ce sont les définitions mentales que nous faisons constamment de nous mêmes qui nous limitent et nous font perdre le RIEN entre autres.)
- Dénouer le cœur, et là, y'a du boulot. (le haut et le bas ne sont pas totalement dénoués, bien que le bas ait fait un bond en avant ces derniers temps, tellement que j'ai passe mon aprèm dans un bliss de tout le corps, totalement indécent. Je ne regrette pas les hauts et les bas du week-end ).

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 19:28
Donc depuis hier, boulot sur les karmas des pères sur toutes les vies. Ca en fait. C'est marrant parce que ce boulot là a tendance à transformer les croyances sur le monde à vitesse grand V. Le père gère l'extérieur, et toutes les notions d'insécurité etc... sont liées à lui. Ca fait du bien quand ça dégage.

Du coup, le monde entier devient un ami au lieu d'être un lieu hostile qu'il faut dégommer à coups de bazookas ou dont il faut se protéger avec une porte blindée. C'est bien plus serein.

J'en suis à la moitié et j'ai bien dégusté, donc hier, une douleur musculaire au mollet droit. Je ne pouvais rien faire, c'était des croyances qui s'en allaient et que j'avais du mal à lâcher, donc à part les laisser partir... En fait, tout travail énergétique faisait empirer la douleur, parce que ça accélérait l'expulsion du problème, donc je m'en suis remis une fois de plus à la part du haut.

Je suis de plus en plus étonné de voir à quel point le corps physique réagit de manière synchronisée avec le corps énergétique maintenant. On n’est clairement plus dans les même niveaux vibratoires. Là, quand je passais par l'énergie sur le muscle, il se crispait physiquement. C'est la première fois que je vois le corps réagir de manière aussi synchronisée.
(normalement avant y'avait un délai pour que l'énergétique donne une réaction physique).

La région située entre le pied et le genou est le lieu d'acceptation quand une croyance passe de l'inconscient au conscient. Donc, une blessure ou une douleur à cet endroit, a ce genre de signification. (dixit Odoul "dis moi où tu as mal"), mais c'est vrai que j'ai souvent pu le constater.

Ce matin, le monde me paraissait beaucoup plus sympa (c'est fou le nombre de choses qu'on ne perçoit pas et qui pourtant plombent notre perception du réel), mais il parait qu'il y a encore beaucoup de karmas à virer d'après ma part du haut. Donc ça promet.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 19:26
Hier, gros boulot sur le haut et les fausses croyances. J'avoue que je suis content déjà d'avoir récupéré une partie de ma clarté d'esprit. Ca me permet de savoir sur quoi bossent les parties du haut quand je suis en vrac.
Sans clarté c'est chiant, parce que je ne comprends pas pourquoi tout se déglingue subitement. C'est l'un des désavantages de sentir les énergies, c'est que souvent on va s'affoler pour rien. (Energétiquement ce n'est pas rien quand tu te mets à cramer et que tout part en vrac, mais comme les gens ne le sentent pas en temps normal c'est indolore. Pour moi c'est pénible.)

Bon, là ça va. Je n'ai plus un ressenti aussi précis de l'intérieur de ma tête, ce qui est assez étrange pour moi, par contre le niveau du cœur semble plus présent. (c'est sacrément plein de nœuds et de blocages).

En fin de compte, il n'existe aucune vérité absolue, et nous sommes libres de créer ce que nous voulons.

En réalité, le monde n'est constitué que de notre énergie, et, ne prend forme à l'intérieur, que notre propre vérité sur la vie* !


Une citation du messie récalcitrant de Richard Bach qui exprime simplement les choses pour moi au niveau de la vérité absolue:

"Ta seule obligation en n'importe quelle vie est d'être vrai envers toi-même. Être vrai envers quelqu'un d'autre n'est pas seulement impossible mais c'est la marque d'un faux messie. "


*
Chacun crée son propre monde, à lui émané de son centre, et tout ce qu'on rencontre dans son monde a une conscience propre, mais c'est plutôt un lien vers un autre monde manifesté. Si on rencontre quelque chose dans son monde, c'est qu'on est lié à un niveau karmique. (sinon ça n'apparait pas). En réalité, plus on évolue, plus son monde se transforme, et plus dedans apparaissent le divin et la lumière.

