Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Evolution spirituelle.
  • Evolution spirituelle.
  • : Un blog pour noter toutes les expériences spirituelles que nous avons fait ou faisons avec pascal. Un moyen de s'y retrouver et de progresser.
  • Contact

Thérapies

7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 06:02
Ma femme et moi avons rencontré différentes difficultés dans la vie comme tout un chacun.
Celle qui a été la plus dur à affronter a été le fait que ma femme ne pouvait pas avoir d'enfant.

Nous avons essayé dans un premier temps de nous tourner vers différentes thérapies. A chaque fois ça n'allait pas : nous n'étions pas prêts. La procédure d'adoption s'est assez bien passée bien que j'aie relativement mal vécu le fait d'être regardé à la loupe sous tous les angles.

Bien évidement il n'y a pas de hasard et j'ai une vision du monde qui me permet de le constater aisément chez tous les autres, donc je sais que nous n'échappons pas à la règle.

Nous avons axé nos thérapies sur la question et le verdict a été sans appel : j'ai dû trouver au moins 10 raisons inconscientes qui faisaient que je ne voulais pas d'enfant et ma femme a dû en trouver à peu près autant et pas des moindres. Quand je dis que nous sommes créateurs de notre réalité je parle d'expérience.
Tout cela a duré des années.

En fait on était tellement chargé à ce niveau que je me suis vite aperçu que nous n'aurions jamais d'enfants avant d'avoir résolu une part importante de notre karma.

Et tu peux faire ce que tu veux : quand le moi supérieur ne veut pas il ne veut pas. On fait un agrément pour adopter plus vite dans un pays et paf il se ferme à l'adoption l'année d'après.
On prend rendez vous 6 mois à l'avance chez un médecin réputé et paf il nous appelle le matin même pour annuler etc..
 
Le pompon a été de trouver ce qui est notre karma commun en fait qui implique de vivre uniquement à deux.

Mon karma sur les mères pose un gros problème également (je ne suis pas prêt à accepter que ma femme devienne mère..). Donc un vrai merdier. Et bien sur il faut en priorité que j'accepte de grandir.
(Pascal a le même karma que moi à ce niveau : nous devons passer tous les deux du fils au père: c'est facile pour certain mais pas pour nous, tout le monde a sa croix à porter et personne ne fait exception.)

Pour faire avancer tout ça pas le choix : on a été obligé de travailler encore et encore à tout virer. C'est simple : là haut ils ont trouvé comment nous motiver à bosser et une grosse part de nos thérapies a été motivée par ça.

Au final pour en arriver là il a fallu en faire péter un paquet et ça n’a pas été facile tous les matins.
Comme dit ma femme, depuis qu'on se connaît c'est un jour un qui somatise et l'autre qui est en forme et le lendemain on inverse : c'est pas loin.

Quelqu'un qui ne voit pas le monde comme je le perçois ne peut pas comprendre cette démarche : il n'a pas été possible d'expliquer ça à notre famille. D'où une certaine incompréhension.

En désespoir de cause nous avons passé l'agrément pour adopter un pupille de l'état en sachant qu'il faut des années d'attente (6 ans en moyenne) pour espérer avoir un enfant en bas âge. En nous disant que nous finirions bien par résoudre ce problème d'ici là pour que le moi supérieur ne nous invente pas une nouvelle catastrophe.

Lundi nous avons eu réunion au Conseil Général, alors que nous nous attendions à une simple réunion de routine, nous avons eu la joie d'apprendre que notre dossier est sur la fin de la procédure.

Nous aurons sûrement un enfant d'ici la fin de l'année.

Bien sur extérieurement on pourrait croire qu'il s'agit du simple aboutissement d'une procédure normale.. mais le monde ne marche pas comme ça, c'est bien pour ça que le mental ne le comprend pas.

La joie pour ma femme et moi est à la hauteur des années de travail que nous avons effectué pour résoudre ce difficile karma.

Peut être que finalement nous allons enfin pouvoir avoir la joie d'être parents même si nous avons dû accepter de beaucoup grandir pour ça.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 17:15
Donc impossible de rester en place après une telle réussite hier et nous sommes allés nous balader en forêt avec ma femme.

Etonnant de voir comme la nature a été nettoyée ces derniers temps : on dirait qu'elle est limpide comme du cristal.
Le vent et la pluie ont un rôle de nettoyage des énergies subtiles très important sur la terre d'après ce que j'en ai vu et encore une fois ça va dans le sens de l'ascension de la planète : jamais je n'ai vu la nature aussi resplendissante avant.

Il y a réellement un gros nettoyage en cours.
Ma femme qui était sur un nuage a essayé de m'expliquer ce que disait le ruisseau, les arbres et les pierres.
J'avoue que c'est un langage que je ne comprends pas : mais il semble limpide pour elle.

A chaque fois je suis bluffé, parce que je demande à ma fée de me confirmer et elle a tout juste.
C'est dingue mais il semble que la nature ait un langage naturel qu'il suffit de savoir déchiffrer et il est inutile d'aller dans le subtil pour ça : la terre nous parle constamment d'après ma femme.
Elle sait reconnaitre les arbres qui dorment et ceux qui sont éveillés (apparemment certains dorment plus profondément que d'autres).

Bref alors qu'elle essaie de m'expliquer tout ça (mais j'avoue que  la nature dans le monde matériel, y'a sacrément du boulot pour moi), nous allons nous étendre tranquillement à coté d'un vieux monastère. Il y a plusieurs autres personnes qui se sont installées là pour pique-niquer.
* * *

Là, brusquement je vois un truc hallucinant du coin de l'oeil : une espèce de machin gris métallisé dans le ciel : c'est délire ça a la tronche d'une soucoupe volante ! Je regarde aussitôt : plus rien.

Je vérifie : extra terrestre positif.. oups.
Rien à faire j'ai toujours peur moi devant des extra terrestres.

Comme ils sont positifs, j'engage la conversation avec eux (surtout que j'ai sollicité des extra terrestres positifs pour nettoyer un truc récemment : donc je ne vais pas les snober, mais moi je les voyais plutôt comme des êtres super évolués : des sortes d'anges quoi, je ne m'attendais pas à voir des types en soucoupe volante.).

C'est la conversation télépathique la plus claire que j'ai jamais eue : c'était au delà de la clairaudiance et en dessous de la fusion d'esprit : un état intermédiaire. Mais franchement c'était super facile de parler.

J'ai discuté un moment et ils m'ont expliqué que c'était une patrouille dans le coin. Apparemment ils ont une technologie qui leur permet d'amplifier la télépathie : ce qui expliquerait qu'on puisse parler aussi facilement.

Je leur ai demandé pourquoi leur vaisseau était aussi moche (c'est vrai quoi, moi j'aurais bien vu un vaisseau comme dans la guerre des étoiles ou comme celui des asgards de stargate) et ils m'ont répondu que c'était dû à leur technologie.

Ils étaient super sympas en tout cas : et il semble bien qu'il y a réellement une armada sur et autour de notre planète. Mais ils semblent se déplacer dans une dimension au dessus (de ce que j'en ai compris) donc on en a une palanquée en permanence autour de nous mais on les voit pas.

Donc ce n'est pas une légende cette histoire. Et en plus ils pourraient se manifester dans notre dimension à tout moment. Ca ne me plait pas du tout ça.

