Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Evolution spirituelle.
  • Evolution spirituelle.
  • : Un blog pour noter toutes les expériences spirituelles que nous avons fait ou faisons avec pascal. Un moyen de s'y retrouver et de progresser.
  • Contact

Thérapies

25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 19:15
Journée d'hier bizarre, pleine de contrecoups physiques, donc assez pénible et déprimante, et aucune info d'en haut. C'est étrange pour moi parce que c'est rare, mais ça arrive quand je suis en mode émetteur (donc je n'écoute plus ce qui vient du haut).

Le soir, ça s'améliore enfin et je comprends qu'il va être question de bosser sur les chakras du bas et d'intégrer le divin à ces niveaux. Donc, le soir j'ai commencé à dormir, et aussitôt la lumière a commencé à agir au niveau des énergies des jambes et du premier chakra. Je suis en méditation, paralysé, à laisser la lumière modifier mes énergies. C'est sympa, ça provoque une espèce de jouissance dans tout le corps de connecter correctement les énergies du bas. A un moment, mon corps disparait et je suis juste dans le divin et la jouissance. (je ne suis que de l'énergie).

Ca a été entrecoupé de divers rêves (pour moi y'a pas trop de séparation), je suis dans la lumière depuis un temps indéfini, et je rentre dans un rêve. Là c'était vraiment émotionnel, ça défoulait un truc quelconque, une histoire de jedi ou je ne sais pas quoi. C'était marrant en tout cas. Mais pas moyen de savoir ce que la guerre des étoiles faisait là.

Puis, le rêve fini, je me retrouve à nouveau dans la lumière. Apparemment le boulot a pas mal avancé pendant le rêve, parce que là, l'énergie divine est présente dans tout le corps, avec une lumière rouge. En réalité, dans cet état je ne suis plus dans mon corps physique réellement, je baigne dans la lumière, mais j'entends les sons venant de l'extérieur et de la chambre.

Donc, deuxième rêve émotionnel (ma femme est entrée se coucher, je l'entende). Un rêve  où on fait des travaux dans la chambre. (ça doit être le bruit que font des jeunes dehors). Et je réintègre encore la lumière après le rêve. C'est fun, c'est un peu comme si tu allais au ciné entre deux séances de transformation par la lumière. Surement quand elle ne veut pas m'avoir dans les pattes pour toucher un truc délicat, elle m'envoie dans un rêve (c'est vrai en plus semble t-il !).

Entre deux rêves, je discute un peu avec mon nouveau maitre (je le perçois présent, mais j'ignore comment). Il bosse à ouvrir le cœur (ça par contre, je le sens bien au centre de l'énergie sans forme que je suis)  et qui m'explique différentes choses sur le rapport aux autres.

La jouissance provoquée par la présence de la lumière et du divin a encore monté d'un cran, et s'est transformée en espèce de plénitude au niveau du cœur (comme quand tu es pleinement comblé dans la vie, je ne peux pas décrire mieux). C'est le stade au dessus. Mon maitre* m'a expliqué qu'en intégrant le divin de plus en plus, je devrais entrer dans des étapes d'extases mystiques de plus en plus grandes jusqu'à atteindre la vacuité qui est le stade ultime de l'union divine et qui dépasse l'extase. Bon là, j'avoue que ce n'est pas pour moi la vacuité pour l'instant, mais bon, autant prendre son temps.

Voilà, j'avoue que c'était le pied de baigner dans le divin, et pourtant j'entendais toujours le bruit des jeunes à moto dehors. Vers un heure du mat’, je sors de ma méditation/sommeil, mais je n'ai eu aucun moment sans lucidité, donc j'ai plus l'impression d'une méditation de plusieurs heures. Par contre je suis totalement reposé comme si j'avais dormi une journée.

Je laisse courir et repars en méditation (c'est trop le pied en fait de baigner dans le divin) et je laisse le divin continuer à virer les karmas et de l'Ego. A un moment, je me suis vraiment endormi (sans lucidité) quand même, pour finir ma nuit.

*
De ce que j'ai compris, c'est mon 'christ intérieur' mais je n'en sais pas plus.
En tout cas, il a une émanation costaud le bougre. La lumière est plutôt 'le père/mère' et lui 'le fils'.

PS:
C'est rare que je sois lucide aussi longtemps en dormant, d'habitude y'a des zones d'ombres entre les rêves. Mais le week-end a amené tellement d'évolution, qu'il a fallu intégrer énergétiquement les modifications et le contrecoup.


Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 19:10
Ce week end, on a fait l'enterrement de vie de garçon de Pascal. En résumé, on s'est tous éclatés, et on n’a fait que des conneries dignes de gamins de 10 ans. On s'est tous défoulés comme des malades, mais mieux encore, j'ai du faire sauter trois tonnes de limitations que je n'avais pas fait sauter pendant mon adolescence, et Pascal a bel et bien enterré son adolescence (enfin!). (l'adolescence* est une étape nécessaire, et si on ne l'a pas vécue correctement, faut rattraper plus tard.)

On a fait tout et n'importe quoi. On a commencé au whisky vers 8h du mat, et on a fini à 2h du mat avec le clou de la soirée : le futur marié qui se fait embarquer par les flics et finit la nuit au poste. Il était ravi de sa soirée le lendemain en sortant, et on peut dire qu'on a fait sauter de fausses croyances sur la société. (entre autre dixit Pascal, les flics sont super sympas et font leur boulot comme tout le monde, bon faut dire qu'il n’a pas braqué une banque non plus).

Ca a tellement fait sauter de choses, que j'ai eu le dos bloqué et mal partout pendant deux jours. Gros contrecoup donc. (une douleur pas possible entre les deux omoplates, l'impression de vibrer intérieurement (ça me fait ça quand trop d'énergie passe par le plexus) et ça tournait : un coup la cheville gauche, puis la droite , les poignets etc..)