PS:
Quand on développe des perceptions on est confronté à plusieurs écueils. Voilà pourquoi il n'est pas conseillé d'avoir trop de perceptions si on n’a pas assez bossé sur soi. Je note tout ceux que j'ai rencontrés:

a) Sa propre perversion qu'on projette à l'extérieur sur les autres et les événements, mais également les énergies.
Ca fait qu'au départ, on peut se croire attaqué par l'extérieur (ou recevoir des trucs de l'extérieur) ou voir le monde horrible. Ca va avoir tendance à créer un positionnement guerrier et/ou sauveur. Quand, au bout d'un certain temps, on finit par s'apercevoir qu'on voit juste se manifester ses fausses croyances sous forme de démons et d'énergies hostiles (ou même qu'on les projette sur la matière), on cesse de se mettre des claques tout seul, et on peut les réintégrer. Le diable en personne porte un nom : notre Ego. Et il se manifeste sous forme d'énergies frustrées si la perversion est trop refoulée et qu'il essaie de diriger. Donc généralement, les plus 'pieux' dans leurs comportements sont ceux qui refoulent le plus et payent le plus à ce moment.

Accepter sa propre perversité (qui est créée par nos blessures émotionnelles et nos fausses croyances), et laisser le divin la transformer pour réintégrer les énergies sous leurs vraies formes. Si on entre dans une logique guerrière, on entre dans une logique d'auto destruction. Si on entre dans une logique d'amour de soi et de ce qu'on perçoit, quel que soit l'état de ce qu'on est, on entre dans une logique de guérison et de réunification. Si on ne peut pas exprimer l'amour à cause de la puissance de l'émanation hostile en face et de ses propres réactions (ça arrive souvent, surtout au départ) remercier un être divin d'intervenir pour vous aider et ne plus vous en soucier.

Il mettra en ordre vos énergies bien mieux que vous ne pouvez le faire et reconvertira l'énergie hostile sous sa vraie forme (en enlevant vos croyances ou votre karma!) si vous avez eu le message, ou, au moins, la neutralisera si vous n'êtes pas prêt. (archange, saint ou le christ intérieur si vous l'avez trouvé). Il y a toujours quelque chose à apprendre de la situation, si on écoute au lieu de se battre, ça se résout bien plus vite. Mais encore faut il avoir envie d'élever son regard au delà de la dualité et dépasser nos réflexes guerriers naturels (mais on peut ne pas avoir envie de le faire : après tout on est là pour s'amuser).

b) Quand les gens commencent à trouver leur vérité, ils vont avoir tendance à essayer de l'imposer aux autres (parfois en toute bonne foi parce qu'ils croient que tout le monde est pareil). Mais en réalité, il n'existe que des vérités relatives, et chacun a la sienne qui est créatrice de son monde.

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 19:34
Pascal m'a dit lundi que, depuis le début de la semaine il sentait qu'on lui demandait de se positionner exactement pour sa nouvelle vie. Choix de métier ou autres. Et j'ai exactement le même ressenti.

Du coup, j'ai mis sur papier le but de mon âme et ce que je fais le mieux. Mon âme est venue expérimenter la solidarité et doit accepter de retrouver l'intégralité de son pouvoir dans cette vie (ce qui correspond à la capacité à aimer inconditionnellement quand il n'y a plus de karma au milieu). Ca, je le sais depuis un moment. De toute façon, tout choix qui va dans ce sens lui plait.

Ma part du haut veut essayer de s'affranchir du cycle des réincarnations, donc mon esprit divin et le christ intérieur s'attellent largement à la tâche. Donc pour l'esprit divin, je peux faire ce que je veux, ça ne change rien, les expériences se présenteront de toute façon.

Au niveau humain, c'est clair que j'ai bien envie d'aller vivre à la campagne, mais ça va devoir attendre l'adoption. Je sais que j'aime créer, et concrètement, je suis doué pour créer de l'abstrait. (les programmes informatiques, des textes, mais également des énergies : je suis bien plus émetteur que récepteur donc créateur que devin etc..) Disons que, pour l'instant, j'estime que ce blog convient pour ce qui est de mon quota de solidarité*, et mon boulot curieusement aussi (c'est plus une thérapie de groupe avec les patrons qu'un boulot des fois).