Ils m'ont expliqué plein de trucs, mais bon je pense que plein d'autres en parlent mieux que moi.
Ce qui est rassurant c'est qu'on n’est pas seuls .. et qu'il y a une équipe prête à intervenir pour réparer si on part trop en couille.  Ce qui l'est moins c'est qu'apparemment ils n’interviendrons pas tant qu'on n’aura pas vidé notre karma collectif.

Bon ben je comprends mieux plusieurs trucs :
1) Mon Ego n’arrête pas me dire qu'on va tous exploser et la lumière me dit que tout est sous contrôle : S’il y a  réellement une armada extra terrestre prête à nous aider dans le coin je comprends mieux.
2) Je comprends pourquoi on m'a dit que ma clairvoyance ne serait pas développée plus sans un enracinement supérieur, sans quoi je deviendrais dingue : si je me mets à voir des extra terrestres partout ça va pas le faire.
C'est super flippant, j'ai un peu l'impression d'être dans "invasion Los Angeles..".
3) Si avant il n'y avait que des extra terrestres hostiles qui essayaient de nous maintenir en involution je comprends pourquoi toutes les voies et pratiques étaient cachées.
Si ceux qui ont le contrôle de la planète cherchent à nous faire évoluer, c'est logique qu'on soit tous encouragés à dire ce qu'on voit au lieu de la fermer et d'avancer seuls dans notre coin.

Faudra que je vérifie quand même la prochaine fois si ma boulangère n’a pas le petit doigt en l'air ..
* * *

Sinon j'ai eu un déblocage très important du nombril dans la forêt.
En gros je sens ma fée du feu trafiquer le chakra : j'ai un début de super mal au ventre. Aussitôt j'applique le conseil de la lumière : j'accepte le changement.
Immédiatement je sens mon estomac gargouiller et la douleur disparait.

Ma fée m'a prévenu qu'elle allait en virer un max comme ça.
Et elle ne s'est pas gênée. Le coup d'accepter le changement a pas mal marché, sauf qu'au bout de la quinzième fois c'est devenu plus poussif, parce que t'as beau dire 'j'accepte le changement', l'intention n'y est plus : y'a sérieusement des limites dans la quantité de changements qu'on peut supporter.

Mais ça a fini par passer. Si je n'avais pas fait ça j'aurais passé encore la journée avec une gastro: mais à la place j'ai passé une journée normale sans être vraiment malade.

Ce qui est marrant c'est que ma femme a eu exactement la même chose mais sur la tête : c'est là qu'elle bloque le plus. Au niveau du troisième oeil. En acceptant le changement c'est passé.

Là dessus elle a commencé à m'expliquer plein de trucs qui lui venaient sur la nature du troisième oeil : c'est clair ça commence à se débloquer sérieusement, effectivement j'avais eu des infos approchantes.

Donc une journée ou tout s'est bien débloqué et où l’on a bien avancé. A part les martiens qui m'ont fait flipper mais bon va bien falloir que je fasse avec. Je peux les ignorer mais refouler n'est pas mon but.
* * *

Au départ je me suis mis à percevoir mon corps éthérique, mental et émotionnel : donc je me suis perçu comme une masse d'énergie et du coup j'ai perçu les gens autour de la même manière.

Avec le corps spirituel et les expériences que j'ai fait de moi même jusqu'à aujoud'hui (ne parlons pas de celle des molécules et autres) , je me ressens comme un "univers complet" et je perçois de plus en plus les autres comme d'autres univers : je ne ressens plus de limite réelle à mon corps (puisque dans le spirituel il n'y a pas de notion de distance comme ici.)

Mais avec l'expérience d'hier je m'aperçois de plus en plus que nous sommes plus que des univers isolés : nous sommes l'univers entier revêtu d'un masque à chaque fois . C'est vraiment ça.

Donc nous n'avons pas d'existence intrinsèque en tant qu'individus, ça c'est réel. Notre seule existence est en tant qu'univers. Et je n'ai pas encore fait l'expérience de ma femme, mais peut être bien qu'au final notre vraie nature est d'être simplement à la fois "tout et rien.".

Mais je sais que nous sommes là, à la fois pour étendre notre conscience, nous rapprocher de la lumière divine et nous expérimenter de l'intérieur.  Et je ne compte négliger aucun de ces aspects.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 17:00
Ca fait plusieurs mois qu'on essaye d'appliquer le bouquin sur l'amour divin avec ma femme.

C'est très intéressant et ça change vraiment la vie sous la couette. D'abord y'a pas photo : c'est beaucoup mieux, le pénis retrouve son statut de grand prêtre au lieu de ses vulgaires habitudes de voyou cracheur.. Et le vagin retrouve son statut de temple au lieu de vulgaire trou où les films X l'ont relégué.

Il ne faut pas se prendre la tête (sinon ça bloque les énergies de toute façon), être présent ici et maintenant en faisant l'amour (donc pas d'érotisme, genre je m'envoie en l'air avec je ne sais quelle actrice : on fait l'amour ensemble et pas dans l'imaginaire), la conscience doit être présente dans les partie génitales, mais sans se forcer: donc on s'habitue petit à petit. Et surtout le plus important est de voir le divin et d'aimer inconditionnellement sa partenaire. (donc c'est un vrai travail à deux sur du long terme.)

Le pénis est un espèce de capteur d'énergie et il n'est pas nécessaire de l'agiter comme un épileptique pour obtenir les bon effets : sa seule présence dans le vagin commence à nettoyer les énergie stagnantes dues à une éducation sexuelle à coté de la plaque dirons nous. (ne parlons pas des films X ou du rapport homme/femme dans la société).

Peu importe sa taille ou son érection : quoi qu'il arrive c’est un aimant à énergie et dès qu'il est dans la place il fait son boulot.  Il ne faut pas négliger les seins de la partenaire (puisque les seins possèdent chacun un chakra puissant, ni le plexus solaire entre les deux seins.) Et les solliciter semble faire le lien avec le chakra sexuel.

L'énergie en circulant simplement provoque un orgasme et un plaisir supérieur à ce qu'on peut ressentir en éjaculant : il n'est presque pas nécessaire de bouger. (un peu quand même) mais c'est vraiment le pied. Ca nécessite de la patience au départ et une certaine habitude.

On s'aperçoit que ça a fonctionné parce que, après, le contrecoup est fort: une semaine de somatisation à peu près ! (toute ma vie sexuelle est remontée en rêves divers et variés et idem pour ma femme.)
Donc dur dur au départ le contrecoup. Sans compter que, si un chakra bloque, les problèmes liés à lui vont redevenir conscients petit à petit pour nous forcer à les affronter.

Donc jusqu'à présent bien que ce soit le pied, ça nous a toujours provoqué de grands contrecoups.

En ce moment je prends des cours particuliers avec un elfe la nuit, qui m'explique comment voir le divin dans la femme. Et il semble que ça commence à porter ses fruits.

En temps normal l'énergie ne monte jamais au delà du troisième oeil pour ma femme : c'est un point qui bloque chez elle et donc ça lui provoquerait même un mal de tête quand l'énergie déboule à ce niveau.
Moi n'en parlons pas avec les chakras du bas en travaux..  ça accélère simplement le processus de nettoyage dirons nous.

