Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Evolution spirituelle.
  • Evolution spirituelle.
  • : Un blog pour noter toutes les expériences spirituelles que nous avons fait ou faisons avec pascal. Un moyen de s'y retrouver et de progresser.
  • Contact

Thérapies

4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 18:53
Avant hier, alors que je rentre chez moi après le boulot, un des mes maitres intervient "Attention, on va te faire remonter des peurs occultées." Ah bon.

Du coup, j'ai passé la soirée et une partie de la nuit en crise d'angoisse. Pas très cool. Je me suis retrouvé au trente sixième dessous en deux minutes, et comme mon niveau vibratoire a suivi je me suis retrouvé en train de nager au milieu d'entités diverses et variées, à sursauter au moindre truc qui me frôle : je déteste ça depuis que je me suis fait allumer. Je reconnais qu'elles ne se sont pas attaquées à moi, et que les maitres m'avaient prévenu que personne ne me ferait de mal. Mais quand tu sens une forme glaciale et piquante pleine de tentacules qui te rentre dans le corps c'est pas top. Faut dire qu'elles n’y peuvent rien : c'est moi qui suis descendu à leur niveau d'existence et pas l'inverse d'une certaine manière.

Mais bon, pour moi là, c'était un peu « fear factor » : dans une fosse pleine de tarentules, alors même si le dresseur te dit qu'elles ne mordent pas, ça stress un max quand elle te marchent dessus.

Du coup je n'ai pas passé une soirée super cool, mais énormément de peurs sont remontées. La lumière m'a tout expliqué point par point : chaque peur une par une, et ça a été long. Au final une soirée super pas terrible, mais je reconnais que le lendemain tout avait disparu. Mais vraiment disparu.

C'est à dire, imagine tu as une peur panique des araignées par exemple. Quand tu évoques le souvenir d'une araignée tu sens une peur ou un frisson remonter. Quand tu en vois une, tu paniques. Là, on te fait passer la nuit avec des araignées. le lendemain tu évoques l'image d'une araignée et, au lieu de la peur, tu rencontres le vide : y'a plus rien. C'est parti.

Nous sommes dans la quatrième dimension en ce moment : réellement je veux dire. Telle qu'elle est définie par le new-âge du moins. C'est à dire que les choses sont beaucoup plus fluides qu'avant : il suffit que j'évoque l'idée d'un esprit pour qu'il vienne à moi maintenant. Il n'y a presque plus de distance entres les dimensions. On est très loin du chamane qui était obligé de fumer un super pétard et de faire une transe à coups de tambour pour contacter les esprits : là, on nage dedans.

Par contre, du coup, nos peurs se manifestent très vite et presque instantanément : bien plus qu'avant. Sur le plan éthérique elles apparaissent à la moindre sollicitation et dans la matière elles se manifestent en quelques jours. Normal, nous les appelons à nous et c'est le principe de la quatrième dimension.

C'est une phase dans laquelle on nous fait tous lâcher beaucoup de peurs : c'est une nécessité pour dépasser ce niveau. Donc c'est très inconfortable, et si heureusement les gens le vivent pour la plupart inconsciemment (puisqu'ils n'ont pas conscience de leurs peurs profondes en fait) ça reste pas évident du tout.

Par contre, en fait nous n'avons rien à craindre réellement, parce que nous sommes très proches de la cinquième dimension et des esprits supérieurs qui nous protègent pas mal du coup : il y a juste nos peurs à regarder.

Le truc donc, c'est que la cinquième dimension est là aussi : celle de l'unité et de la paix. Du coup le lendemain après ma séance « fear factor », je ronfle au bureau à l'heure de la pause (je précise, parce qu'on est à Marseille mais quand même...).

Méditer et dormir c'est pareil pour moi maintenant : je reste conscient en sommeil léger, et même en rêve: ça devient plus de la projection de conscience ou des visions tout en étant assis qu'autre chose. Par contre il y a une différence énorme : avant, quand je faisais ça, mes corps subtils se détachaient de mon corps : une partie de ma conscience restait dedans, une autre partait en vision ou discussion avec un esprit quelconque et une petite part restait dans mon corps paralysé.