L'important c'est que tous les niveaux soient alignés sur mon soi véritable et cohérents entre eux : de l'humain jusqu'au divin.

*
La solidarité n'est pas un assistanat contrairement à ce que les 'sauveurs du monde' ont tendance à croire, mais bien participer à une construction collective en mettant sa pierre à l'édifice et en apportant son don unique combiné au talent unique des autres. Cette solidarité se trouve quand chacun est en liaison avec l'univers et suit le mouvement du grand UN. Tant qu'on essaie de faire des liens avec l'Ego c'est voué à l'échec, on sera toujours victime, bourreau ou sauveur, même avec ses amis.

Je précise que lire et écrire du bla bla, ça me fait de plus en plus chier, parce qu’en fait chacun vit le monde qu'il crée, et accessoirement, le mental, je suis dans une phase où j'essaie de le dépasser. Mais bon, tant qu'en haut on me dit d'écrire je le fais, même si je traine des pieds. J'essaie de décrire simplement ce que je fait concrètement.

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
8 septembre 2009 2 08 /09 /septembre /2009 19:10
L'une des difficultés auxquelles je suis confronté, concerne la perception de moi même. Avant, j'étais un corps comme tout le monde. Mon identification se limitait donc à mes sensations physiques.

Après l'éveil de kundalini, je me suis perçu comme une sphère d'énergie. C'est bien plus compliqué. Je me suis retrouvé être un océan d'énergies chaotiques, comme si je baignais constamment dans un océan sans fin, plein de courants contradictoires. Au départ, la limite de mon corps n'était pas claire, à cause de ma mauvaise incarnation. A ce moment, le problème a été résolu par la lumière : elle me baignait constamment, ce qui me permettait de me débarrasser de tout ce qui ne convenait pas.

Un des effets de l'incarnation (en plus de faire intégrer le film de la vie), a été de cloisonner les corps subtils. (qui m'apparaissent plutôt comme des couches isolantes coulissantes, placées en sphère).  Ca m'a donné une certaine 'intimité' énergétique.

Malgré cette perception de moi même et l'évidence qu'il n'y a aucune séparation entre mon corps et l'univers projeté que je contemple, mon mental s'est accroché à ces perceptions. Imaginez que, d'un coup, vous ne soyez plus clairement ce corps, mais que vous vous accrochiez à votre identité. Le mental s'est saisi de la perception intérieure de l'énergie. Je sens constamment le courant infini d'énergie qui me traverse, et je me suis accroché à certaines sensations énergétiques que j'ai identifiées comme étant 'moi'. (ce que tout le monde fait avec le corps physique en réalité).

Aujourd'hui, je sais que dans mon monde, les êtres multiples* qui y sont, sont à la fois des consciences indépendantes dans leur propre monde et moi même dans leur manifestation.  Je laisse le christ intérieur gérer toutes ces énergies, faire se manifester celles qui le doivent, ignorer les autres et réunifier ce qui doit l'être.

En un sens, nous sommes tous Un et tout est lié : rien n'a d'existence indépendante. Seuls le mental et l'émotionnel permettent cette croyance. (et c'est le but de l'incarnation!) Je me perçois comme un univers multidimensionnel** plein de courants d'énergie conscients par eux même et qui ont une existence cohérente avec la mienne. (un monde habité d'une multitude d'êtres en réalité dont ce que je suis vraiment est constitué).

Je me suis aperçu que ma 'saisie' mentale sur l'énergie est problématique (donc le fait que je m'accroche à elle pour me sentir exister dans ce flot). Parce que cette saisie contamine certaines énergies en leur donnant une forme qui n'est pas la leur.