*
C'est une étape initiatique où on conquiert sa liberté en découvrant ses limites, et qui on est vraiment. Ca devrait culminer avec une épreuve qui permet de passer à l'âge adulte. (le bac, qui devait faire office d'épreuve initiatique, ne représente plus rien depuis longtemps). Résultat, personne ne peut vivre sa vie correctement et plus personne ou presque n'obtient la liberté d'exercer son pouvoir sur le monde.

PS:
enfance (0-10) : apprentissage du monde.
adolescence (10-25) : transition et découverte de son pouvoir sur le monde.
adulte (25-70) : on exerce son pouvoir sur le monde.
vieillard (70+) : renoncement au monde.
(cette étape doit permettre de se détacher pour retourner à la source et ne pas se perdre dans l'état intermédiaire. Mais dans notre société, les gens attendent la retraite pour commencer à vivre puisqu'ils ne le font pas à l'âge adulte (métro boulot dodo ce n'est pas une vie), alors qu'ils auraient du le faire entre 25 et 70 ans. Résultat, plein de gens n'arrivent pas à s'en aller et finissent dans l'état intermédiaire**).

Bien sur, les âges de ces étapes sont très variables suivant les gens et la société. Dans notre société tout est complètement pervers (à cause du système lui même), donc l'adolescence n'en finit plus. Beaucoup de gens n'en sortent pas, beaucoup d'enfants ne vivent pas leur enfance etc.. Tout ça doit être réparé à un moment si on veut évoluer.

**
La mort, pour moi, se passe en deux étapes majeures:
1) Renoncement à son corps et à sa vie matérielle. (quand on a passé cette étape on peut prendre le tunnel de lumière. En attendant, on peut hanter la matière et se faire un film dans une dimension du dessus en regardant les vivants.)
2) Renoncement à son esprit. (quand on a passé cette étape on peut fusionner avec la source. En attendant, on reste dans des paradis spirituels de notre création).

Ce sont les étapes de fusion avec la lumière en méditation. Si on n’a pas travaillé sur soi à dégager les karmas, on peut trouver n'importe quoi sur la route et se paumer dans ses fantasmes ou ses karmas (comme en méditant). Mais à mon sens, rien de grave, comme d'hab, et encore une fois, à un certain niveau ça peut être des expériences d'évolution également. A tout moment il suffit d'appeler sa part divine (de la manière qu'on veut, suivant ses croyances) et elle règle tous les problèmes dans cet état intermédiaire et nous fait monter si on est prêt. Bien sur, le principal obstacle encore et toujours est du au degré de conscience et de clarté d'esprit.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 19:08

Donc hier, gros boulot sur l'enfance. Le midi, je me laisse guider et je vais à nouveau au restau (décidément, quand je laisse faire je trouve que j'y vais bien souvent en ce moment). Un restau que je ne connais pas trop et où je ne vais jamais en semaine normalement. Ca doit bien faire 6 mois que je n'y ai pas mis les pieds.

C'est bondé (faut dire que c'est climatisé et bonjour la chaleur dehors). Je m'installe, et là, je me retrouve à coté d'une femme relativement jeune qui mange en tête à tête avec sa mère. Sur une table plus loin, deux hommes mangent, avec un petit garçon (de 6 ans environ), tout mignon avec ses bouclettes, bien habillé et poli. Comme il s'ennuie à table il se lève et va discuter avec la dame de la table juste à côté de la mienne tout le repas. Apparemment il l'a choisie au pif dans le restau.  Inutile de dire que c'est la première fois de ma vie qu'un truc pareil arrive, mais encore une fois quand on bosse un truc, une petite expérience extérieure s'impose.

Ce qui me vient, est que l'enfant est en vide affectif et en train d'essayer de faire un numéro de charme à la dame de la table. Elle semble prendre plaisir à écouter l'enfant. J'observe tranquillement en mangeant. Vers la fin du repas, alors que l'enfant a bien sympathisé avec la dame, il commence à lui dire d'un ton très sérieux, que sa mère et sa sœur l'ont abandonné pour aller vivre à Paris ( a priori ses parents ont divorcé) et que sa mère maintenant, il la déteste, et que si elle revient il faut la jeter par la fenêtre.  Il le dit avec une souffrance et un sérieux qui me touchent un tantinet. Faut dire que ça touche pile poil mon problème*. Ca fait sortir à peu près deux tonnes de souffrance et de haine chez moi.

L'autre en face, qui ne capte pas du tout la souffrance de l'enfant (en résumé elle projette un désir d'enfant sur lui, et moi mon schéma d'abandon, on ne voit pas du tout la même chose). Elle lui dit en rigolant "Quand on est malheureux comme ça, la seule chose à faire, c'est de se gaver de chocolat.".

A ce moment je regarde la glace au chocolat que je suis en train de bouffer qui a soudain pris un gout dégoûtant dans ma bouche. (la lumière qui en rajoute derrière genre 'on a les deux schémas là, tu peux lâcher'). J'ai pas fini ma glace, j'ai demandé l'addition et je suis parti.

J'ai du maudire la planète, les mères et tout le système mental qui nous fait créer des schémas pendant à peu près une demie heure, avec la lumière derrière qui me dit simplement que je ne suis pas objectif.  Que je regarde suivant un 'point de vue' relatif particulier, mais qui n'est pas le plus haut**.

Puis, ça a lâché.  Bien évidemment, j'ai croisé par hasard au moins trois filles avec des seins énormes et des décolletés qui allaient avec, et d'un coup j'ai connecté un intérêt tout particulier pour la question (plutôt du genre laitier). Puis c'est passé, j'ai laissé la lumière continuer de virer des choses.