Maintenant, c'est comme si mon corps physique et mes corps subtils étaient d'un seul tenant : il n'y a plus de séparation et si le taux vibratoire de mes corps subtils augmente, mon corps physique a tendance à suivre aussi : je sens l'énergie circuler dans mes cellules et 'le père' présent en lui aussi. Comme si, il n'y avait plus de séparation entre les corps. C'est très étrange. La paix s'installe immédiatement : mais une paix mêlée de joie qui dépasse tout ce que j'ai connu jusqu'à présent.

Donc, on navigue entre les extrêmes : on lâche des peurs et là c'est direct au trente sixième dessous à cause de la quatrième dimension qui est très proche, ou bien on monte un peu de niveau vibratoire et on est direct dans la cinquième et la paix de l'esprit.

Très étonnant ce grand écart énergétique. Ca sera comme ça tant qu'on n’aura pas lâché toutes nos peurs sans exceptions d'après les maitres, et y'a du boulot.

PS : il n'est pas nécessaire de vivre les choses en conscience, et en fait, à force de me faire lâcher des trucs, ils m'ont fait lâcher ce qui fait que j'essaie de tout superviser depuis un moment. Du coup maintenant je me centre dans le coeur, et ils bloquent ma vision du reste et font le boulot : très pratique et ça va beaucoup mieux.
Je peux lâcher les peurs sans m'en soucier et en me centrant sur le coeur et la cinquième dimension : c'est carrément mieux. Hier ils m'ont viré pleins de trucs sur les chakras du bas, là ils bossent sur le haut d'après ce qu'ils m'ont dit (j'ai plein de comportements infantiles qui sont remontés d'ailleurs, c'est marrant) et après il parait qu'il va  y avoir un gros chantier sur le coeur.

Partager cet article

Repost 0
Published by christophe - dans Expériences
commenter cet article

commentaires

CATHESSA 10/03/2009 10:37

Soralili, merci pour tes informations que tu me donnes et je viens de lire ton joli conte sur "la Sage Femme" au bord de la mer !
Et pour l'anecdote, puisque le sujet me permet d'en parler, je suis peintre et il y a 7 ans j'ai eu une inspiration créative en peignant un tableau représentant une "femme noire enceinte" prête à accoucher, son ventre est énorme, elle est de profil et entièrement nue et belle, elle porte de longs cheveux rouges acajou et des bijoux de couleurs vives. Ce tableau m'a tellement bouleversé qu'il est resté inachevé, à l'état "sauvage, primitif" (ces bijoux n'étaient pas colorés et sa peau était ocre couleur de la terre) j'ai eu un blocage, impossible de le poursuivre, ni de commencer un autre tableau car je ne comprenais pas le sujet de ce que j'avais mis sur la toile d'autant plus que je n'avais aucune attirance particulière pour la maternité à ce moment-là et ne faisant pas partie de ses femmes qui font une grossesse nerveuse dès qu'elles voient un bébé mais il s'agissait d'une "conception" mais laquelle ???

Il y a 1 an j'ai fait la connaissance d'une personne qui m'a alors conseillé de reprendre les pinceaux et les couleurs en faisant uniquement de l'abstrait, en jouant avec la couleur sans me soucier du sujet et pas de figuratif et enfin le miracle c'est produit, j'ai pu terminé "le femme noire enceinte". J'aime beaucoup ce tableau, cette femme noire qui est sortie de je ne sais d'où mais il m'intrigue toujours autant car je sais qu'il y a quelque chose de profond qui me dépasse dont je n'ai pas encore trouvé la clé !!!

CATHESSA 10/03/2009 08:55

Merci Soralili :-), c'est vraiment très intéressant ce que tu évoques-là car ces sujets me parlent énormément et à propos de :

"Par ailleurs ce que tu dis de ta peur de perdre ta mère. j'avais un truc similaire avec mon mari. un jour je suis rentrée bouleversée d'une séance de revie antérieure, et je me suis mise à pleurer toutes les larmes de mon ancien corps la mort de mon ancien mari ..."

