Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Evolution spirituelle.
  • Evolution spirituelle.
  • : Un blog pour noter toutes les expériences spirituelles que nous avons fait ou faisons avec pascal. Un moyen de s'y retrouver et de progresser.
  • Contact

Thérapies

20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 19:08
Je vais faire un retour sur tous les types de contrecoups que j'expérimente. (puisque c'est vrai que je ne développe pas souvent dans mes textes, donc autant faire le point un bon coup).

Donc, l'énorme contrepartie du fait de sentir constamment les énergies, c'est que chaque blocage est une douleur physique en moi. Donc, au départ, c'était l'enfer. Quand je dis que je n'avais pas le choix, il fallait dénouer les problèmes, je pèse mes mots.

Aujourd'hui, généralement quand y'a un truc qui doit sauter, je me mets à brûler à cet endroit, et ma respiration crânienne se bloque (ça provoque des douleurs de tête assez fortes). Et j'ai un blocage énergétique : c'est une douleur pas de ce monde à l'intérieur. (comme si on avait entré une pastèque de force à l'intérieur de toi, c'est comprimé, ça fait un poids et comme un nœud.). Un tantinet dérangeant.

Je suis habitué, mais ce sont des douleurs à la fois plus fortes que dans la matière, et avec lesquelles il y a une distance. (en plus, des fois c'est situé à l'extérieur du corps physique mais à l'intérieur des corps subtils, donc tu as mal à 20 centimètres de ta tête en résumé). Y'a un certain recul quand même, mais sans plus.

Au départ, quand on travaillait le pète névrose avec Pascal, c'était une demie journée en moyenne pour faire sauter un problème. (avec les larmes de crocodiles même pour les plus costauds) et trois jours de déprime derrière, le temps que ça bouge et se remette en place.

Ensuite, avec le neurotraining, je me suis aperçu que je me prenais une semaine de contrecoup derrière. Jusqu'au jour où j'ai réalisé qu'en fait ça venait de moi (des croyances qui font qu'on croit qu'il faut en chier pour évoluer). En lâchant du mental et ces croyances en priorité, on limite énormément les contrecoups.

Il n'empêche que la pratique se compose inexorablement de hauts et de bas.

Dès qu'on a débloqué un truc on expérimente un haut (avec de nouvelles perceptions, ou une libération etc..), et juste derrière sort un nouveau truc à nettoyer. (brûlures, angoisses sans raison, blocage crânien etc...) suivant la nature du problème.

On traite à nouveau et ça continue. Au départ, ça se compte en jours, puis en s'accélérant on peut le faire sur la journée. Aujourd'hui je peux me faire une quantité de haut/bas pas possibles dans la journée, puisque, au fur et à mesure, le travail accélère.

Je peux avoir des symptômes physiques (comme le nez qui se met à couler comme un malade : ça fait comme une allergie en fait) mais c'est relativement rare. Les boutons aussi c'est sympa. Ou bien la dernière fois, en rentrant j'avais une douleur forte à la main gauche. J'appelle Pascal (puisqu'il avait eu pareil) et il me confirme que c'est un problème de domination. Je lâche prise. 10 minutes après je n'ai plus mal à la main gauche mais j'ai mal à la main droite. Cette fois la lumière me dit que c'est un problème de dominé ! Bon bref, voilà ce que ça peut donner. Maintenant je la laisse se démerder et je ne fais pas attention au reste, c'est encore le mieux.

Le plus fréquent ce sont les épaules ou le cou qui se bloquent. Ca vient et ça part sans laisser de trace en quelques minutes. Ca ne fait ça aussi fortement que depuis quelques mois (le corps physique réagit très fortement et très vite maintenant, tout le squelette peut se bloquer et les muscles devenir douloureux, et ça s'en va comme c'est venu dès qu'on lâche).

Il faut apprendre à lâcher prise dans les hauts comme dans les bas (et surtout dans les bas, parce que, du coup, ils ne durent pas). Mais c'est un peu comme les courbatures pour les sportifs, on peut atténuer mais pas complètement les dégager (en tout cas à mon niveau de pratique). Parfois on n’y peut rien, ça fait un très gros contrecoup. Le mieux est encore d'aller dormir.

L'énergie actuelle de la planète y est pour beaucoup également puisqu'elle nous pousse à évoluer bon gré, mal gré.

PS:
La libération obtenue dans la vie de tous les jours vaut le sacrifice pour moi, parce que l'évolution en terme de bien être général et de liberté est immense. Comparé à il y a ne serait-ce qu’un mois, je ne me reconnais pas. Donc ça vaut vraiment le coup.

Partager cet article

Repost 0
Published by christophe - dans Texte
commenter cet article

commentaires

piune 03/09/2009 16:49

oui pas bête l'osteo peut être pour moi.merci pour ta réponse, en tous cas toujours rassurant de voir que d'autres vivent ce genre de truc (et le dépassent!) ça me met un peu de lumière sur les mécanismes sous jacent,  je trouverai sans doute mes propres chemins en temps vouluBonne fin de journée à toi

christophe 03/09/2009 16:53


Ne pas oublier de bouffer un peu à tous les ratteliers !
Parfois la solution 'juste' est énergétique, mystique ou simplement une thérapie standard ou une aspirine !