Quelques minutes après, le monde a pris un air de dessin animé très coloré, un peu bisounours mais avec une jouissance sous jacente. (comme si tout ton corps énergétique était une jouissance) Super marrant de reconnecter le mode bébé. Comme si tout ce que je voyais était source de jouissance : le monde est devenu une sorte de tapis d'éveil.

Vraiment super marrant, faut avoir vu le monde comme ça en conscience, au moins une fois dans sa vie.

J'ai eu tout un tas d'infos concernant la jouissance : entre autres le fait que nous cherchons à l'extérieur quelque chose que nous bridons à l'intérieur. On se cache la jouissance naturelle de la vie, et ensuite on la projette dans des dérivés en construisant des couches par dessus. Si on laisse le système se faire reconnecter entièrement, on peut retrouver sa jouissance naturelle et ne plus la projeter sur des cibles extérieures (des objets, des gens, du sexe, une situation etc..)

Le soir, la lumière m'a prévenu qu'ils allaient me virer énormément de peurs créées à partir des deux schémas de base que j'avais faits, et également travailler mon premier chakra. Cette nuit pleins de trucs ont viré (dont la peur du vide semble t-il, mais je n'ai pas pu tester pour l'instant), mais je ne l'ai pas vécu en conscience réellement.

Aujourd'hui, la lumière bosse à dé-constituer les techniques de prise de pouvoir sur les autres***. A priori, c'est le fait qu'on se coupe de notre jouissance qui fait que notre système de société et de communication personnel bâton/carotte fonctionne.  En résumé, les gens croient que leur jouissance est à l'extérieur et toutes les techniques de manipulations/communications sont basées sur le fait de leur faire peur de perdre l'objet de cette jouissance (souvent inexistante), ou pour leur donner envie de la trouver en faisant une action.

On peut dire que notre société fonctionne complètement au niveau pipi/caca.

Donc la lumière dé-constitue, et à la place, commence à apparaitre la vraie jouissance de la vie qui est la nature de l'enfant intérieur et que rien ne peut surpasser dans notre pauvre société.

*
Quand je suis né, on était 3 dans un mouchoir de poche : mon frère un an de plus, et ma sœur jumelle. C'est une jeune fille au pair qui s'est le plus occupée de mois pendant les 6 premiers mois.  Quand elle est partie, ça a été vécu comme un abandon de mon côté (pour moi c'était ma vraie mère), et j'ai commencé à développer un amour/haine des mères, intense. Exactement la même que l'enfant qui est là, à ce moment. Elle était anglaise, et quand j'ai commencé à parler, je parlais comme elle avec les mêmes fautes de français, pour donner une idée.

**
La lumière me dit que je focalise sur l'homme qui fonctionne comme il fonctionne (même si c'est bancal) et qui n'est que ce que nous en faisons. (puisque nous sommes des esprits créateurs en réalité et pas ces corps).

***
Et inversement. Si on se donne du pouvoir sur les autres, on est obligé de leur en donner sur nous. L'univers fonctionne comme ça.

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 19:08
Je vais faire un retour sur tous les types de contrecoups que j'expérimente. (puisque c'est vrai que je ne développe pas souvent dans mes textes, donc autant faire le point un bon coup).

Donc, l'énorme contrepartie du fait de sentir constamment les énergies, c'est que chaque blocage est une douleur physique en moi. Donc, au départ, c'était l'enfer. Quand je dis que je n'avais pas le choix, il fallait dénouer les problèmes, je pèse mes mots.

Aujourd'hui, généralement quand y'a un truc qui doit sauter, je me mets à brûler à cet endroit, et ma respiration crânienne se bloque (ça provoque des douleurs de tête assez fortes). Et j'ai un blocage énergétique : c'est une douleur pas de ce monde à l'intérieur. (comme si on avait entré une pastèque de force à l'intérieur de toi, c'est comprimé, ça fait un poids et comme un nœud.). Un tantinet dérangeant.

Je suis habitué, mais ce sont des douleurs à la fois plus fortes que dans la matière, et avec lesquelles il y a une distance. (en plus, des fois c'est situé à l'extérieur du corps physique mais à l'intérieur des corps subtils, donc tu as mal à 20 centimètres de ta tête en résumé). Y'a un certain recul quand même, mais sans plus.

Au départ, quand on travaillait le pète névrose avec Pascal, c'était une demie journée en moyenne pour faire sauter un problème. (avec les larmes de crocodiles même pour les plus costauds) et trois jours de déprime derrière, le temps que ça bouge et se remette en place.

Ensuite, avec le neurotraining, je me suis aperçu que je me prenais une semaine de contrecoup derrière. Jusqu'au jour où j'ai réalisé qu'en fait ça venait de moi (des croyances qui font qu'on croit qu'il faut en chier pour évoluer). En lâchant du mental et ces croyances en priorité, on limite énormément les contrecoups.

Il n'empêche que la pratique se compose inexorablement de hauts et de bas.

Dès qu'on a débloqué un truc on expérimente un haut (avec de nouvelles perceptions, ou une libération etc..), et juste derrière sort un nouveau truc à nettoyer. (brûlures, angoisses sans raison, blocage crânien etc...) suivant la nature du problème.

On traite à nouveau et ça continue. Au départ, ça se compte en jours, puis en s'accélérant on peut le faire sur la journée. Aujourd'hui je peux me faire une quantité de haut/bas pas possibles dans la journée, puisque, au fur et à mesure, le travail accélère.

Je peux avoir des symptômes physiques (comme le nez qui se met à couler comme un malade : ça fait comme une allergie en fait) mais c'est relativement rare. Les boutons aussi c'est sympa. Ou bien la dernière fois, en rentrant j'avais une douleur forte à la main gauche. J'appelle Pascal (puisqu'il avait eu pareil) et il me confirme que c'est un problème de domination. Je lâche prise. 10 minutes après je n'ai plus mal à la main gauche mais j'ai mal à la main droite. Cette fois la lumière me dit que c'est un problème de dominé ! Bon bref, voilà ce que ça peut donner. Maintenant je la laisse se démerder et je ne fais pas attention au reste, c'est encore le mieux.