Justement, c'est vers 19 ans que j'ai pris conscience que ce n'était pas ma mère actuelle que je pleurais lorsque j'étais enfant mais une "autre mère" ! Bizarement toute ma vie, j'ai ressenti ce sentiment d'abandon avec toutes les personnes que j'aimais et j'avais mal d'en être séparées, comme si l'enfant en moi, revivait un traumatisme.
Mais c'est à 26 ans que la vie m'a cruellement fait vivre une séparation sans appel, par la mort accidentelle de mon compagnon et père de mon fils. Depuis cet histoire tragique, je n'arrive pas à envisager de refaire ma vie avec un homme, par peur de "perdre celui que j'aime" ! Mais depuis 2 ans, on me met des "signes" sur mon chemin me rappelant nettement cet évênement tragique alors que je pensais avoir fait le deuil ; des signes qui me font bien comprendre combien ma vie est bloquée à cause de ce traumatisme-là qui conditionne encore ma vie !
Voilà, où j'en suis actuellement mais je pense sincèrement qu'il n'y a vraiment que "l'AMOUR qui peut guérir de tout !" en évacuant les peurs pour laisser la place à l'amour et j'aimerai bien vivre dans cette confiance-là !

Soralili 09/03/2009 23:39

bonsoir Cathessa

Y a mieux comme venue au monde, c'est un joli cas d'école. mais y a bien pire aussi :-)

L'important n'est pas tant ce qui s'est passé, que comment tu l'as vécu.
La mienne mère bouquinait aussi en m'accouchant et elle râlait d'être obligée de s'interrompre pour me pondre. ce doit être une spécialité des mères ambivalentes :-)
je sais pas comment elle faisait moi je bouffait les chambranles de porte tellement j'avais mal !

Bon je te parlais de conditions de naissance à cause des "Matrices périnatale de Stanislas Grof".
En gros il y a des phases avant la naissance et au moment de la naissance ( 4 matrices principales) qui, suivant la manière dont elles ont été vécues par l'enfant, vont faire que l'individu va reproduire les mêmes choses inconsciemment toute sa vie. C'est pour cela , par exemple que certains disent "la Vie est un combat" ( ils se sont battus pour tenter de sortir en phase 3) ou bien sont passifs et amorphes devant les difficultés ( expulsion vécu en mode passif), etc.

Pour te donner plus d'info, je t'ai mis un texte ici ( faut copier le lien dans ton navigateur et cliquer sur le tout petit "Télécharger le fichier") http://dl.free.fr/nrriN2vWg
C'est un peu littéraire mais c'est ma façon d'écrire.


c'est l'explication des matrices périnatale et l'illustration d'un revécu de naissance. juste ce qui n'est pas dans le documents : nous étions une bonne vingtaine dans la salle, et nous avons tous vu à quel point nous vivions comme nous étions nés... intéressant !

Par ailleurs ce que tu dis de ta peur de perdre ta mère. j'avais un truc similaire avec mon mari. un jour je suis rentrée bouleversée d'une séance de revie antérieure, et je me suis mise à pleurer toutes les larmes de mon ancien corps la mort de mon ancien mari ... dans les bras duquel j'étais -lequel est fort bien vivant aujourd'hui. Tu vois la scène !!! :-). Heureusement qu'il a l'habitude de mes excentricités :-).
N'empêche ma phobie a quasi disparue depuis :-).
Je pourrais t'en citer d'autre comme ça...

donc je sais pas si ça te parle.

Mais par ailleurs, il y a un jour, où, à force de cultiver l'instant présent et la méditation, on désincruste tout ça plus rapidement...
Parce que tout ça c'est du passe ( le problème est effectivement quand le passé nous mobilise à "l'insu de not' plein gré" !!! :-) donc un peu de thérapie au début, c'est assez utile...

tu peu imaginez qu'avec de tels souvenirs, peut-être tu deviendra une super militante de l'amélioration des conditions de naissances :-)))

CATHESSA 08/03/2009 10:06

"...chaque fois qu'il y a un truc qui bloque de manière démesurée, c'est qu'il y a une autre vie douloureuse derrière qui a créer ça. Peut-être peux-tu voir de ce côté-là ?
Et juste par hasard, tu n'es pas née par césarienne ou par naissance provoquée ?"