Donc hier alors qu'on est en pleine action, j'ai une brusque compréhension (faut dire que l'elfe m'a farci l'inconscient de plein de trucs) : en fait la déesse est dans toutes les femmes et toutes les femmes sont dans la déesse. Puisque nous sommes tous l'univers entier portant un masque différent.

Et, étonnamment, cette constatation me fait enfin voir la déesse dans ma femme (avant c'était ma femme : ce qui est très bien déjà, mais là, c'est devenu la déesse), et au bout d'un moment l'énergie s'est transformée : elle est devenue identique à celle de la terre pure : j'ai senti qu'elle sortait en force et jaillissait du vagin : le vagin est bien l'arche d'alliance et fait monter l'énergie divine quand il est bien activé par le pénis !

Pour moi ça n'a pas fait grand chose, vu que ça n'a pas pu monter à cause du boulot sur les chakras du bas.
Ma femme par contre a senti l'énergie monter au delà du troisième oeil pour la première fois et elle s'est retrouvée dans un état de conscience modifiée.

Elle dit qu'elle s'est retrouvé être à la fois 'tout et rien" pendant cet état.
Apparemment l'énergie n'a pas dépassé le chakra coronal, et il n'y a pas eu de montée dans la foulée chez moi.
Donc ce n'est pas encore l'effet escompté.

Mais ma femme à été transfigurée hier : elle a passé la journée sur un nuage et je ne l'ai jamais vu avec autant d'énergie ni aussi en forme. Elle dit qu'elle a eu l'impression de vivre 10 journées en une hier..

Résultat plutôt carrément encourageant, donc honnêtement la technique est bien.
Il faut simplement bien garder à l'esprit que c'est plus une thérapie qui permet de faire remonter les problèmes pour les vider au départ et qu’il y a du boulot pour libérer un début d'énergie divine. (En plus ma femme et moi bossons à nettoyer les chakras depuis 10 ans ne l'oublions pas). Mais si on est en couple ça peut être un complément intéressant en plus du travail sur soi.

Le secret semble être de voir le divin dans le partenaire et de l'aimer d'un amour totalement inconditionnel.
Il faut simplement redonner sa dimension divine au sexe.

Voilà en tout cas un retour d'expérience sur la question.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 19:36
En ce moment je vis de plus en plus la nuit, donc associé aux boulots fait le jour, ça fait vraiment beaucoup de travail sur moi. (je ne rentre pas dans le détail parce qu’il y a vraiment eu trop de rêves)

Donc ce matin en somnolant je me rappelle cette histoire de solidité de la matière et il me vient une idée saugrenue : toucher le matelas en ne ressentant que sa structure moléculaire et non pas les dimensions multiples et esprits et autres choses qui peuvent venir de dimensions supérieures.

Le résultat est étonnant : j'ai commencé à ressentir un nuage de molécules (ou autres trucs) vibrer dans tous les sens à la place de mon matelas, et à peine j'ai mis cette convention mentale que ma main et le matelas ont disparu.

Je me suis retrouvé avec un nuage de molécules vibrant et bougeant dans tous les sens à la place à la fois du matelas et de ma main.

Par extension mon corps entier est devenu simplement ça et tout a disparu : plus de corps, de matelas de chat à mes pieds : un seul et unique nuage de molécules.

Ca ne change rien sauf qu'au lieu d'être mes corps subtils qui plongent dans des dimensions multiples je me suis transformé en nuage de molécules et comme ma conscience déborde largement de mon corps il n'y a plus eu aucune distinction entre tous les éléments.


J'ai du descendre à un niveau de perception moléculaire mais ni assez bas (apparemment on peut descendre encore mais ignorant tout de la physique je ne sais pas quoi chercher, et on peut également remonter à un niveau plus haut pour distinguer la composition exacte de chaque élément : mais je n'ai pas essayé encore.)

Cette expérience, je peux la reproduire à volonté à l'état de veille : je deviens un nuage de molécules qui englobe tout mon environnement : moi et la porte ou le canapé c'est pareil en gros.

je peux également filtrer le type d'éléments présent dans la matière en me basant sur les éléments primordiaux : le toucher est très différent à chaque fois.

Je peux filtrer l'énergie dont est constitué un élément de la même manière que je touche les esprits mais c'est beaucoup plus dur pour moi : parce que la matière n'est pas un truc aisé pour mon mental. Donc le ressenti est faible et le résultat très aléatoire.

En gros je mets comme convention mentale ("je veux ressentir que le bois aggloméré") et il semble qu'en touchant je peux ressentir uniquement les endroits où il y a ce type de bois.
(il faut penser à mettre une portée : c'est plus simple : en gros je cherche le bois caché dans le mur etc..)

C'est très étrange et cette expérience, étonnamment, m'a pas mal perturbé.
Mon Ego n'est pas content du tout de s'apercevoir que je suis la même chose que le matelas et que l’air ambiant et que si mon mental n'intervient pas pour créer une forme virtuelle je suis autant ma main que le matelas entier sans séparateur.

Et, d'après la lumière, ce que je perçois n'est pas encore la réalité et il faut descendre bien plus bas pour retrouver l'élément primordial.

(mais à mon niveau je ne parviens pas à descendre aussi bas : peut être simplement parce que cet élément n'est autre que Dieu lui même?)

A approfondir.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 19:12
Alors que nous parlons avec Pascal, je lui parle de la musique sur les lieux sacrés.

Je me demande si, d'une manière ou d'une autre, je ne devrais pas me mettre aux chants sacrés : j'ai toujours chanté juste bien que n'ayant pas beaucoup de voix.

Il me répond que ce n'est pas mon truc et ne le sera jamais : par contre je dois reprendre le violon.

Le violon n'est pas un épisode très gai de ma vie et j'avoue que a me fait mal d'entendre ça.

Mais Pascal, lui, me dit qu'ils ont toujours aimé quand je jouais du violon : parce que je jouais pour leur faire plaisir simplement.

Revenons sur mon karma difficile avec la musique.


* * *

Donc à cinq ans, mes parents nous ont fait donner des cours de piano à ma soeur, mon frère et moi. (j'ai une soeur jumelle et un frère qui a un an de plus que moi)

Je me rappelle encore de la scène : la dame joue la gamme et puis elle nous demande de nous retourner pour voir si nous reconnaissons les notes. Mon frère et ma soeur ne reconnaissent rien.

Pour moi il se passe une choses étrange : j'entends le son mais également le nom de la note. La note me dit son nom tout simplement. Donc c'est instantané : je connais tous les sons : ils me disent tous leurs noms

Aussitôt mes parents sont ravis : la prof leur annonce que j'ai un don avec la musique (un truc qu'on appelle : l'oreille absolue.). Ce don a été hérité de mon grand père qui jouait du violon et a toujours adoré cet instrument.
Le même grand père qui était toujours dans la lune et parlait de gnome curieusement.

Bien évidement à l'époque je n'ai aucune idée de ce que peut être la clairaudiance, mes parents pas plus que moi et les scientifiques encore moins. On sait juste que certaines personnes connaissent spontanément le nom des notes mais personne ne sait pourquoi.

Du coup, ni une ni deux, me voilà inscrit au cours de violon l'année d'après.
Dès le premier cours le prof annonce que je suis très doué et c'est parti pour la galère.