Le plus fréquent ce sont les épaules ou le cou qui se bloquent. Ca vient et ça part sans laisser de trace en quelques minutes. Ca ne fait ça aussi fortement que depuis quelques mois (le corps physique réagit très fortement et très vite maintenant, tout le squelette peut se bloquer et les muscles devenir douloureux, et ça s'en va comme c'est venu dès qu'on lâche).

Il faut apprendre à lâcher prise dans les hauts comme dans les bas (et surtout dans les bas, parce que, du coup, ils ne durent pas). Mais c'est un peu comme les courbatures pour les sportifs, on peut atténuer mais pas complètement les dégager (en tout cas à mon niveau de pratique). Parfois on n’y peut rien, ça fait un très gros contrecoup. Le mieux est encore d'aller dormir.

L'énergie actuelle de la planète y est pour beaucoup également puisqu'elle nous pousse à évoluer bon gré, mal gré.

PS:
La libération obtenue dans la vie de tous les jours vaut le sacrifice pour moi, parce que l'évolution en terme de bien être général et de liberté est immense. Comparé à il y a ne serait-ce qu’un mois, je ne me reconnais pas. Donc ça vaut vraiment le coup.
Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 19:01

Aujourd'hui, je me suis fait une heure de sieste au bureau à midi, au lieu d'aller manger. Excellente idée, ça m'a fait un bien fou. La limite entre le sommeil et la méditation n’est pas très claire dans ce genre de cas, puisque j'ai été conscient tout le long.

En résumé, je commence par m'installer dans mon fauteuil en position confortable. Dans un premier temps, la lumière arrive en force et investit tout le corps et au delà. A ce moment, je ne peux plus bouger. Pendant la première phase, je sens mon corps assis sur la chaise. Tout le long, j'ai conscience d'être dans mon bureau et j'entends les bruits dehors (même si je n'y fais pas attention).

Au départ donc, la lumière focalise sur certaines énergies chaotiques (je les ressens comme des brûlures à l'intérieur de moi), je lâche prise et la laisse résoudre les choses. La lumière investit ces endroits et les transforme en lumière à leur tour. A ce moment, j'ai un petit rêve ou une info qui sort alors que le problème s'en va. Pendant la première phase c'est donc une succession de rêves ultra courts reprenant des scènes de mon enfance (le thème c’était l'adolescence, parce que j'ai eu droit à plein de trucs oubliés) plus des bonus: des trucs incompréhensibles que je laisse passer. A chaque fois la lumière agit de plus en plus et les brûlures se transforment en lumière. Le corps prend un équilibre énergétique différent, mais je n'y prends pas garde.

Dans la deuxième phase, ma forme physique a disparu, je suis sans forme et sans limite véritable, constitué de l'énergie de la lumière qui continue à traiter abondamment les choses en moi. Je ne perçois plus vraiment mon corps mais il y a toujours le bruit de fond extérieur de mon bureau même si je n'y prends pas garde. Le bien être est très important (puisque je ne suis que de la lumière) mais pas extatique non plus et je suis parfaitement conscient.

Dans la troisième phase, je suis sans forme, mais je ne suis plus de l'énergie non plus par moments. C'est passé sur une autre étape.* A ce moment j'ai eu un déblocage important, presque extatique (il était parti une demie tonne de blocages liés à l'enfant intérieur encore et à l'éducation). Juste après, je me suis retrouvé avec un esprit brouillardeux, comme si je commençais à perdre la clarté. C'est une illusion et je contourne la confusion en prenant les infos sans forme, directement dans le silence de l'esprit (au lieu de les faire transformer par le mental ). La lumière m'a expliqué silencieusement que j'arrivais à lâcher mon corps, mais pas encore mon esprit (et donc mon identité).  C'est pour ça que le mental bloque et réagit en devenant confus.

A ce moment, je me lève. Une heure s'est écoulée et je reprends le boulot, puisque j'entends les stagiaires remettre le répondeur. Parfaitement reposé, bien plein de lumière et avec la lumière en train continuer à bosser à enlever le brouillard mental. Ce n'est pas gênant que je programme ou pas, je lui laisse la totale maitrise des choses**.

Le peu que j'ai eu sur la question, c'est que je me suis illusionné pour faire comme les autres dans mon enfance, et c'est ce brouillard mental que j'ai mis en place moi même pour me sentir 'normal'. Accessoirement, il semble que la notion d'identité ne peut pas être lâchée dans l'immédiat (même si je ne panique plus depuis que cette peur a été enlevée et que j'ai trouvé l'observateur silencieux), simplement parce que la mienne a besoin d'être réparée avant.

Ca parait contradictoire mais le fait que nos identités profondes soient refoulées très tôt (dans le système occidental) expliquerait le fait que ce soit la chose que nous ne voulons pas lâcher. Car plus une chose nous manque, plus nous y sommes attachés.

*
Ce qui est étonnant, c'est que par moments je perçois les trois niveaux (sans forme, énergie et bureau puisque j'entends les sons extérieurs) mais à des niveaux différents. Puis, au fur et à mesure, ne reste que le sans forme, mais il y a encore le son du bureau et le brouillard mental. C'est donc un mélange des trois types de perception un peu bâtardes.

**
Après une méditation c'est bien plus facile. Mais ce n'est pas toujours aussi simple. Le lâcher prise est quelque chose que je réussis pas trop mal depuis récemment, et ça va de mieux en mieux.