Donc l'esprit divin me dit de 'lâcher' cette saisie pour entrer dans le Rien et cesser l'identification à l'énergie. C'est le prix à payer pour faire cesser le jeu de la réincarnation : cesser de s'identifier par le mental à des énergies qu'on contamine par nos croyances et à plus forte raison à un corps et un esprit.  A terme, devenir définitivement l'observateur silencieux immuable : l'esprit divin. Et contempler les corps et les esprits qui passent sans s'y attacher.

Bien sur ça va être une démarche très très longue, parce qu’un bond dans la vacuité, ce n'est pas simple. Si je pouvais tout lâcher d'un coup ça se ferait en un instant, mais là, je crois que 30 ans ça va être court.

*
Un avatar par exemple ne possède aucun courant : tout semble calme et immuable en lui, alors qu'un humain moyen est un océan déchainé.

**
Parfois, par l'énergie je perçois l'infini entre le devant et l'arrière de mon corps. Tout dépend du niveau dimensionnel où je perçois. Par le toucher je peux faire descendre ma perception au niveau des cellules ou des molécules, mais le résultat est plus perturbant encore (car au niveau des molécules il n'y a déjà plus de distinctions entre les différents objets et mon corps).

PS:
En fait, je sépare parfaitement les trois perceptions. C'est dû à ma structure mentale et une anomalie. En résumé je perçois mon corps, mon âme et mon esprit divin sur trois niveaux différents. La plupart du temps je suis plus dans l'énergie que le corps. Mais depuis quelque temps, je suis beaucoup mieux enraciné et parfaitement dans la matière en plus de l'énergie. Le sans forme vient par moment.

C'est un peu compliqué, pourtant ça m'a permis de conserver ma santé mentale toute ces années en séparant parfaitement les choses et ça ne sautera pas tant que j'en aurais besoin. En attendant je laisse le christ intérieur gérer mes énergies et convertir ce qui doit l'être en supprimant mes croyances, et j'essaie de lâcher ma perception de l'énergie pour la remplacer par le RIEN. Mais se sentir être le vide dans et au delà du corps même si c'est suprêmement agréable terrifie mon mental qui s'accroche à ces énergies contaminées comme un noyé à sa bouée.

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 19:15
Hier soir, alors que j'attendais ma femme, j'en ai profité pour faire un tour sur le vieux port. Avant, je détestais la foule, je ne sortais jamais ou presque, et je n'appréciais vraiment rien de la vie. Aujourd'hui le seul fait de marcher en contemplant les couleurs du monde provoque une jouissance de la vie que je n'ai jamais trouvée avant, dans aucune de mes activités.

J'en profite donc pour écouter dans le silence l'esprit me raconter ce qui se dénoue en moi, et m'aider à avancer sur ma voie pendant que je contemple la foule et ses couleurs. C'est étrange, mais le silence de l'esprit est riche d'un enseignement qui est compris instantanément sans avoir réellement besoin de le formuler. Il est question d'abandonner toutes mes fuites* de la vie pour pouvoir évoluer maintenant : donc accepter d'être pleinement dans le monde manifesté.

Je rentre un peu dans le Rien. Dans cet endroit le bien être et la paix s'installent naturellement, et le moi humain peut se réaligner sur l'âme et sur l'esprit divin. Lorsque les trois sont alignés, l'énergie devient divine par sa nature, et je perçois le vide du monde en partie.

Ma propre forme semble vide, c'est étrange. Il n'y a plus vraiment de forme également. Mais il reste toujours l'identité*** qui refuse de s'en aller. Je suis sur la porte d'entrée de la pratique du Rien. Une sorte de méditation active sur la vacuité, de présence, je ne sais pas comment la nommer. Elle inclut la jouissance de la vie et la joie, car rien n'apporte plus de plénitude que cet état. Je perçois le niveau énergétique en train d'être modifié par le christ intérieur dans cet état. Parfois, un bla bla se reconnecte, puis passe à nouveau.

Le gros du boulot consiste maintenant à lâcher mes fausses images de la vérité d'après l'esprit.**
Et le christ intérieur s'y attaque à une vitesse ahurissante. Il faut dire que les karmas semblent innombrables.

Le cheminement dans le Rien est long, car à terme il semble que tout attachement duel doit avoir disparu. En tout cas, trouver la porte d'entrée de cet état semble permettre d'y travailler sérieusement.

