Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Evolution spirituelle.
  • Evolution spirituelle.
  • : Un blog pour noter toutes les expériences spirituelles que nous avons fait ou faisons avec pascal. Un moyen de s'y retrouver et de progresser.
  • Contact

Thérapies

13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 07:35
C'est l'une des raisons majeures des problèmes de notre société. Elle est construite entièrement sur la base de cette peur là, qui est 'ancestrale'.
Cette peur a été créée de deux manières:
1) En nous coupant de notre vraie nature (énergie), et en la substituant par la forme physique qui est illusoire (mental).
2) En nous enlevant notre capacité de communication avec l'univers (cerveau droit), ce qui a provoqué l'ignorance et l'incapacité de communiquer avec nos morts.

Nous sommes uniquement de l'énergie consciente incarnée dans des corps énergétiques, eux même constitués de couches de plus en plus denses jusqu'au corps physique. La mort physique correspond à l'abandon du corps le plus dense, et à son remplacement par un corps de l'état intermédiaire. Ce nouveau corps est clairvoyant , donc il peut voir dans la dimension plus éthérée où il se trouve, et peut voir aussi dans la dimension des vivants, tout en pouvant se déplacer dans le temps puisque la dimension où il se trouve est plus éthérée.

Principalement deux cas de figures:
1) Ceux qui restent dans l'état intermédiaire parce qu'ils ne savent pas où aller (ils n'ont pas ouvert l'accès à leur dimension spirituelle) ou qu'ils sont en détresse, ou trop attachés au matériel. Ils peuvent aussi se perdre dans une illusion, puisqu'ils n'acceptent de voir que ce qu'ils veulent (comme nous!). Donc ils peuvent être entourés d'anges, ne pas les voir, et tant qu'ils ne demandent pas d'aide, eh bien, personne n'intervient. Ou bien, même, ne pas réaliser qu'ils sont morts tout simplement, et continuer à fonctionner en boucle (parce que le temps n'est pas linéaire à ce niveau, et un fantôme peut se déplacer sur cette dimension librement a priori ). En théorie, un fantôme ordinaire doit s'attacher à une source d'énergie. (un humain ou lieu énergétique.). Certains fantômes sont capables de se ravitailler seuls (j'ignore comment) et n'ont pas besoin de source d'énergie, généralement ce sont des magiciens au départ.

2) Ceux qui remontent dans la lumière (accès au niveau spirituel), là il semble qu'ils puissent se faire aider, être enseignés et même redescendre nous aider de temps en temps en attendant leur prochaine incarnation.
J'ai des infos là dessus par ma patromne : une de ses amies communique tout le temps avec son fils mort, et comme il lui donne pas mal de nouvelles de ce qu'il fait la haut, eh bien j'ai quelques retours, en fait il passe surtout son temps à essayer d'aider sa mère à ne pas faire n'importe quoi. Faut dire que la mère, bonjour !
Une fois, elle est venue au bureau : c'est un tas de négativité cette femme, par contre il y avait un amour pas possible sur elle, et en fait, c'était son fils qui l'accompagnait (en fantôme). Il a dû capter mon dégoût devant ce que sa mère dégageait, parce qu'il m'a dit "ben oui je sais, là je m'arrache les cheveux, elle ne veut rien comprendre, mais bon c'est ma mère quand même." Donc, certains fantômes mêmes s’ils ne sont pas perdus et remontent dans le spirituel, peuvent vraiment s'attacher à leur ancienne vie et rester un moment ( le temps que les autres membres de la famille montent par exemple.) On trouve des magiciens qui peuvent décider de rester garder un lieu précis ou accomplir une tache qu'ils veulent finir pendant quelques temps (quelques milliers d'années voire plus).

3) Après y'a ceux qui ont dépassé le cycle des réincarnations et qui peuvent se créer le corps illusoire. Certains peuvent ensuite être 'multi émanations' apparemment. (une histoire de jouer avec l'espace temps).

En fait, les tribus 'primitives' ont bien compris que discuter avec les morts pet être très intéressant. Les 'jeunes morts' sont problématiques parce qu'ils ne maitrisent pas encore leur nouvel état, et sont parfois perdus dans l'illusion. Mais les morts des ancêtres qui ont retrouvé leur dimension spirituelle peuvent être des guides et des aides importants. (surtout qu'ils peuvent aller tester les autres espaces temps et ramener des informations).

Retrouver la vraie nature de la mort  va être forcément une étape nécessaire à un moment donné, mais ça risque d'être assez révolutionnaire, car toutes les angoisses de la société, ou presque, sont issues de cette peur là.
Que se passerait il si nous réalisions qu'elle n'existe pas réellement, et qu'un de ces quatre matins une majorité de gens pouvaient parler librement avec eux ?

