Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Evolution spirituelle.
  • Evolution spirituelle.
  • : Un blog pour noter toutes les expériences spirituelles que nous avons fait ou faisons avec pascal. Un moyen de s'y retrouver et de progresser.
  • Contact

Thérapies

19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 19:01

Aujourd'hui, je me suis fait une heure de sieste au bureau à midi, au lieu d'aller manger. Excellente idée, ça m'a fait un bien fou. La limite entre le sommeil et la méditation n’est pas très claire dans ce genre de cas, puisque j'ai été conscient tout le long.

En résumé, je commence par m'installer dans mon fauteuil en position confortable. Dans un premier temps, la lumière arrive en force et investit tout le corps et au delà. A ce moment, je ne peux plus bouger. Pendant la première phase, je sens mon corps assis sur la chaise. Tout le long, j'ai conscience d'être dans mon bureau et j'entends les bruits dehors (même si je n'y fais pas attention).

Au départ donc, la lumière focalise sur certaines énergies chaotiques (je les ressens comme des brûlures à l'intérieur de moi), je lâche prise et la laisse résoudre les choses. La lumière investit ces endroits et les transforme en lumière à leur tour. A ce moment, j'ai un petit rêve ou une info qui sort alors que le problème s'en va. Pendant la première phase c'est donc une succession de rêves ultra courts reprenant des scènes de mon enfance (le thème c’était l'adolescence, parce que j'ai eu droit à plein de trucs oubliés) plus des bonus: des trucs incompréhensibles que je laisse passer. A chaque fois la lumière agit de plus en plus et les brûlures se transforment en lumière. Le corps prend un équilibre énergétique différent, mais je n'y prends pas garde.

Dans la deuxième phase, ma forme physique a disparu, je suis sans forme et sans limite véritable, constitué de l'énergie de la lumière qui continue à traiter abondamment les choses en moi. Je ne perçois plus vraiment mon corps mais il y a toujours le bruit de fond extérieur de mon bureau même si je n'y prends pas garde. Le bien être est très important (puisque je ne suis que de la lumière) mais pas extatique non plus et je suis parfaitement conscient.

Dans la troisième phase, je suis sans forme, mais je ne suis plus de l'énergie non plus par moments. C'est passé sur une autre étape.* A ce moment j'ai eu un déblocage important, presque extatique (il était parti une demie tonne de blocages liés à l'enfant intérieur encore et à l'éducation). Juste après, je me suis retrouvé avec un esprit brouillardeux, comme si je commençais à perdre la clarté. C'est une illusion et je contourne la confusion en prenant les infos sans forme, directement dans le silence de l'esprit (au lieu de les faire transformer par le mental ). La lumière m'a expliqué silencieusement que j'arrivais à lâcher mon corps, mais pas encore mon esprit (et donc mon identité).  C'est pour ça que le mental bloque et réagit en devenant confus.

A ce moment, je me lève. Une heure s'est écoulée et je reprends le boulot, puisque j'entends les stagiaires remettre le répondeur. Parfaitement reposé, bien plein de lumière et avec la lumière en train continuer à bosser à enlever le brouillard mental. Ce n'est pas gênant que je programme ou pas, je lui laisse la totale maitrise des choses**.

Le peu que j'ai eu sur la question, c'est que je me suis illusionné pour faire comme les autres dans mon enfance, et c'est ce brouillard mental que j'ai mis en place moi même pour me sentir 'normal'. Accessoirement, il semble que la notion d'identité ne peut pas être lâchée dans l'immédiat (même si je ne panique plus depuis que cette peur a été enlevée et que j'ai trouvé l'observateur silencieux), simplement parce que la mienne a besoin d'être réparée avant.

Ca parait contradictoire mais le fait que nos identités profondes soient refoulées très tôt (dans le système occidental) expliquerait le fait que ce soit la chose que nous ne voulons pas lâcher. Car plus une chose nous manque, plus nous y sommes attachés.

*
Ce qui est étonnant, c'est que par moments je perçois les trois niveaux (sans forme, énergie et bureau puisque j'entends les sons extérieurs) mais à des niveaux différents. Puis, au fur et à mesure, ne reste que le sans forme, mais il y a encore le son du bureau et le brouillard mental. C'est donc un mélange des trois types de perception un peu bâtardes.

**
Après une méditation c'est bien plus facile. Mais ce n'est pas toujours aussi simple. Le lâcher prise est quelque chose que je réussis pas trop mal depuis récemment, et ça va de mieux en mieux.

PS:
Depuis que je perçois le mental des autres, je me suis aperçu que personne ne vit sa vie véritable : tous font plaisir aux parents humains inconsciemment à de rares exceptions près. Et il semble que c'est un problème très marqué en occident. Accepter de retrouver son identité profonde est le seul moyen de ne plus s'y attacher.
(C'est choisi par l'âme bien sur, puisque, en fin de compte, tout est toujours sous contrôle à un certain niveau. Mais les gens sont tous des constructions bancales du coup. Ca a fait parti d'une expérience d'évolution à un moment, mais ça doit être réparé collectivement maintenant, semble t-il.)

PPS:
Comme d'habitude, le sens qui a le plus de facilité est le toucher, suivi de la vision.
Le son pose problème puisqu'il reste sur la matière (à part le bruit de cascade intérieur habituel, mais qui n'évolue pas au delà d'un certain seuil), bien que le goût et l'odorat je ne sais pas où ça en est. (j'en ai très peu et ne sens rien à ce niveau en méditant). C'est peut être le fait que j'ai bloqué l'accès subtil au son dans ma jeunesse, le problème. Il me semble qu'en méditant, tous les sens devraient retourner dans la lumière et le sans forme, à terme. Pour l'instant c'est une expérience de fusion partielle, donc.

Partager cet article

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article

commentaires

Guillaume 20/08/2009 22:24

C'est le message principal que j'ai eu d'un esprit chamanique : arrete de plaire et de courir. J'ai encore du boulot là-dessus même si c'est mieux.

Blutack 20/08/2009 22:00

"je lui laisse la totale maitrise des choses"Je ne vois pas bien ce que tu veux dire. Tu pourrais décrire en terme de "sensation". Si tu n'as plus l'impression que c'est "je" qui fait, qu'est ce qui passe alors ?

christophe 21/08/2009 09:23


En résumé tu cesse compètement de t'intéresser au problème avec la conviction absolue que ta part divine vas s'en charger sans que tu ai besoin de t'en soucier.
Généralement dans la minute qui suit une demi tonne de lumière vas sur le problème, et la minute d'après c'est réglé. Mais c'est très dur de franchir ce pas!
Parfois il me faut une demi heure pour y parvenir!


LL. 20/08/2009 16:37

je lis toujours avec beaucoup d'enthousiasme votre blog. Parait il que les fêtes se fêtent la veille du jour...                             Joyeuse fête Christophe!!!Cordialement, laura.

christophe 21/08/2009 09:22


Merci beaucoup :)