Ce n'est pas que je n'aime pas le violon ou la musique : mais très vite je m'aperçois qu'au conservatoire on n’est pas là pour nous apprendre à aimer les choses, mais plus pour nous faire marcher à la baguette et bosser.

Or, je suis réfractaire à cette méthode d'enseignement : je ne peux apprendre que dans le plaisir et la simplicité (la lumière l'a bien compris, elle.).
Je suis réfractaire à la notion de compétition (du moins disons qu'à cette époque je refoule cet aspect.)

Très vite je m'aperçois que je n'ai pas vraiment besoin de bosser : je ne fous rien et tous les ans j'ai les félicitations du jury. Le solfège c'est pareil : je suis imbattable sur les notes : normal elles me disent leur nom.

Au bout de 9 ans j'étais capable de prendre une dictée musicale sur 4 voix en seulement deux écoutes sur les notes.

Le rythme était plus poussif et nécessitait au moins 4 écoutes de plus : mais je n'ai jamais eu le sens du rythme : un problème vu en neurotraining bien plus tard d'ailleurs.
"on m'imposait un rythme qui n'était pas le mien" d'après elle : effectivement c'était réellement ça.

Il suffit que j'entende une fois un morceau pour pouvoir le rejouer sur mon violon : (du moins s’il est simple) je suis pas un surdoué de la musique non plus, faut pas abuser. Je suis juste doué.

L'impression générale : être passé à coté de mon enfance.

Toutes les semaines 3 heures de cours de violon, 2 heures de solfège et 3 heures d'orchestre.
En dehors de l'école je passais mon temps là bas et des examens à n'en plus finir tous les ans et des galas de fin d'année où je montais sur scène avec la peur au ventre, et les repas de famille où tout le monde voulait que je joue à la fin.. un enfer pour moi.

Pourquoi je n'ai pas arrêté: pour faire plaisir à ma mère : elle adorait le violon (ça lui rappelais les morceaux que son père lui jouait étant petite) et je n'avais pas le coeur de dire stop.

Puis vers 17 ans j'ai commencé à en avoir assez : le verdict a été clair, soit je me mettais à bosser sérieusement pour progresser dans la technique et devenir violoniste professionnel : ce qui est une voie qui ne me convenait pas du tout;  soit je laissais tomber. Le moi supérieur a décidé pour moi (étonnamment).

J'ai passé un examen catastrophique : rien n'allait, moi qui avais tous les ans les félicitations du jury je me retrouve recalé.  Aucune explication je n'ai rien fait de plus ou de moins que les autres années : mais ma prestation a été catastrophique.

Ce jour là je comprends que la coupe est pleine et le destin me permet de me libérer de ce fardeau.
Malgré les gros grincements de dents, mes parents finissent par accepter que j'arrête le conservatoire.

Cette année là je commence à prendre quelques cours avec une prof assez connue que j'ai rencontrée dans un stage.  (plus pour le plaisir : le deal avec ma mère pour ne pas complètement la décevoir.)

Elle reconnait que ma technique n'est pas terrible, mais j'ignore pourquoi elle trouve que j'ai un sens de la musique très poussé. Elle dis que pleins d'élèves bien plus avancés que moi (des futurs professionnels) ont une technique bien meilleure, et pourtant elle dit que quand je joue elle ressent vraiment quelque chose.. va savoir.

En tout cas elle me propose de donner des cours dans un centre culturel: une place que tous ses élèves se battent pour avoir et elle me file ce poste à moi. (pourquoi? vraiment aucune idée..)

Et me voilà à enseigner le violon à des enfants.

Honnêtement, au vu de mon passif je n'ai pas le coeur de les forcer à travailler et si nous nous entendons bien je ne suis pas sur qu'ils aient appris grand chose avec moi.

Pourtant c'est à cette époque que la musique me joue encore des tours.

Ceux qui n'ont pas essayé d'enseigner le violon à des débutants n'ont pas idée de ce que veut dire entendre un bruit qui te déchire de la tête au pied. C'est simplement insupportable.

A cette époque je commence à sortir en boite de nuit et je m'aperçois que je ne peux tout simplement pas supporter ces endroits. Le rythme me déchire de l'intérieur et je ne comprends pas que les autres ne le voient pas.
Mais j'ai envie de m'intégrer: si tu ne sors pas un minimum comment rencontrer des filles?

Je comprends qu'après m'avoir volé mon enfance, le violon va me voler ma jeunesse.

A ce moment je comprends brusquement ceci (étonnement) : les oreilles sont une porte ouverte vers notre intérieur.
Mais il est possible de fermer l'accès subtil qu'on laisse au son et nous sommes seuls à décider de ce qui nous affecte ou non.

Je décide donc de fermer.

Peu de temps après j'abandonne entièrement le violon. Ca fait plus de 14 ans maintenant et ça a été une libération. je ne m'intéresse plus à la musique et ne l'écoute même plus en fait. C'est un aspect de moi que j'ai refoulé.

Au fond d'une armoire traine le violon de mon grand père dont j'ai hérité.
Il a été cassé pendant son alzheimer et sa longue maladie avant sa mort. Ma grand mère l'a réparé et me l'a donné.

Bien que les violonistes ne parlent pas d'ésotérisme et n'en aient pas la moindre notion nous savons tous qu'un violon est vivant : que le bois dont il est fait est important : car l'âme de l'arbre qui l'a conçu vit en lui. (ce que la géobiologie m'a confirmé.)

Plus nous jouons avec lui plus le son se développe et plus l'âme du violon grandit (comme le sabre : il y a une notion d'égrégore par dessus).

Un violon dans un musée laissé longtemps sans jouer s'endort. (termes que les violonistes utilisent réellement!) et a besoin d'être réveillé. Un violoniste est prêt à tout donner pour récupérer son violon : c'est une partie de lui et un compagnon fidèle REELLEMENT et un grand violoniste ne peut réellement bien jouer sur un violon qui n'est pas le sien. (enfin beaucoup ne verraient pas la différence bien sur, mais lui la voit !)

Le violon de mon grand père ne sonne plus : son âme est éteinte il a été blessé et peut être qu'il ne pourra pas être à nouveau éveillé. Mais qui sait? au fond du bois l'esprit peut surement être ranimé, et peut être que lui pourra me parler de mon grand père puisqu'il a été son compagnon pendant tant d'années.

Peut être bien que, finalement, nous pourrons nous soutenir l'un l'autre, comme deux éclopés de la musique, pour réapprendre à l'aimer.

J'ai peur que la lumière ne me laisse pas le choix de toute façon.


PS :
L'échantillon de morceau sur le site du géobio est un truc que je n'avais pas entendu (en fait je n'ai pas eu la curiosité d'aller le voir même après le commentaire de kadak).
Effectivement il est très mauvais sur le plan musical (bien que ça ne vaille pas un enfant qui fait couiner un violon.)

Ce que nous avons fait durant le stage n'avait rien à voir : nous avons simplement psalmodié.

Et l'expérience était grandiose mais encore une fois je ne l'ai vécue que par le toucher : l'auditif est une chose que j'ai fermée, ce qui explique que j'entende si peu les voix en clairaudiance surement.
J'ai pu toucher le son tellement il était dense lors du rituel au milieu du vortex : vraiment magique : je comprends pourquoi certains disent qu'on doit pouvoir faire lever des objets rien qu'avec ça.