PS:
Depuis que je perçois le mental des autres, je me suis aperçu que personne ne vit sa vie véritable : tous font plaisir aux parents humains inconsciemment à de rares exceptions près. Et il semble que c'est un problème très marqué en occident. Accepter de retrouver son identité profonde est le seul moyen de ne plus s'y attacher.
(C'est choisi par l'âme bien sur, puisque, en fin de compte, tout est toujours sous contrôle à un certain niveau. Mais les gens sont tous des constructions bancales du coup. Ca a fait parti d'une expérience d'évolution à un moment, mais ça doit être réparé collectivement maintenant, semble t-il.)

PPS:
Comme d'habitude, le sens qui a le plus de facilité est le toucher, suivi de la vision.
Le son pose problème puisqu'il reste sur la matière (à part le bruit de cascade intérieur habituel, mais qui n'évolue pas au delà d'un certain seuil), bien que le goût et l'odorat je ne sais pas où ça en est. (j'en ai très peu et ne sens rien à ce niveau en méditant). C'est peut être le fait que j'ai bloqué l'accès subtil au son dans ma jeunesse, le problème. Il me semble qu'en méditant, tous les sens devraient retourner dans la lumière et le sans forme, à terme. Pour l'instant c'est une expérience de fusion partielle, donc.

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 19:04
Bon, en ce moment je me tiens donc entre deux mondes, celui des singes pensants, avec leurs buts, leurs histoires, leur relation dominant / dominé. Et le monde des humains, qui se tient dans la contemplation et sa relation personnelle au divin, n'est plus lié aux histoires et n'a aucune nécessité d'un rapport de domination sur les autres.

Le plus gros écueil est notre rapport dominant / dominé aux autres. C'est donc le dysfonctionnement de l'identité qui en est la cause principale. Cette énergie est plus ou moins défaillante chez tout le monde. On nie le pouvoir de la personne sur sa réalité. (donc sa possibilité de faire des choix sur son monde et de le créer en conscience). Cette énergie est donc transformée en la nécessité de dominer ou être dominé par les autres pour pouvoir vivre son monde tel qu'on le désire, ce qui est directement cause du monde actuel. (où les gens, soit se soumettent à un mode de pensée en espérant qu'il leur permette de vivre un peu leur vérité, soit essayent d'imposer leur vérité au monde entier en créant un mode de pensée.)

C'est ce mensonge qui doit être réparé pour que chacun puisse passer d'un état à l'autre. Il suffit d'expérimenter que le monde est notre création et obéit à nos règles, chaque monde étant la création de chacun et coexistant avec celui des autres dans la mesure de leur compatibilité. Le point commun majeur pour nous tous étant le rapport à la mère, bien qu'il existe des différence énormes entre nos mondes.

Cela nécessite d'enlever tous les mensonges que nous avons mis par dessus notre identité, avant de pouvoir enfin avoir un rapport serein aux autres qui ne soit pas empli d'une volonté de les dominer ou d'être dominé. Une fois qu'on est un humain, on n’a plus besoin d'imposer sa vérité aux autres et on peut les autoriser à être ce qu'ils veulent puisqu'on a compris également que c'est notre intention qui crée notre monde et que rien ne peut arriver sans notre volonté (certes inconsciente) à l'intérieur de celui ci. Cela nécessite de s'abandonner à notre part divine et la laisser mener notre vie au sens large, car sinon c'est forcément l'Ego singe qui prend les commandes. C'est la condition nécessaire pour passer du singe pensant à l'humain (donc de la 3D à la 4D pour ceux qui veulent le voir comme ça.)

Je peux dire que ça nettoie sec, mais que, malgré tout, c'est chaud, et c'est idem pour Pascal en ce moment. A mon avis on n’est pas les seuls à être confrontés à cette transition à l'heure actuelle.

Lâcher prise et laisser faire, ce qu'on lâche à l'intérieur ne se manifeste pas à l'extérieur. L'énergie planétaire est si puissante en ce moment, que si on résiste, on risque de devoir réellement vivre nos karmas en accéléré. Perso je préfère éviter et régler ça avant que ça ne se manifeste au vu de la gueule de mes karmas.


PS:
a) C'est ce nettoyage qui commence à faire disjoncter les gens à l'heure actuelle et qui va nécessiter quelques années pour que tout le monde se mette à niveau.

b) Ca fait que si on s'en remet à notre part divine et qu'on lâche le mental, le monde devient carrément paradisiaque et divin. Dès qu'on reconnecte le mental et qu'on se remet à faire bla bla dans la tête, c'est le retour au royaume infernal des singes. Ca fait un peu des allers retours en ce moment.

c) Bien sur, tout ceci (la montée vibratoire) est le résultat d'une croyance collective. Mais vu que ça a déjà affaibli la sphère mentale et que, de plus en plus de gens retrouvent leur lien avec le divin (inconsciemment*) ça ne va faire que s'amplifier maintenant. En plus, les mouvements planétaires, à mon avis c'est assez profond dans l'inconscient collectif. Si on en est à dépasser cette croyance là, alors la transition actuelle est transparente, c'est qu'on est déjà presque un saint.

*C'est marrant parce que depuis un an maintenant, souvent j'ai des infos silencieuses, et je les entends (déformées différemment) dans la bouche d'autres personnes qui pensent que l'idée leur est venue spontanément. C'est encore plus fragrant sur les gens spirituels (et les curés entre autres!). J'ai assisté à un baptême où le curé balançait un sermon qui reprenait texto une info que j'avais reçue par la lumière la veille. Super marrant.  Tout le monde est de plus en plus connecté en haut et synchro, même si, pour l'instant, le plus voyant est la peur collective et le vidage de karmas. On verra bien ou ça va tout ça.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 19:06
Faut croire que la lumière a bouffé du lion. En ce moment, c'est levée de karmas à gogo. Faut dire qu'il parait que j'ai pris beaucoup de retard (sur le plan qu'a prévu le haut apparemment) à cause de mon Ego qui résiste depuis longtemps. Alors c'est rattrapage express. Entre autres, le boulot sur la matière est le plus gros, parce que j'avoue que je n'ai jamais été aussi bien incarné qu'en ce moment. La seconde vue, le monde des esprits, c'est totalement interdit pour l'instant, la lumière est formelle là dessus.