PS : Lors de la mort, un processus de désincarnation s'enclenche, qui va libérer les mémoires contenues dans l'adn (au niveau éthérique pas physique). Les mémoires inutiles retournent à la terre, et ce que nous voulons garder est emporté avec nous (c'est là que le karma se fait, entre autres.)

Le processus que nous vivons actuellement est le même : c'est un processus de désincarnation vivant.  Il s'agit d'une déstructuration de notre ADN au niveau éthérique (on enlève tout ce qui est lié aux anciennes énergies et qui ne convient plus) qui est suivi par l'activation de brins supplémentaires. C'est pour ça qu'on ne peut plus faire de karma. Il semble qu'à terme, nous puissions transformer notre corps physique en corps de lumière (donc l'équivalent du corps illusoire). Nous verrons bien ou ça mène.

PPS : Un bon exemple de discussion avec des morts : la série 'médium' qui est inspirée de la vie d'une vraie médium américaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article

commentaires

Liuarn 22/04/2009 17:24

EffeMerci pour la vidéo mais malheureusement je ne comprends rien à l’anglais parlé. Bon, j’ai un petit aperçu de quoi ça parle par les échanges entre toi et Christophe, mais c’est tout.
Par rapport au commentaire de Christophe, je n’arrive même pas à voir, à vivre, la différence qu’il y a entre empathie, hypersensibilité émotionnelle et énergétique. Mais dés le départ je considère pensées et émotions comme énergie qu’on peut se prendre quand on est trop ouvert.

PiuneMerci pour le partage de ton expérience.Je me reconnais assez bien dans ce que tu décris de ton expérience. Et actuellement j’ai bien l’impression d’être dans le « tout ouvert avec rien de régler ». J’essaye de laisser partir l’ancien et d’accueillir le nouveau comme je peux. Au moins déjà j’essaye d’y mettre l’intention.
Travailler sur l’intention et ne pas focaliser sur la technique, c’est une bonne info pour moi que je prends. Le super mental ayant tendance à faire l’inverse…
Tu es musicienne et tu parles du travail très intéressant avec le son. Mais pour la pratique de groupes, les stages, je suis bloqué actuellement. Je suis dans les basses terres du nord  dans une drôle de situation. Et donc je fais pour le moment avec ce que je peux trouver dans ma région. Si je le vis, c’est que je l’ai choisi. Donc je fais avec.
De mon côté je dessine. Enfin, je dessinais. Cela fait plusieurs années que je suis bloqué et que pourtant on me dit que j’ai quelque chose à faire dans le dessin, et que ma voie passe par la création artistique. :) Je finirai bien par trouver puisque en réalité tout est déjà là.
Tonne rime avec forum… Enfin presque. ;) Sur un espace public, blog ou non, ce n’est pas toujours évident de partager.

christophe 22/04/2009 18:33


En fait l'empathie c'est la capacité de ressentir les émotions des autres.
Il y a des gens extrèmement empathique qui n'ont aucun ressenti énergétique.

Il y a des gens avec une grosse perception énergétique qui n'ont aucune empathie.
C'est plus une histoire d'etre a l'écoute du monde ou non.
Il faut ni etre trop a l'écoute sinon on s'en sort plus et on ne vie plus sa propre vie, ni totalement hermétique sinon on finis par marcher sur les autres sans aucun égard pour eux.


piune 18/04/2009 15:56

Liuharn,

J’ai fait quelques raccourci pour ce qui m’a mené au son (en tant que pratique) ca rejoint ton expérience qqpart
Quand j’ai commencé prendre conscience de mes blindages corporels j’ai repris contact avec mon ressenti assez subitement. Du coup je me suis mise à explorer mes perceptions sans rien comprendre, particulièrement dans ma pratique instrumentale (je suis musicienne).
Je n’ai fait que mettre cette sensibilité au service de ma volonté (de guerrière il faut le dire) résultat carnage ! Pas évident à expliquer mais c’est comme si j’avais la sensation d’une « résonance absolue » donc par l’intermédiaire de la voix je me suis mise à extirper tout ce qui faisait obstacle à cela. Evidement ça marche pas comme ça je n’ai que débusqué toutes mes blocages et mes peurs dans tous les sens sans pour autant les identifier ou les décharger. Ca donne « tout ouvert avec rien de réglé » !!!Que du bonheur. J’ai vrillé pendant bien des mois, et avec le recul je me dis que l’attitude erronée que j’avais envers moi même a finalement attiré des thérapeutes qui lui correspondaient (pas forcement dans la douceur et la bienveillance !)
Bref je vais pas refaire tout le parcours au risque de m’étaler.