Pour répondre à ta question sur ma naissance, j'ai compris certaines choses qui peuvent expliquer les blues que j'ai eu toute ma vie durant mon enfance, effectivement il y a qq'chose en rapport à la naissance, tout commence d'abord par la conception, dans quelle ambiance parentale nous allons venir, en faite ma mère a fait du "déni de grossesse" et s'est mariée enceinte de 5 mois sans que çà se voit (sur la photo, on se demande vraiment où je peux bien être ???) elle a voulu cacher sa grossesse à sa famille pour ne pas être jugé et au moment de l'accouchement, elle s'est fait réprimandée par son médecin parce qu'elle lisait "le Grand Meaulnes" elle n'avait pas compris pourquoi le médecin a trouvé cela si choquant sauf que moi j'ai lu plus tard ce livre à l'âge de 15 ans et j'ai compris qu'il s'agissait d'une femme abandonnée pendant sa grossesse et qui meure à l'accouchement en laissant son bébé qui sera kidnappé par le géniteur-abandonneur mais qui est revenu trop tard !
Quand à ma naissance, au moment de l'accouchement, c'est une soeur religieuse qui a aidé ma mère et il parait que je ne voulais "pas sortir" et cette religieuse c'est assise sur le ventre de ma mère pour que je sorte plus vite, j'imagine que le poids de cette vieille carne a du me peser lourd :-( mais je n'ai pas de souvenir de cet évênement, bref, quand à mon père, il m'a accueilli avec un juron parce que j'étais une fille (il a fait la même chose plus tard pour mes 2 soeurs) puis ma mère a fait un abscès au sein et n'a plus pu me nourrir et à 2 mois mes parents m'ont placé chez une nourrice italienne qui aimait surtout les enfants des autres, elle était une sorte de SPA pour enfants lol !
Voilà je pense qu'il y a mieux comme bien-venue sur terre mais à force de faire parler mon entourage, j'ai eu toutes ces informations alors je ne sais pas si cela suffit pour expliquer les moments de spleen ou si cela est encore plus profond car j'ai toujours eu la crainte de perdre ma mère, d'être orpheline alors que je ne le suis pas dans cette vie-là mais j'ai eu des crises d'angoisse quand j'étais enfant et ma mère n'a jamais compris pourquoi je hurlais comme si c'était une catastrophe quand elle partait et me laissait chez la nourrice, mais moi je pleurais comme si je ne la perdais pour toujours !!!
Oups, désolée CHRISTOPHE, je crois bien que j'ai étalé mes bobos de petite fille traumatisée :-)

christophe 09/03/2009 08:59


Pas de soucis :)


Soralili 08/03/2009 00:36

Cathesa,

Je te lis et je crois que j'écrivais à peu près la même chose :-).
j'avais un tel speen, un tel blues... à quatorze ans je passais mon temps perché sur un rocher à me demander quel était le sens de la vie... sans résultat.
c'était tellement insupportable de vivre que j'ai fait plusieurs thérapies, ou plutôt comme dis Christophe, que j'ai "bouffé à tous les râteliers !". A force cela eu de l'effet.

Quelqu'un m'a dit un jour une phrase qui a changé mes attitudes de victime, une simple phrase "quand tu en auras assez tu arrêtera".

Et m'a thérapeute m'a fait travailler énormément sur "l'attachement à la souffrance"

alors j'ai décidé de pratiquer 3 fidélités :
être fidèle à moi-même,
être fidèle à mon espèce,
être fidèle à ma planète.
Dans l'ordre et dans le désordre. Et les trois en même temps.

bien souvent on oublie d'être fidèle à soi-même. on a peur de dire "non".

pour moi, chaque fois qu'il y a un truc qui bloque de manière démesurée, c'est qu'il y a une autre vie douloureuse derrière qui a créer ça. Peut-être peux-tu voir de ce côté-là ?

Et juste par hasard, tu n'es pas née par césarienne ou par naissance provoquée ?