Donc, la dernière fois, alors que j'allais m'acheter à manger au boulot, je suis passé dans l'allée de platanes à côté du travail. Je ne sais pas trop sur quoi la lumière a bossé toute la matinée, mais le monde a pris encore un aspect étrange, plus fin, plus précis. Comme si tu voyais en haute résolution d'un seul coup. C'est pas les couleurs, c'est la finesse des formes (j'essaye d'expliquer mais c'est assez bizarre à chaque fois quand ça change de forme).

D'un coup, la part 'ville' du paysage (et pourtant on est en plein centre ville) s'est encore atténuée* les arbres se sont mis à prendre une place énorme et j'ai eu l'impression d'être en pleine forêt. Avec une espèce d'air frais, une énergie de forêt et l'essence même de la forêt dans laquelle je baignais. Le pied, j'adore cet état, c'est comme rentrer à la maison après un million d'année d'errements pour moi (je ne peux pas décrire mieux). C'est un peu magique : un endroit où tu passes deux fois par jour minimum, qui devient une forêt alors que c'est le même endroit en plein centre ville. En plus, dans ces moments tu deviens extrêmement conscient**.

Puis, ça s'est dissipé et j'ai à nouveau été plein de lumière, avec la vue du monde en finesse et en couleur. (les arbres reflètent la lumière divine également dans ces moments). J'ai l'impression d'être un bébé en création dans le ventre de l'univers. La lumière est présente partout en moi et autour, avec une densité et une intensité qu'elle n'a jamais eue avant. J'ai également l'impression d'être dans les bras du père/mère (mais là, c'est sans forme, donc difficile à décrire). La sensation est très différente de la forêt, plus divine. Comme si la forêt parlait à l'âme, et la lumière à l'esprit divin.

En ce moment j'ai un nouveau maitre. Il se présente sous une forme d'émanation de lumière*** à très haute fréquence qui se pointe parfois, et il essaye de m'enseigner les rudiments du comportement humain véritable avec les autres. On verra bien.

*
Depuis l'éveil de kundalini, le végétal a pris une importance énorme dans ma vision. Même en plein centre ville j'ai toujours l'impression d'être dans une forêt où on a coulé du béton. Comme si l'homme était une croûte de béton temporaire sur un lieu naturel et que la nature se fondait entièrement dans la ville. Pas facile à décrire.

**
J'ai l'impression que même l'arbre le plus petit contient l'essence de la forêt toute entière en lui si on est dans un état où on peut le percevoir.

***
C'est différent du père/mère dans lequel je baigne constamment en ce moment, lui est un fils, et il essaye de m'apprendre à devenir un humain même si ce n'est pas simple pour un singe comme moi. (la compassion etc.. ce n'est pas mon fort comme je l'ai déjà expliqué, mais tous les maitres que la lumière m'a donnés m'ont toujours énormément fait avancer. Je suis donc assez confiant.)
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 19:20
La semaine dernière, je suis allé chez mes parents, toute la famille se retrouvais la bas.
Rien de tel qu'un petit tour dans la maison de son enfance pour reconnecter une demi tonne de blocages.

C'etait très sympas, tout c'est très bien passé (faut dire que j'ai un tantinnet bossé la question, donc le passif que j'ai vis à vis de la famille est largment nettoyé.).  Avant de partir on se réunis dans le salon pour manger une glace, et la bing ! Sa bloque dans tous les sens à la limite du malaise. J'ai du sortir de la pour pas me sentir mal. Je lache prise et laisse faire. Pas facile, la reconnection a été violente (j'ai le crane qui me fait mal, sa bloque dans tous les sens). Je me décontracte, laisse la lumière reprendre le controle du mental et sa vas beaucoup mieu.

Sur le coup je réalise que la pièce, est celle ou j'ai utilisé mon premier ordinateur, rammené par mon père un jour ou je devait avoir 10 ans. Et c'est précisément le moment ou j'ai basculé à 100% dans la sphère mental. Il semblerait que sa a été reconnecté et que la lumière a fait ressortir toutes les souffrances qui m'ont obligé à basculer dans ce mode à ce moment la. Apparement sa a été résolu dans la nuit.

Le lendemain j'ai eu une sensation de calme étrange. Comme si toute ta vie tu avait un bruit de fond et puis brusquement il dégage. En fait je ne suis plus connecté en permanence à l'inconscient collectif. Sa file une impression de sérénité sans nom. On imagine pas le bordel qui traine dans le mental planétaire, particulièrement en ce moment. Si tu es relié à lui tu as l'impression sous jacente constante que c'est la fin du monde et qu'un truc terrible vas arriver. Dès que tu déconnecte y'a plus que la perfection de la matière et la lumière.

En réalité l'humanité est profondément tiré par le bas à cause de son bagage inconscient collectif qui vie encore dans la sphère mentale (donc sous forme d'égrégore) et passe son temps à l'obliger à vivre son passé en boucle (karma collectif si on veut). C'est comme si nos mentals persos etaient reliés (inconsciemment) a un super ordi programmé pour balancer des virus toutes les secondes. Si tu te déconnecte de ce merdier tu t'aperçois que sa n'a aucune réalité.

Je vais essayer d'expliquer simplement.
Notre monde réel (donc celui que Nous cotoyons physiquement tous les jours) n'a rien à voir avec les constructions mentales que nous avons créé autour. ( les nouvelles du monde de pleins de pays, que pour la plupart nous ne connaissons même pas, la bourse, les suppositions etc...).  En résumé on est solicité par des choses virtuelles toute la journée au niveau inconscient, et se faisant on les fait pénétrer inconsciemment dans notre réalité, de manière plus ou moins groupée; et cela influe sur notre expérience en la tirant profondément vers le bas. En résumé le mental collectif a l'heure actuel est dans le même état qu'une décheterie débordée depuis bien longtemps. Si on peu s'en déconnecter sa évite de se trainer un méga boulet.