Bon de toute façon j'ai demandé et y'a aucun problème à ce niveau.
( Par contre j'imagine que le petit groupe qu'il a formé s'est amélioré sur la justesse, du moins j'espère !)
Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 19:05
Donc un début d'année qui promet.

Je suis allé faire le réveillon chez Pascal et on s'est tous levé assez tard le matin.

J'ai croisé énormément de gens malades ces derniers temps (on dirait qu'il y a une espèce de grippe qui traine ou de crève quelconque) et je sens un début de douleur dans la gorge.

(ça ne rate jamais dès que je fais le malin en disant que je ne suis jamais malade ou que je sais faire ci ou ça on me file un coup de pied au cul direct.).
Bon pas grave.

Alors qu'on va prendre quelques mesures sur le puits, Pascal propose que l'on s'occupe du jardin en désherbant.
En temps normal je lui aurais plutôt dit que ça serait mieux d'aller prendre l'apéro, mais étonnamment j'ai trouvé brusquement que c'était une bonne idée de jardiner.

Alors, pour vous donner une idée, je n'ai jamais fait la moindre opération dans un jardin : à part aider à creuser le puits de Pascal. j'aurais aussi bien pu grandir sur une station spatiale : je n'ai pas la moindre notion de nature et de travail élémentaire dans un jardin (du moins au niveau matériel).

Donc on se met à désherber : et là, je m'aperçois qu'il y a des ronces. Bien évidemment Pascal ne trouve pas les gants. Pas grave Pascal propose qu'on le fasse à main nue (Pascal est un guerrier dans l'âme.)
Moi je préfère prendre un torchon pour me protéger un peu les mains.

Résultat un moment très sympa : pendant toute l'opération nous avons retrouvé le sentiment d'unité surement bien connu des jardiniers, mais je dirais que là, ça allait plus loin : en fait nous sommes devenus un élément du jardin. Il est clair pour moi que le jardin était content de l'opération et qu'il nous guidait dans ce qu'il voulait.

Pascal dit que l'esprit de l'eau est également très content qu'on ait creusé le puits et il est clair qu'il veut une fontaine (ou un truc du genre). L'emplacement où la mettre parait également limpide.

En fait nous en faisons qu'un avec le jardin et devenons en quelque sorte une extension matérielle de lui : c'est une unité collective.

Au départ j'ai un sentiment de rejet en me disant que je vais arracher des ronces : après tout elles ont le droit de vivre comme les autres?
Pourtant elles étouffent les rosiers? alors que faire?

Apparemment c'est la volonté du jardin lui même que nous désherbions (ou de l'esprit gardien du lieu bien que là, j'ai une impression de conscience collective forte, comme quand je me relie à un terrain entier: ce qui est peut être similaire bien qu'ici je ne me distingue pas de l'esprit : je fais un avec lui).

D'après ce que je comprends, si on suit les directives de la conscience située au dessus de la ronce, il n'y a pas de souffrance. Les plantes n'ont pas un Ego comme le notre qui les fait se sentir séparées : elles sont déjà une entité collective qui peut exprimer une individualité dans certains cas : mais pas au point d'être dépendante totalement de leur corps matériel.

Les animaux ont déjà plus d'individualité bien qu'ils soient loin d'un Ego comme le notre également: d'où une notion de meute et de groupe très forte.

Nous avons laissé quelques ronces dans un coin du jardin : car toutes les plantes sont importantes et même si les ronces sont négatives pour les hommes elles ont surement leur utilité : donc il faut, à mon sens, penser à laisser un coin pour tous.

Bien sur nous nous sommes écorchés et avons les mains en sang à la fin (pas trop quand même pour moi), mais j'ai un sentiment de communion tellement fort que je ne sens pas de souffrance et que mon sang qui se mélange à la terre a un sens de symbiose pour moi à ce moment.

(étrange ce sentiment d'unité, les plantes que j'ai arrachées n'ont pas souffert alors?)
"Non, parce que la conscience du jardin s'occupe d'elles et elles sont dans une certaine unité, leur part plus haute peut donc laisser ce corps matériel et aller se loger ailleurs.
Si toi tu acceptes d'être dans la lumière, et que je te dis que ton heure est venue et qu'il faut laisser ton corps pour aller vivre une autre expérience ailleurs, alors tu viendras avec moi dans la joie et laisseras ce corps sans souffrance et regret (et toi qui as eu un aperçu de la terre pure sais que le mot joie est faible).  Pour ensuite aller en occuper un autre ailleurs et poursuivre ton évolution.
Bien sur, même toi en sentant la lumière divine tu aurais encore du mal à faire ça, pourtant c'est ce qui se passerait si tu n'avais pas un Ego aussi affirmé."

(c'est fou le sentiment d'unité que j'ai ressenti tout en étant bien ancré dans la terre.)
"il y a plusieurs manière de jardiner, faire un avec le jardin en conscience est une manière assez élevée : la plupart des gens se contentent de le faire inconsciemment. tu as pris soin de lui et il a pris soin de toi : une partie de tes tensions et de tes souffrances sont retournées à la terre pendant cette opération. Ce genre d'activité est très reposante pour l'âme et le corps : et tous les gens qui jardinent dans cet état de conscience en éprouvent toujours un grand bien être.

Cet exercice est une étape intermédiaire : tu ressens que la ronce, le jardin et toi êtes une seule et unique chose.
Tu pourrais faire pareil avec une région, puis un pays, puis la terre et enfin peu être un jour avec tout l'univers.
C'est une voie qui peut te permettre de retrouver l'unité petit à petit si tu continues à l'explorer."
* * *

Après ce très agréable moment nous nous installons au soleil pour discuter avec Pascal.
Je lui demande s’il lui vient quelque chose pour mon sens du gout : pourquoi est il aussi peu développé et ai je un rapport à la nourriture aussi conflictuel?

réponse : "parce que tu es un vrai cochon!"

(effectivement c'est ce que les esprits m'ont déjà répondu et ils ont raison.)

Pascal me dit que je n'ai aucun sens de la nourriture et du goût et il se propose de me faire une démonstration en buvant des bières (faut pas perdre les bonnes habitudes quand même.)

Il sort plein de marques de bières différentes avec des verres différents.

Puis il m'explique des choses que je n'ai jamais apprises avant : en fait il faut regarder, sentir , écouter : tout est important. Il sert une bière et me décrit ce qu'il voit dans la mousse, les reflets, le bruit.

Puis il sert la bière dans différents verres et me montre comme la mousse ne se forme pas de la même manière, comme les bulles ne vont pas sortir de manière identique et à quel point le goût peut être différent suivant la forme du verre.

(Pascal vient d'une famille de gourmets qui adorent la bonne bouffe et surtout les plats fins, donc il a eu une éducation très poussée sur la nourriture et l'art de la consommer)

Il m'explique qu'un gourmet nourrit tout autant ses sens que son estomac et qu'il lui est même arrivé après avoir concocté un plat, en avoir senti les odeurs, et admiré la vue pendant toute la cuisson de ne simplement plus avoir faim : d'être rassasié simplement des odeurs et de la vue.