Finalement, dans le son comme dans beaucoup de choses, faut pas focaliser sur la technique mais travailler sur l’intention et laisser faire. Du coup ça demande d’identifier ce qui est la pour formuler et orienter la pratique ( par ex inviter les nouvelles energies à prendre place dans la matière dans la sécurité et la cohésion /ou simplement dissoudre l’agitation mentale etc…) (et quand ça chauffe vraiment du ciboulot, je fais ça avec les pieds dans un bain de sel !!!...ceci dit même sans le son ça fait redescendre)
L’avantage du son c’est que tu peux te concentrer sur l’écoute ou sur la sensation de la vibration pour ne pas partir dans le mental. Les pratiques de groupe sont très porteuses et permettent souvent de « catalyser » les processus de transmutation en cours.
Puis après on se rend compte que le son est partout, et on peut prendre appui dessus pour « se relier ». Du moins c’est comme je vis la chose. Une histoire de résonnance ?

« Et niveau expérimentation je ne tiens pas sur la distance. »

Au début « Etre porté »par la fusion de ta vibration avec le son du groupe permet de dépasser ce qui fait obstacle (au final se sont des schémas, des attitudes qui nous empêchent de lâcher prise dans l’expérience, donc seul- on zappe) l’acte phonatoire doit être une empreinte de l’état d’Etre. En ça le son délivre de véritables enseignements…
Sans doute beaucoup de gens y feront appel dans les années à venir
« au commencement était le Verbe » ;)

PS : J’ai travaillé avec Véronique et Denis Fargeot (www.yogaduson.fr) si jamais ça te parle. Le cycle de base est certe un investissement mais, sur soi, pour la Vie

PPS : Bon ok j’en ai mis des tonnes,(ca m'a tellement apporté de réponses qu'à force ça me passionne )… un partage d’expérience en toute humilité :)

Effe 17/04/2009 18:03

Je dois faire inconsciemment un amalgame entre empathie, sensibilité émotionnelle et sensibilité énergétique....

Effe 17/04/2009 13:27

Liuharn C’est sûr que si trouver un maître adapté à soi était une chose évidente, cela se saurait. Mais c’est peut-être là l’utilité d’un outil comme l’ouverture.
Certains maîtres utilisent peu ou pas dans leur enseignement (en tout cas dans leur discours) les questions de l’énergie et des perceptions. Cela peut aussi permettre d’équilibrer une tendance inverse hypertrophiée et de faciliter l’ancrage.

Si tu parles anglais, voici un extrait d’un entretien de Mooji avec une jeune femme hypersensible aux énergies et aux perceptions.
Du fait de la façon dont elle réagit émotionnellement à ces perceptions, il semble lui conseiller de ne pas y brûler son énergie et de les laisser passer sans s’y accrocher. Je trouve la façon de répondre de Mooji assez particulière par rapport à d’autres entretiens où il est moins sérieux et plus souriant :
http://www.youtube.com/watch?v=gWnxUyPy0r4

christophe 17/04/2009 14:36


Il s'agit d'empathie exacerbée plus que de perceptions énergétiques ici.
Tout le monde est plus ou moins empathique , la plupart du temps inconsciemment.
Elle ne réagit pas à ses perceptions, elle prend sur elle l'émotionnel des autre.
Et sa il a bien raison il faut laisser passer sinon t'as pas finis de pleurer.

On peut s'isoler en se recentrant sur son propre esprit divin (ou le coeur).

Personnellement quand quelqu'un pleure je ne pleure pas avec, pourtant je peut percevoir pleins de choses énergétiquement : sa n'a rien à voir.


Liuharn 17/04/2009 00:34

Piune
J’aime bien les synchro comme ça.
Du « son chamanique » je suis parti sur l’idée que le son pour être présent dans mon corps ancré à la Terre et centré, c’est que l’idée qu’elle est bonne. ;)

Mais pour passer du maître spirituel au professeur, et pour parler de son, j’ai eu une mauvaise expérience avec un thérapeute / professeur en sophrologie caycédienne qui m’a laissé un goût amer. C’est ainsi que j’ai appris les techniques de son utilisées en sophrologie : les phonèmes et les phronèmes. Mais quand le prof est dans une logique de « pas de tir de fusée » et qu’il avance de leçon en leçon sans s’assurer que c’est bien assimilé et que c’est approprié au problème à traiter, c’est pas terrible…
Donc, j’ai une belle boîte à outil mais je ne sais pas quoi faire avec… Et niveau expérimentation je ne tiens pas sur la distance.

Peut-être qu’il me faut un stage n’ont pas pour toujours faire plus mais pour apprendre à faire moins et mieux. Ca ferait des économies d’énergie. ^_^