Je peut me reconnecter a loisir, mais j'ai pas trop envie. Je prefere me relier à la lumière : dans l'inconscient collectif, y'a des milliers d'années de n'importe quoi qui se bouscules. Si j'ai besoin d'une info, je prefere passer par tout en haut.

Sa évite de laisser sa réalité se faire influencer par du n'importe quoi et de me faire agresser un beau matin par un trader iranien atteint de la grippe H1 avec une ceinture d'explosif atomique autour du torse.

PS:
a) En résumé, quand on a réussi à réaliser que nos histoires sont notre création, on peu également réaliser si on trouve à quel moment on s'est laissé embarqué par l'inconscient collectif, qu'on vie les histoires collectives des autres, alors qu'elles ne sont pas à nous. Déja assez de boulot de réparer ses propres histoires (karma) donc autant laisser le spirituel et ceux qui l'ont choisi de néttoyer le karma collectif. (beaucoup de peoples incarnent un karma collectif, très marrant à voir).

Notre réalité est notre consctruction et se créé en fonction de nos croyances, sortir de l'inconscient collectif est pas plus mal pour eviter de se laisser influencer par n'importe quoi.

A prioris il y a un gros travail de néttoyage à laisser faire à la lumière pour que je puisse me reconnecter la dedans sans etre affecté par tout le merdier. A voir donc.

b)
Pour ceux qui ont le même problème d'etre connecté à tout en télépathie:
1) Commencer par demander à la part du haut de filtrer. Déja sa soulage un max et sa évite de tout entendre tout le temps.
2) Demandez lui de trouver l'evenement qui a provoqué cette fuite dans le mental et qui vous a donné cette capacité, pour désamorcer la peur situté derrière et permettre de se connecter/ déconnecter à volonté et pas d'y etre piégé constament.

c)
Tout ceci est un cheminement, je conçoit que sa puisse etre du chinois pour beaucoup.
Il faut au moins avoir réalisé l'irréalité de nos propres histoires, la subjectivité du monde et le fait que nous le créons à chaque seconde pour bien comprendre tout ça. Un cheminement, donc.

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 13:32
Hier donc, la lumière a continué de bosser sur moi toute la matinée. A midi, au lieu de faire la sieste ou d'aller acheter à manger, j'ai eu envie de sortir. Alors je suis parti au hasard en contemplant le monde.

Un truc important que je n'ai peut être pas mentionné : dans ma réalité, les voitures qui ont des couleurs hyper tranchées et les fleurs sont devenues terriblement belles (comme les couleurs sont plus puissantes, c'est le contraste qui est le plus jouissif à voir), au point que les voir provoque une jouissance dans le cœur la plupart du temps.

Ce qui a terriblement changé ce sont les hommes également. D'abord la plupart du temps, je ne vois plus rien sur eux, et ils sont juste des œuvres d'art vivantes (comme les fleurs).Par moments, y'a une différence et un jugement qui peut se reconnecter mais moins puissant qu'avant. (une jolie fille ou une vieille fille édentée ou un vieux clodo c'est tous des œuvres d'art en résumé).

Comme j'ai des couleurs en plus, le dégradé de la peau des gens est très marqué, ce qui fait que pour moi maintenant, chacun à une couleur unique ! Ca a surement toujours été le cas, mais avant, j'avais des blancs, des jaunes et des noirs plus ou moins bronzés quand je regardais d'un coup d'œil, point barre. Maintenant, comme y'a beaucoup plus de teintes, ça me saute aux yeux : je vois la différence de couleur de chacun. Pas un n'a la même couleur que l'autre et je le perçois d'un coup d'œil dans la foule : c'est comme si tout le monde était unique. C'est très joli une foule de gens maintenant.

J'ai trouvé un resto perdu dans un coin où je ne vais jamais, et j'ai eu envie d'y entrer. Alors je suis entré.
Je vois une cour assez sympa, un type qui me rappelle étrangement le maitre de kung fu de l'école où j'étais (en plus sec et plus grand). (je perçois immédiatement que c'est un type dominant, et le proprio manifestement. Le fait que j'ai reconnecté un truc sur lui veut bien dire qu'un karma se présente.)

Donc, il m'explique que le resto viens de changer, que c'est un snack où chacun se sert et ensuite va s'installer pour manger. Ok, j'y suis, je me laisse guider. Je charge le plateau avec trois malheureux trucs (mais bio apparemment) et me retrouve avec la note la plus salée que j'ai jamais eue. Pas étonnant encore une fois.

Je vais m'installer dans un coin et commence à manger. Au début c'est super peinard. Je n'ai pas de pensée, donc la seule chose que je peux faire en étant assis seul à table, c'est de contempler la belle couleur des légumes, et puis de profiter du repas. A peine j'ai mis la fourchette dans la bouche que c'est parti : bla bla bla dans la tête et presque aucun goût. (j'ai un sens du goût très peu développé). Ok, y'a du karma à bosser là. Je laisse faire la lumière qui nettoie en lâchant prise. Un peu pénible mais j'ai réussi assez facilement quand même. y'a un décalage évident entre la nourriture et la communication sociale chez moi, avec en plus, un rapport aux autres et à l'argent particulier, je n'ai pas eu plus de détails y'avait trop de trucs à lâcher et je n'ai plus envie de m'emmerder avec les détails.