C'est vrai que ce que j'ai appris est très étonnant pour moi.
Alors que je finis de contempler au soleil un verre empli de bière en savourant la vue des reflets dorés, je repose mon verre et, en regardant le jardin, j'ai une brusque compréhension.

je m'aperçois que la nature que je contemple  est devenue beaucoup plus lumineuse : la végétation a des reflets étonnants et je vois l'énergie qui s'échappe des plantes et du lieu en vagues de constellations miniatures jouer au milieu du décor : la vue des deux est un ravissement, alors que je n'avais pas pris la peine de les regarder avant et cela comble quelque chose en moi.

A ce moment la lumière intervient en un instant : je mets les infos sous forme de conversations.

(étonnant le sentiment de bien être que j'éprouve en regardant le jardin dans cet état de conscience.)
"La nourriture est quelque chose qui peut se vivre à plein de niveaux. Pour l'instant tu es effectivement au niveau du cochon : tu te remplis de n'importe quoi sans en sentir la saveur. Pour toi se nourrir veut dire se remplir ou refuser de le faire. (d'où le rêve avec la fée du feu.)

Un gourmet la vit de manière bien plus intense : il se nourrit à la fois dans le monde matériel et au niveau subtil.

il existe un état encore plus grand et, si tu continues sur la voie, un jour viendra où la simple vue d'un paysage ou l'écoute d'une mélodie suffira réellement à te nourrir: ce jour là tu te nourriras uniquement au niveau subtil et n'auras plus besoin d'ingérer d'aliments.

C'est un état de conscience bien plus avancé : pourtant il existe et peut être trouvé.
Pour l'instant tu vas devoir apprendre à devenir un gourmet : c'est une de tes missions cette année en plus du jardin."

transformer un cochon en gourmet : ça c'est un challenge !

* * *

A ce moment je m'aperçois que mon mal de gorge a disparu : étonnant vu qu'on est resté dans le jardin toute la matinée.

(Pourquoi ne suis-je pas malade?)
"Tu as accepté de changer aujourd'hui, voilà le thème de ton année : changer pour revenir à l'authentique. Si tu avais choisi d'aller manger au lieu de jardiner tu aurais été malade. Quand on refuse de changer alors l'Ego s'accroche et on souffre : si on accepte le changement alors il n'y a pas de souffrance."

A ce moment je profite pour demander l'avis de Pascal sur la question de la souffrance.
D'après lui la souffrance vient effectivement du refus de changer. Quand on est malade il faudrait s'ouvrir et demander à l'univers les raisons, ensuite accepter tous les changements en conscience pour lâcher les choses. Plus vite on accepte le changement plus vite la maladie s'en va. Et idéalement il faudrait anticiper les changements et les accepter immédiatement : ce qui éviterait la maladie.

Bien sur c'est très difficile parce que notre Ego refuse le changement et il va essayer par tous les moyens de nous empêcher de lâcher les choses. Mais plus on avance plus l'Ego est en retrait plus il semble possible d'accepter le changement à vitesse grand V.

(donc c'est pour ça qu'un saint peut prendre le karma des autres et le digérer à vitesse record?)
"Un saint est simplement quelqu'un qui est très proche de l'univers : il ne fait presque qu'un avec lui et peut donc accepter presque instantanément les changements. Car le changement et la transformation font partie de la nature de l'univers."

(et c'est pareil en cas de torture : si on te coupe en morceau ou autre?)
"Je t'ai déjà expliqué, il me semble, avec la ronce : si tu acceptes le changement et que le moment est venu de m'accompagner dans la lumière alors tu peux rester avec moi et vivre les choses dans l'extase.
Si on te coupe un doigt on effectue simplement un changement sur ton corps : ton Ego s'affole de la perte et va te faire souffrir. Si tu acceptes sereinement ce changement sans t'accrocher à ton doigt alors la souffrance ne reste pas.

Un saint peut se faire découper en morceaux en acceptant instantanément le changement jusqu'à la mort qui n'est elle même qu'un changement d'état. Donc la souffrance n'est qu'une mauvaise habitude due à l'immobilisme de votre Ego."

Bon ben je crois que je ne vais pas me couper un doigt pour vérifier quand même, mais on verra la prochaine fois que je souffrirais : parce que parler c'est facile, mais au vu de ma gastro de la dernière fois la pratique est bien plus difficile.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 00:00



BONNE ANNEE 2009




Repost 0
Published by christophe
commenter cet article
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 09:05
Le nombril est un point très sensible et important au niveau énergétique. En fait notre corps se crée autour du nombril dans le ventre de la mère et un prof de yoga m'a dit une fois, il me semble, que tous les nadis du corps débouchent dans le nombril : donc que le nombril lui même contient énormément de connexions énergétiques avec tout le corps.

C'est un point qui a été très malmené chez moi à cause de toutes ces vies problématiques avec les mères.

* * *

Donc ce matin, alors que je somnole, je rencontre ma fée du feu (cette fois elle a pris une autre forme : une petite femme rousse avec des ailes).

Elle m'explique qu'elle est en train de décrasser mais qu'il va falloir rénover tout ce merdier : elle me dit qu'il faut faire intervenir une licorne pour réparer.

Elle s'est occupée de tout : en fait dans ma vision (puisque ma conscience est à la fois là bas et dans mon corps couché ) je vois apparaitre une jolie licorne : et la licorne sort de la vision et son énergie se manifeste sur mon corps.

Les licornes sont des esprits de la nature assez puissants et omnipotents également. En fait il en existe très peu dans le monde et elles s'occupent de gérer d'énormes surfaces de terrain. Comme les fées et tous les êtres ayant dépassé un certain niveau de conscience, elles sont multi émanations : donc elles peuvent apparaitre dans plein d'espaces temps simultanément.

On avait eu l'occasion d'en toucher une en stage de géobiologie : mais à ce moment là j'ai rencontré un problème : tout le monde pouvait la toucher, et moi non : je ne sentais pas son énergie. (à ce moment là Amma c'était pareil, pour moi: tout ce qui incluait de l'amour et du divin je ne touchais pas : seuls les anges étaient possibles à toucher curieusement); donc pour moi elle n'était pas possible à toucher  et pourtant en mesurant mon biochamp j'ai pu donner le niveau d'émanation sans me tromper : preuve que c'était juste mon mental qui censurait.

Cette fois ci je sens son énergie sur moi : elle est  super douce, un peu comme un ange mais différent : pureté doit être le mot qui convient. En tout cas c'est super agréable et elle a fait des manipulations subtiles sur mon chakra du nombril. Ca a été un soulagement immédiat. Et puis elle est partie.

Sur ce la fée de feu m'a expliqué qu’il y avait vraiment du boulot (ça ne m'étonne pas de toute façon) et que ça serait bien de faire venir aussi une fée de terre pour intervenir sur le premier chakra.

Donc du coup j'ai demandé à la lumière, et elle m'a dit qu'il n’y avait pas de souci : de la laisser faire, et que eux géraient le chantier pour pas me triturer trop de trucs en même temps.

Bon ok et sitôt dit sitôt fait : y' a une fée de terre qui a débarqué.
Bon ben voilà je suis un vrai arbre à fées maintenant, j'en ai une de chaque élément : mais elles génèrent tellement d'amour et de joie que c'est un plaisir de les sentir sur soi (et en soi).

Rien à faire j'adore les esprits de la nature et je crois qu'ils m'aiment bien aussi.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 08:43
Donc j'ai demandé aux esprits de la nature de m'aider à avancer mon boulot sur l'enracinement.