La lumière m'a prévenu qu'il allait être question de nettoyer énormément de blessures de l'âme et de l'Ego pendant la nuit, et que ça se ferait sans que je le voie. Du coup, j'ai passé une nuit à dormir totalement inconsciemment, et je me suis réveillé crevé. Marrant.


*
Quand on fuit la vie, on va avoir tendance à perdre l'enracinement et à ne plus reconnecter l'instinct. On peut développer en compensation une perception par le haut plus poussée, mais tôt ou tard, on finira bloqué dans sa pratique.  Parler avec des êtres élevés de vérités universelles, même si on atteint un niveau de pratique ou on le peut, ne permet pas de les vivre. En réalité, nous sommes ici en processus de transformation de notre conscience, et ce processus passe par les deux connexions. L'homme se tient obligatoirement entre la terre et le ciel. On ne peut se tenir dans le rien sans être parfaitement présent au monde. Etrange contradiction. Dans cet état, la moindre action, aussi anodine soit elle, la moindre scène, devient l'expression de la jouissance de la vie et procure une sensation à nulle autre égale.

**
La seule vérité est celle de notre âme. Le monde n'est qu'une plage de sable sur laquelle nous dessinons des corps, des esprits et des histoires. Tout est notre création et le fruit de nos croyances. Une fois qu'on a compris que rien n'a d'importance et que seule la vérité de notre âme vaut la peine d'être vécue, on peut enfin réellement l'exprimer. En résumé, le haut est correct quand il n'est plus contaminé par la vérité des autres, mais qu'il exprime pleinement notre vérité : celle de l'âme et de l'esprit, pas de l'Ego. Tout simplement parce que l'Ego n'est qu'une construction temporaire (fruit de notre éducation et de vieilles croyances de vies innombrables) et certainement pas la réalité de ce que nous sommes. Il doit se laisser affiner et transformer par l'âme pour exprimer notre vérité dans ce monde relatif.

***
L'identité nous rassure, mais elle n'a aucune existence réelle. Quand je demande ce qui a une existence, il semble que ça soit l'âme et l'esprit divin. Mais comme l'âme ne peut être réellement comprise par le mental, il ne peut s'y attacher. Et l'esprit divin encore moins. Alors, il crée une identité humaine et s'y attache pour se donner l'illusion d'exister. Pas simple à démêler.

Il semble que l'attachement au corps soit réel également, bien que moins visible que l'attachement à l'identité, pour moi. D'après l'esprit, c'est quand on n'est plus attaché à son corps qu'on peut réellement l'aimer. Avant, on ne fait que le maltraiter : étrange contradiction encore. L'attachement de l'Ego est ainsi. Il maltraite ce à quoi il s'attache.

PS:
Cet état, une fois stabilisé entre le bas et le haut, doit permettre de dénouer réellement le cœur. Mais l'énergie de l'amour inconditionnel véritable, issue du cœur, ne peut être supportée à mon niveau de pratique, je crois que l'expérience de l'autre nuit est claire à ce sujet. Il faut donc réellement avoir avancé dans le nettoyage des énergies duelles pour commencer à y songer.


Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 19:18
Donc, depuis quelques jour c'est une déstructuration totale de tous mes repères. Hier, alors que la lumière continuait à bosser sur moi, j'ai compris qu'elle me mettait face à un choix. Soit je rentre dans une nouvelle vie pépère où je finis tranquillement pour les trente prochaines années, je n'évolue plus trop et je me réincarnerai plus tard pour continuer; soit je tente le grand chelem, je m'en remets pour trente ans d'évolution mais ça nécessite de réveiller des trucs que je n'ai pas envie de voir (donc de me rendre la totalité de mon énergie).  En résumé, on me propose de passer simplement en 4D pépère, ou de tenter la 5D mais avec un gros boulot.

Bon, quand on maronne dans l'Ego on a tendance à dire qu'on préférerais être peinard, mais bon, là, ma part du haut sans hésitation est partie pour tenter la 5D. Du coup, l'après midi s'est passée dans un cafouillage mental pas possible et un réveil de l'énergie du bas très importante. C'est là que je suis content d'avoir trouvé le Rien*, parce que ça permet de laisser le christ intérieur faire son boulot, sans trop s'emmerder.