En repartant, je suis resté bouche bée devant la beauté ... d'un caniveau! Mon cerveau à bloqué un instant. Ca arrive quand le monde change aussi fortement et qu'il essaie de faire le lien entre les images de caniveaux d'avant et celles de maintenant.  Je n'avais jamais vu que les caniveaux étaient aussi beau à Marseille, et en réalité, au vu de la réaction de mon mental, ils devaient bien ne pas l'être la fois d'avant !

PS:
J'ai un karma, entre autres, qui disait que le dominé ne mangeait pas en regardant le dominant manger. Surement le souvenir d'une vie de paysan affamé quelconque. Marrant que j'ai trouvé un resto où le dominant m'a regardé manger pendant le repas :) Bon, c'était un des trucs, entre autres, qui m'est venu au passage.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 19:15
En résumé, la lumière m'a expliqué ce qui est une évidence.

Le mental (de la manière dont on l'utilise aujourd'hui) fonctionne totalement à l'inverse de ce qu'on croit. En résumé, il ne résout pas les problèmes, mais les entretient et les fait empirer. Par exemple, d'un coup on a peur de manquer d'argent. Le mental est censé mettre une directive pour nous faire trouver un meilleur boulot, ou bosser plus etc..
Il nous met le stress (donc émotionnel en vrac) et en plus sur la durée. En résumé, lui il dit qu'il nous met des directives pour nous aider à résoudre le problème.


Le fonctionnement de la réalité:
L'univers nous donne ce que nous demandons (c'est à dire considérons comme évident).Si je considère comme évident que je ne manquerais jamais de rien, dans les faits je ne manquerai jamais de rien.(puisque l'univers répondra à ma demande tout le temps).

Or, il existe un dysfonctionnement général dans le premier chakra qui fait qu'on conçoit qu'on peut manquer.
Du coup, le mental part sur une logique qui émet comme une évidence qu'on peut manquer, puisqu’il dit qu'il faut faire plus ci ou ça pour combler un manque. Et on s'enfonce dans le stress et pire encore, cette logique, la plupart du temps, va faire empirer la situation puisqu'elle va dire à l'univers qu'on veut manquer.

En résumé, à poil en train de crever de faim dans le désert, si on considère comme une évidence qu'on va trouver de l'eau et de la nourriture, on va la trouver*. Si on considère qu'on va crever de faim et de soif (puisque ça parait logique au mental) avec en plus le stress au ventre, on pet être sur que même si y'a un casino derrière une colline, on passera à côté sans le voir. (le monde est subjectif et les objets y apparaissent et disparaissent à loisir suivant nos croyances, je l'ai déjà expliqué).

Donc, la lumière m'a expliqué qu'elle travaillait à résoudre les problème du premier et deuxième chakra, et qu'ensuite, même à poil dans la rue avec la faim au ventre en train de me faire taper dessus, je n'aurai plus peur de rien et serai dans la félicité**. (Les trois quarts de peurs profondes liées à la survie qui nous poussent à accepter cette vie de poulet élevé en batterie, sont liées au mauvais fonctionnement du premier chakra, rien de plus).

En résumé :
Nous sommes défaillants au départ à cause de notre attachement aux parents humains au lieu du père/mère divin.
Par dessus ce système défaillant, nous créons un mental qui, par des règles automatisées, va entretenir les problèmes et les faire empirer au lieu de les résoudre. Comme nous cachons tout ça sous une couche d'inconscient et de subconscient pour ne pas le voir, nous n'avons jamais conscience de ce fait, et nous appliquons nos directives mentales automatiquement, sans même les voir en croyant faire des choix, et elles font empirer la situation.

Les égrégores fonctionnent de la même manière, donc notre société aussi. Plus la situation va mal, plus les décisions prises (généralement des règles supplémentaires) font empirer les choses au lieu de les résoudre. (normalement c'est assez limpide aujourd'hui en regardant l'actualité.)

Seule solution : résoudre le problème à la base en laissant faire le divin.

Donc, le mieux c'est de laisser le divin gérer le mental et l'émotionnel, et si on est un samouraï, le corps aussi (y compris la santé physique. On est à un niveau vibratoire où c'est possible facilement maintenant!). Pour l'instant les mouvements je n'y arrive pas vraiment, mais ça devrait se faire en continuant à lâcher prise.

*
Je recommande de lire 'message des hommes vrais au monde mutant'. de Marlo Morgan.
(c'est l'expérience d'une femme chez les aborigènes.) Je l'ai lu il y a un moment, mais c'est clairement ça.

**
Juste pour comprendre que les notions de peur qui attirent à nous des situations pourries n'ont rien à voir avec la réalité vécue. Et que si nous sommes constamment sous stress et peur (sans s'en rendre compte pour la plupart des gens) en situation normale, nous pouvons être totalement dans la félicité en situation problématique réelle. Tout dépend de notre bon fonctionnement au départ, et un humain normal est toujours dans la félicité puisque toujours en relation avec le divin.

PS:
Pour ceux qui n’ont pas compris, en faisant ça vous laissez votre part divine prendre toutes les décisions et gérer les actions au lieu d'appliquer les règles automatisées du mental. Et en plus dans la félicité, c'est pas beau ça?

PPS:
Ceux qui disent qu'il suffit d'avoir des pensées positives n'ont pas tort, mais c'est un peu simpliste parce que ça ne tient pas compte de l'inconscient et du karma qui sont des obstacles presque impossibles à dépasser à notre niveau.
Quelqu'un qui a une volonté de dingue et peu de karma, peut éventuellement y arriver, on ne sait jamais. Mais bon, dans les faits, quand on laisse le divin faire c'est beaucoup plus simple. C'est sur que penser positif j'y arrive bien, : j'ai presque tout le temps que de la lumière dans la tête. Mais au départ, quand tu te ramasses 100 pensées de stress ou de culpabilité à la seconde c'est beaucoup moins facile. Bon c'est comme tout, j'imagine que c'est un cheminement.
Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article