1) Le grand déva de l'air m'a dit qu'il s'occupait de rééquilibrer l'air.
Ca fait deux jours que je fais de l'aérophagie et ça ne me ressemble pas du tout, pour parler poliment "je rote, je pète, rien ne m'arrête".
Moi qui pensais manquer d'air, faut croire qu'il y en a trop ou bien peut être que c'est une purification justement.

2) L'elfe me fait faire plein de rêves la nuit : on travaille sur mon deuxième chakra.
Du coup j'ai droit à un cours de sexualité elfique sur le couple divin.
Le truc qu'il est en train de m'apprendre consiste à voir la déesse incarnée dans les femmes et surtout dans ma femme avec plein de rêves dont je ne me rappelle pas totalement la teneur. Mais ce qui est cool c'est qu'après le rêve j'ai droit à des explications. Apparemment c'est la partie la plus importante : voir le divin dans le couple.
Je recommande et apparemment les elfes sont spécialistes pour former des couples divins.

3) La fée du feu s'occupe de mon nombril.

Hier matin vers 7h00 je décide de méditer. Impossible : je m'aperçois que je m'endors.
Du coup je décide d'aller me recoucher un peu avant d'aller au boulot.

Sur ce je fais un rêve assez bizarre.
Je suis devant un église, et je rentre dedans.
A l'intérieur de l'église sur la gauche je vois une pièce dans laquelle il y a différentes statues de saints et surtout un pupitre avec un texte écrit sur une feuille.

J'essaye de lire le texte mais ce n'est pas compréhensible.
Sur ce, j'entends le prêtre discuter dans l'église. Puis il entre dans la pièce où je suis en disant un truc du genre "AHH le patient est arrivé."

Je suis sur le point de lui dire que je ne suis pas le patient qu'il attend, mais je ne dis rien.
Il se met en slip et ouvre un frigo vide que je n'avais pas vu dans un mur de l'église : dedans y'a une motte de beurre frais.
Puis il s'assoit à une table que je n'avais pas vue dans la pièce en disant que le traitement va commencer.
A ce moment sa femme et ses trois enfants arrivent et s'assoient sur un banc.
Sa femme fait du tricot et me regarde en disant "vous allez voir, c'est le meilleur, ça vaut le coup de bosser avec lui."

Sur ce, le curé prend sa motte de beurre et se met à la lécher en entrant dans une espèce de transe (imaginez un curé tout maigre en slip qui lèche une motte de beurre tout en faisant une transe chamanique franchement c' »tait fun).
Sur la table apparait une grosse femme black toute nue (si si).
Elle se met à déblatérer dans un langage incompréhensible et le curé semble écouter attentivement.

Puis il me dit "mais enfin c'est simple voyons : il suffit de lâcher la souffrance." et là il souffle sur moi : je me réveille brusquement en sentant sur moi le souffle du curé se répandre sous forme d'une vague d'énergie qui se propage dans tous mes corps subtils : et ça c'est réel.

Bon du coup je vais au boulot : je me suis levé super en retard.
Comme je n'ai pas envie d'aller bosser je me dis "tiens je vais aller chercher un pain au chocolat ce matin."

Et du coup j'ai une image mentale : la grosse black apparait avec le curé en slip derrière et elle m'engueule en roulant de gros yeux:
(elle est assise à une table pleine de choucroutes énormes et autres victuailles et elle s'empiffre grave.)
"mais t'as rien compris !"

Je vérifie par l'énergie : c'est ma fée du feu , celle qui me fait bosser sur le point du nombril.
(dis donc t'es bizarre comme fée du feu )
"t'inquiète c'est juste parce que ça parle à ton subconscient"
(c'est qui le type en slip derrière toi)
Sur ce elle le fait disparaitre en me disant : "laisse tomber lui il est là pour le décor : c'est pour ton inconscient aussi."

"Tu voulais de l'aide pour le point du feu : alors voilà, démerde toi je suis patiente."
Rien que de l'avoir vue s'empiffrer ça m'a coupé l'envie de pain au chocolat.

* * *

Hier le nombril m'a fait mal (énergétiquement) toute la journée : y'a plein de trucs qui essaient de sortir.
Impossible de méditer et beaucoup de mal à me centrer sur le coeur.
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 19:04
Il y a deux jours j'ai zappé sur une série bizarre  avec des anges sur canal plus. C'était glauque et putride à souhait : un histoire d'anges déchus. Mais surtout ce qui  était bizarre c'est l'espèce de mélange qu'ils faisaient : une espèce de grand n'importe quoi.

Avec d'un coté des anges karatékas plus ou moins méchants qui pourchassent des gentils anges déchus qui veulent la rédemption, mais bon, les autres anges veulent les butter ce qui leur fait très peur parce que, vu qu'ils ont pas d'âme, ils vont retourner au vide.. totalement débile quoi..

C'était hyper glauque.

Alors que je regarde la série (surtout par curiosité et pour voir où ils vont en venir) une voix commence à me parler.
Genre un type qui t'aborde au bar : "eh ben c'est nul ta série, t'en penses quoi etc.."

C'est rare que l'on me parle directement, la plupart du temps je parle à des esprits par fusion d'esprit.
Mais bon, là, je ne me suis pas méfié et j'ai engagé la conversation.

"bla bla bla", ce qui était bizarre c'est que l'esprit se présentait comme un guide ou je ne sais pas quoi, mais surtout, ce qui m'a mis la puce à l'oreille c'est qu'en fait il parlait pour rien dire : du baratin quoi. Par contre j'aurais juré qu'il me testait. Il disait des trucs plus ou moins bizarres et attendait voir si j'avais une réaction de peur.

Pendant un moment je n'ai pas réagi (faut dire que je regardais la télé en même temps). Puis finalement j'ai vérifié sa structure énergétique : évidemment entité négative. Ce con c'était un démon.

En fait je me suis pas méfié mais comme je regardais une série qui ne volait pas haut et qui éveillait un état de conscience pas très élevé chez moi (puisqu’il était question d'anges déchus), je me suis retrouvé naturellement connecté du côté des démons.

C'est un peu le souci : une partie de moi traîne souvent un peu n'importe où et ma vision intérieure se tourne là où mon état de conscience se trouve. La plupart du temps je filtre : c'est à dire que je n'accepte que les connections télépathiques par fusion d'esprit.

Cette manière de communiquer est très puissante : instantanément on reçoit une quantité phénoménale d'informations pures. Pas des phrases pas des images : autre chose de plus clair, comme si tu faisaiz une acquisition des connaissances à un niveau plus haut. Après, la pensée se formule pour redescendre à mon niveau duel : je projette une information d'une dimension supérieure en 3D dans ma structure mentale en résumé.
Une fois projetée, l'information n'est plus une vérité mais une vérité relative. Ca reste quand même très supérieur au reste.

Je n'ai pas souvent pratiqué la clairaudiance directe pour pleins de raisons : d'abord je suis plutôt tournée vers le haut par défaut et là haut ils communiquent plutôt de cette manière. Ensuite j'ai refusé pendant longtemps d'entendre des voix par peur d'être pris pour un fou.