piune 03/09/2009 16:02

Bonjour Christophe,
Encore une petite couche de MERCI au passage, tes écrits sont d’une grande richesse  pour maintenir la conscience dans les evenement du quotidien…C’est précieux !
 A propos des contre coups je me retrouve bien dans ce que tu décris, ou chaque blocage devient une douleur physique dans le corps ou à distance. C’est pas évident à gérer, j’ai beaucoup de galères et de confusion avec ça, parce que le désagrément de la douleur pousse forcement à vouloir trouver une solution.
Jusqu’à maintenant soit je le fait passer avec l’aide du son (quand les conditions le permettent) soit j’essaie de dénouer et tirer dessus avec mes mains (et je passe pour une mongol) ou j’utilise des images suggestives qui donnent une direction à l’énergie. Mais souvent j’ai l’impression de forcer les choses pour qu’elles lâchent, ça marche un temps, ça peut être  très bon même, expansion, ouverture etc…, et puis parfois je me prends un retour monstrueux encore pire, comme si je n’avais pas lâché jusqu’au bout ou je ne sais quoi.
Au fait la limite entre le réel lâcher prise ou  provoquer le lâcher prise n’est pas évidente. Et quand ça dérape un peu trop dans le « provoquer » et que se pointe ma volonté de guerrière…ça fait des ravages.  Je suis bien paumée avec tout ça ..et bigre ! c’est quasi permanent. Je cherche tout le temps à intervenir sur ce qui bloque malgré moi du coup.  ( et par extension, vu que mes limites sont toujours très flou ça me le fait sur les autres aussi!)
 
Il a peut être des croyances qui le conditionnent ; comme c’est jamais pareil, pas évident de comprendre le mode d’emploi.

christophe 03/09/2009 16:09


En fait un blocage est toujours causé par une saisie de l'égo. Si tu essai de le faire passer par une action de l'égo tu entre dans une logique 'magicien' ou thérapeute.
C'est pas d'une efficacité très importante et à un moment tu en trouves les limites. (ton moi humain ne peut pas comprendre le corps énergétique multidimentionnel au dela d'un point très
basique).

Quand tu lache prise tu abandonne avec ton égo et laisse ta part divine reprendre en main toute la circulation énergétique. Dès que tu as trouvé cet état, tout se remet en ordre, et si tu laisse
faire ton christ intérieur il peu résoudre le karma derrière sans même intervenir.

Se tenir dans le rien est l'idéal pour ça. Mais c'est un cheminement et quelque chose qu'il faut trouver par soi même. Tente de lacher prise encore et encore jusqu'a trouver le bon état. (celui ou
tu as foi totale en ta part divine pour résoudre tes problèmes et ou tu ne t'en soucie plus.)

Après si c'est un problème chronique tu peu aussi aller voir un ostéo, tout dépend d'ou tu en es de ton cheminement perso.


J.ulie 25/08/2009 12:59

Un sage savant, alors ;p Bonne journée.

J.ulie 24/08/2009 20:01

Encore une ''petite'' question... je me permets... :DA partir du moment où tu t'es senti 'différent' (de toi-même et des autres) et où tu as donné vie à ce monde 'en conscience'... Comment as-tu gérer le regard des gens autour de toi? Y étais-tu déjà sensible? Comment faire pour se situer entre 'les singes' (pour reprendre ton expression...je préfère dire les hommes sans majuscule) et les 'Hommes' (avec la majuscule) sans avoir l'impression d'être un extra terrestre à abattre dans leur regard? Quelles concessions faut-il réellement s'attendre à faire lorsqu'on réussit à lacher prise? Je sais qu'il est question de cas par cas et que tout cela change selon les individus, leur évolution ... mais globalement, il existe sans doute des points communs ...La peur de lâcher prise avec la réalité est énorme pour mon cas ... Est-ce que la 'lucidité' est susceptible de faire du mal aux personnes qui vivent autour de moi? Comment ne pas les entraîner dans un tourbillon qui ne leur appartient peut-être pas?Merci,Bonne soirée, je t'envoie des pensées positives.(re)Julie

christophe 25/08/2009 09:02


Je suis parti à un niveau autiste pratiquement, donc on peu dire que j'avais déja de sérieux soucis de communication. J'ai commencé par travailler uniquement le mental et l'émotionnel pendant 10
ans et je me suis bien gardé de me soucier de cette énergie (même si je la percevais partout).
Mon but au départ à été de résoudre les blocages qui me brulaient dans le corps énergétique. Du coup j'ai pu tester pleins de méthodes et leur efficacité réelle.
Si tu as l'impression d'etre un ET a abattre, c'est que tu le projette à l'éxtérieur : personne ne peu rien si tu ne le veut pas.
A partir du moment ou tu respectes les autres et leur laisse le droit d'etre ce qu'ils veulent dans leur monde, l'inverse deviens vrai : c'est une des règles de l'univers. Quand tu essai d'imposer
ta vérité aux autres, alors les autres essaient de t'imposer leur vérité, c'est tout simple.

Tout le monde est un esprit divin maitre de son propre monde à un certain niveau, qu'on le perçoive ou non, donc les gens ont ce qu'ils veulent et ta vie ne regarde que toi. N'impose rien aux
autres laisse leur le droit d'etre ce qu'ils veulent et sa sera pareil pour toi en retour.

Pour ce qui est de savoir si tu es un humain véritable ou un singe, il suffit de vérifier si tu peu traverser un mur avec ton corps physique ou marcher sur l'eau. Quand tu sera un humain véritable
tu n'auras plus rien ou presque à faire ici bas dans ce monde la.

Je te rassures, je suis un singe, pas de doutes :)



J.ulie 24/08/2009 13:20

Merci.J'ai bien lu la réponse...il me faut maintenant du temps pour tout comprendre.Tes deux dernières phrases m'offrent un énorme réconfort.Bonne journée.Julie