Donc une avancée monumentale cette fois, sur la quantité importante de peurs que j'ai mises sur mon pouvoir personnel. Il s'agissait d'enlever les croyances et les karmas et de comprendre que le pouvoir non contaminé par le karma ne sert qu'à exprimer l'amour inconditionnel et la compassion.

Cette nuit, je me couche tranquillement dans la lumière. Au bout d'un moment, je suis emmené à un niveau totalement hallucinant. Je baigne dans un amour d'une puissance absolue. J'ai l'impression de me tenir dans un niveau spirituel très élevé, au paradis même je dirais. (pourtant c'est du manifesté et on est encore dans le spirituel*).

Le problème c'est que la puissance de l'amour qu'il y a là bas est telle, que c'est insupportable. Je ne sais pas si je dois hurler de jouissance ou de douleur. C'est plus que je ne peux en supporter. je suis resté peu de temps là bas, et puis ils m'ont fait redescendre à un niveau plus bas. C'est une des rares fois où j'ai eu peur de devenir complètement fou !  Toutes les énergies de tous mes corps subtils hurlaient à la foi de jouissance et de souffrance.***
Ce n'est pas possible à supporter pour un humain. Et encore, il parait que ce que j'ai perçu là ce n'était rien.

Ce que j'ai compris:
J'étais dans un niveau des terres spirituelles un peu plus élevé, et ils voulaient juste me montrer qu'il est impossible pour moi d'y entrer à l'heure actuelle. Donc en résumé, qu'il y a un boulot monumental à faire pour la 5D (niveau angélique). Quand on entre dans ces niveaux vibratoires, les parts de nous 'pures' entrent dans une jouissance totale, et les parts 'contaminées' par la dualité entrent dans une souffrance totale. Tant qu'il reste une seule part contaminée par la dualité il est impossible d'y entrer****.

Donc aujourd'hui, on continue le gros boulot de déblayage. Ca concerne les souffrances, les croyances qu'il faut en chier dans la vie etc... En fait une énergie contaminée exprime l'inverse de ce quelle est. (par exemple l'énergie qui dit qu'il faut en chier dans la vie quand elle est rétablie par le christ intérieur, s'avère être une énergie de jouissance ! Toutes les énergies, sans exception, quand elles sont pures sont positives. C'est notre karma et nos croyances qui les contaminent).

Je ne sais pas pour quoi j'ai signé, mais ça promet.

*
Etre dans le rien permet d'aligner son âme, son esprit divin et son moi humain. C'est un état parfait de guérison. Mais pas le but de l'évolution de la conscience ! A priori, l'état de Bouddha réalisé ne peut être trouvé qu'après un cheminement complet par le niveau humain véritable, puis angélique et archangélique. Autant dire que c'est utopique pour un type normal de croire le faire en une vie. Au mieux, atteindre le niveau humain véritable permet de se réincarner dans un monde un peu mieux, et le niveau angélique permet, a priori de s'affranchir de la réincarnation pour ce que j'en ai compris.  Mais c'est vrai qu'en ce moment, on est tellement aidé qu'on aurait tort de s'en priver.

**
Je comprends pourquoi je n'ai rien ramené de mes deux expériences dans le non manifesté, j'en serai revenu complètement fou. La part divine est sympa, elle censure quand je ne peux pas regarder.

***
L'amour inconditionnel que j'ai vu là bas transcende tout ce qu'on peut voir dans la dualité. Au mieux, ici, je n'en ai vu que des ersatz terriblement éloignés.

****
Du coup je comprends mieux les histoires de purgatoire et de paradis des chrétiens.

PS:
Je suis conscient de ces choses uniquement à cause de la nature de ma perception du monde. Plein de gens doivent le vivre la nuit et être mis face à ce choix, sans même s'en rendre compte! De toute façon je vois ces choses pour le fun, c'est mon âme et mon esprit divin qui prennent les décisions. Et c'est le mieux, de très loin, parce que, honnêtement, la part humaine est complètement dépassée par ces expériences.

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article