Du coup là, je n'ai pas été content et mon reflexe a été d'appeler un ange pour le dégager : et puis j'ai réalisé que le démon n’était pas là, c'est simplement moi qui me suis connecté à lui.

Du coup j'ai demandé à la lumière pourquoi elle avait laissé faire.

Réponse : une leçon à en tirer, que je dois découvrir seul.

* * *

Dans le même temps, Pascal, qui est a fond sur l'aïkido en ce moment, a acheté un vieux sabre de débutant à son maitre. (c'est un vrai sabre mais de basse qualité)

La dernière fois, il tient son sabre en main: il sent l'énergie du sabre enfler et le sabre commence à lui parler.
Le sabre lui explique que son précédent propriétaire (le maitre de Pascal) a une collection complète de sabres et vu que lui est le plus moche, il ne s'en sert jamais. Du coup il se sent seul etc..

Pascal, par curiosité, se connecte en haut pour savoir ce qu'il y a dans ce sabre.
On lui répond qu'il contient un "démon de guerre".

En fait on lui précise qu'il y a un "démon de guerre" dans chaque arme humaine.
Ca vous étonne ? vous pensiez trouver un ange dans un truc qui découpe les autres en morceaux (c'est plutôt le camp de la séparation que celui de l'union non?).

Pourtant on lui dit de s'en occuper et de lui donner de l'attention et de l'amour.

Un couteau de tueur psychopathe ça ne vole pas haut chez les démons.
Un sabre de samouraï est déjà surement plus élevé.

Un sabre de pratiquant d'aïkido qui n'a jamais connu le sang et ne le connaitra jamais doit pouvoir évoluer vers un niveau de conscience plus haut, plus facilement.

* * *

Leçons que je tire de tout ça:

Leçon 1 :
si vous êtes clairaudiant, méfiance si vous entendez des voix : pensez à vérifier la provenance avant de vous laisser embarquer par une entité quelconque.

Leçon 2 :
L'état de conscience est le plus important quoi qu'il arrive.
Quand on est malade on ne s'aime plus et on se tourne vers le bas astral : souffrance et voix à la con qui te prennent la tête.
Tu imagines du coup ce que ça donne à la mort ? Il est clair qu'il faut parvenir à être centré sur le coeur quoi qu'il arrive.
A travailler sérieusement.

Leçon 3 :
Les anges nous permettent de guérir nos peurs.
Les démons nous permettent indirectement de les déceler. (puisque bien souvent nous cachons les peurs en nous pour ne pas les voir.)

Donc les deux camps ont leur utilité.
Si on rejette le démon et qu'on se précipite dans le camp de l'ange on a tout faux : on est tombé dans le piège de la dualité.
L'inverse est vrai aussi.

je citerais une chanson de Jacques Brel (la statue):
"Moi qui n'ai jamais prié Dieu
Que lorsque j'avais mal aux dents
Moi qui n'ai jamais prié Dieu
Que quand j'ai eu peur de Satan
Moi qui n'ai prié Satan
Que lorsque j étais amoureux
Moi qui n'ai prié Satan
Que quand j'ai eu peur du Bon Dieu"

C'est ça la dualité : on passe notre temps à fuir d'un camp à un autre.

Le Dieu que nous cherchons est le grand UN : celui qui englobe tous les aspects.

Il faut comprendre que le but est de s'élever au delà de la dualité et que pour ça les deux camps sont utiles pour nous et surtout nous devons donner de
l'amour de manière inconditionnelle : c'est à dire aux deux !

Mais les saints qui chassent les démons me direz vous? deux questions:

1) D'abord sont ils des saints ou des êtres incarnés qui visent la sainteté et qui sont devenus des saints après leur mort mais qui ne l'étaient pas totalement de leur vivant?
2) Comment donne-t-on de l'amour à un démon? Certainement pas en le vénérant, ni en lui faisant un câlin. La boule d'amour les renvoie chez eux, mais il est possible également de les faire évoluer? Pensez à saint Gérard qui contrôle un démon en l'obligeant à tenir son cheval pendant tout un trajet ?
Pourquoi alors qu'il aurait pu le détruire facilement ou le renvoyer chez lui en appelant un saint ou un ange ?
Bien sur il se teste lui même d'une certaine manière, mais il y a plus à trouver là dedans.

Mon troll n'est pas un démon, mon gnome non plus pourtant ils ne volent pas haut au niveau astral.
L'un incarne la violence physique et l'autre la violence verbale.

Avant mon troll passait sont temps à m'envoyer des bouffées de colères et le gnome passait son temps à me souffler des répliques pour faire du mal aux autres verbalement. Ni l'un ni l'autre n'a de prise sur moi aujourd'hui.

Pourtant ils m'accompagnent : j'apprends des choses d'eux (entre autres à accepter les deux camps et à dépasser ma propre violence) et eux évoluent en s'élevant au dessus de ces aspirations basiques, mais en restant à un niveau compréhensible pour eux.

A intervalles réguliers on rencontre les démons : s’ils trouvent une peur qui fait écho chez nous alors ils nous aident à la déceler et nous pouvons travailler avec les anges à la guérir. C'est ça la tentation du démon : il s'agit juste qu'ils nous indiquent là où ça fait mal. (bien sur lui est là pour te bouffer quand même à la base, pourtant il t'aide sans même s'en apercevoir.)

Plus nous évoluons plus nous pouvons lâcher les peurs, et vient un jour où il n'y a plus de peur : et Lucifer lui même n'a plus prise sur nous à ce moment.

Bien sur ce n'est que mon avis.


PS: pour les formes pensées et les objets..
Si on accorde de l'attention à un objet on lui donne de l'énergie et on crée une forme pensée.
C'est différent de l'esprit de l'objet. Un objet peut contenir un fantôme, un démon, voire plein de choses en même temps. L'esprit lui, par contre, va se servir de l' énergie de la forme pensée à son compte.

C'est pareil quand on vénère un dieu : on file de l'énergie à un égrégore que lui va utiliser tranquille.
Idem quand vous entrez dans une société secrète ou un ordre occulte quelconque : les adeptes balancent leur énergie et le maitre se sert.. (souvent à leur insu d'ailleurs)

Voilà le peu que j'en sais pour l'instant.
C'est une chose que je vais devoir approfondir dans l'avenir de toute façon, mais les structures d'égrégores sont importantes à étudier pour la géobiologie et les lieux sacrés apparemment.

PPS : bien sur je ne suis pas en train de dire qu'il faut vénérer Lucifer ou autres  : j'explique pourquoi, outre le fait qu'ils sont créateurs de la dualité; ils ont un intérêt dans l'évolution et sont dignes d'être aimés également.
(de toute façon en état d'amour inconditionnel c'est obligé de les aimer, sinon on est juste en train de filer à un bout de la dualité et certainement pas en route pour les terres pures.)

C’est pourquoi, sur le chemin, on va forcément être confrontés à eux : c'est très concret parce qu’ils sont super doués pour voir les peurs cachées (c'est leur boulot et ils s'en nourrissent) et ils vont toujours essayer de nous faire peur.
Donc si on est malin on peut les utiliser pour révéler les peurs : mais il faut déjà avoir dépassé un certain nombre de trucs, sinon la confrontation est vouée à l'échec.

Pourtant quand on est prêt les guides nous lâchent et nous laissent nous démerder avec : alors à bon entendeur..
Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article